spacer Lundi 23 octobre 2017 @ 11:50 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Petit guide socioculturel pour la compréhension des mangas et animés - Tome 1
Petit guide socio-culturel pour la compréhension des mangas et animés - Tome 1

Afin de permettre une meilleur dégustation des animés, voici quelques infos pour les nouveaux amateurs sur les clichés, métaphores et autres références socio-culturelles généralistes dans la japanimation (et indirectement du manga)...


COUCHÉ DE SOLEIL

Il est beaucoup plus utilisé que le levé de soleil, étrange au premier abord pour des productions venant du pays du soleil levant... En dehors du fait qu'il marque pour certains, la fin de la journée de travail et donc moins de stress (très présent au Japon et bien plus qu'ailleurs), je n'ai pas ressenti dans l'utilisation du couché de soleil les mêmes références que pour les histoires d'autres pays (films ou DA etc..). En effet il n'est pas souvent employé pour indiquer la fin d'une histoire, comme le cliché du cowboy partant vers le soleil couchant et d'autres horizons.
J'ai relevé deux principales utilisations basées sur le calme de la fin de journée : la romance (souvent naissante) et l'angoisse (calme avant la tempête, peurs nocturnes). Pour le côté romantique il n'y a qu'à piocher parmi les nombreuses séries d'amour et d'amitié, et particulièrement celles des dix dernières années. Pour une utilisation «angoissante» il y a par exemple Melody of Oblivion, qui conserve une certaine poésie grâce aux jeux de lumières et une nuit crépusculaire.




The Melody of Oblivion




La Mélancolie de Suzumiya Haruhi



CERISIER EN FLEURS

Quoi de plus poétique que les pétales de fleurs de cerisiers emportées par le vent... Ce cliché est - j'ai l'impression - en perte de vitesse. Jusque dans les années 90, il était presque obligatoire pour les séries se déroulant dans le temps pour les héros, quitte à en faire un épisode spécial (souvent écrit en dehors de la trame principale de l'histoire, une fois la série achevée). Cette surexploitation est particulièrement criante dès qu'il s'agit de romance, la fleur de cerisier est en effet symbole de beauté éphémère (une semaine de floraison un peu avant la mi-avril).
Cette période de l'année est souvent la préférée des japonais. À noter que la fleur du cerisier se dit sakura pour ceux à qui cela ne dit rien, c'est aussi le prénom de bon nombre d'héroïnes d'animés (Sakura Chasseuse de cartes ne vous dit rien ? ).



Love Hina – special spring



ÉTÉ

Période de vacances : voilà un cadre bien pratique, pour une série sur les ados où le milieu scolaire n'intervient pas (mais n'est jamais très loin). Noein et Green Green ont ce point commun de se passer l'été avec cette ambiance particulière et ses tests de courage : les jeunes japonais se lancent le défis d'aller la nuit dans un cimetière ou se perdre dans la forêt, etc... Pour montrer leur volonté et leur courage.


ILES

Cela n'a échappé à personne, le Japon se compose d'îles. Les scénaristes d'animés placent souvent les héros sur une île de très petite taille pour deux raisons :
- couper les héros de la civilisation et ses obligations, favorisant par des scénarii en huit clos des situations intimistes et romantiques Love Hina épisode spécial : le cerisier fleurira pour toi.
- priver les personnages d'informations ou d'aides extérieures, ce qui donne une situation «angoissante» : pris au piège, pas de secours... L'épisode 6 de Suzumiya Haruhi no Yuuutsu(La mélancolie de Suzumiya) ainsi que le 7 de Gun X Sword résument parfaitement ces usages.


LA MER (et le thon ^_^)

Symbole d'exigence et de rudesse pour l'homme, on trouve cette référence dans GTO notamment, où le héros s'inflige suite à un échec, de s'engager sur un thonier. L'utilisation de la mer comme élément naturel peut se réduire aussi (souvent) au simple prétexte de voir des filles en bikini...


SOURCES CHAUDES ET BAINS PUBLIQUES

Ces lieux sont très prisés des japonais pour se détendre, se ressourcer justement. Si pour nous cela peut sembler incongru et prétexte à la nudité, il n'y a pas toujours de sous-entendus pour eux (cf. série Patlabor) ou alors léger et très «grand public» (rien à voir avec nos jacuzzis ! ) comme dans Love Hina. Une seule catégorie, le ecchi y fait des allusions grivoises, ce genre se spécialisant dans les situations licencieuses, avec ou sans sources chaudes.





Patlabor (la série)




Love Hina


NOURRITURE & BOISSON

J'ai l'impression que c'est le sujet permettant tous les excès et surtout toutes les allusions, par exemple l'attention que porte une femme (jeune ou moins jeune) à son compagnon en lui préparant son panier repas du midi.
Côté boisson, les séries doublées en français ont la fâcheuse tendance à nous faire croire que les pintes mousseuses de liquide jaune contiennent du jus de pomme... Ben voyons ! Au Japon les adultes boivent pas mal dans les animés. Dans Noein les mamans se sifflent du rouge ; dans Black Lagoon, on apprend qu'il ne faut pas défier au bar un homme d'affaire japonais, dans Solty Rei pour oublier... Et depuis longtemps parce qu'on aime ça (Cobra, Albator...).


LES CLUBS D'ÉTUDIANTS

Et oui encore eux, il faut dire qu'un très grand nombre d'histoires contemporaines impliquent collégiens, lycéens. Aucune occasion n'échappe à un japonais de faire partie d'un groupe.


« EN TANT QUE »

Vous remarquerez que pour beaucoup de héros de série, comme pour beaucoup de japonais je crois, l'action et le positionnement se font toujours « en tant que » grand frère, parent, policier, meilleure amie etc... Bref tout sauf « individu ». L'être fait obligatoirement partie d'un groupe où il occupe une position (ami parmi les camarades, garçon aîné de la famille...) sans quoi il n'est pas grand chose. D'ailleurs, il n'y a pas vraiment de SDF ni de mendiants dans les histoires, mais des héros justiciers sans base fixe ou des groupes de zonards.


UNIFORMES

Dans le même esprit, les personnages ont souvent des uniformes ou des costumes types, les positionnant dans la société : écolier, justicier, cadre besogneux, servante, soldat... Même le voyou avec ses vêtements débraillés ou le jeune travailleur fauché avec jeans/sweet/baskets sont dotés de leur panoplie respective. Même si cela tend à changer ces dernières années, la plupart des personnages ont la même garde-robe tout au long de l'histoire (deux s'il y a besoin de distinguer la tenue de travail de celle de détente).


TABOUS & RESPECT DES TRADITIONS

Sur ce point le Japon est extrêmement conservateur. Les tabous sont très rarement transgressés, et aucune entreprise ne souhaite voir son image associée à quelque scandale de ce type. Ainsi, par exemple, même dans les animés :
- les temples et les symboles religieux sont respectés et ne sont pas souillés.
- l'autorité n'est pas directement remise en question.
- on ne critique pas les choix historiques du Japon, au mieux ceux qui pourraient être faits (Zipang).
- les mauvaises choses qui pourraient arriver à la nation sont aussi « oubliées », comme les catastrophes naturelles ou des problèmes économiques.

Cependant, dans les animés, les villes sont souvent la cible d'ennemis venus de l'espaces (Goldorak) ou le théâtre des affrontements de meccha et/ou de divinités et êtres surnaturels (Neon Genesis Evangelion, Akira). Ces attaques peu crédibles dans la vie réelle permettent d'éviter les sujets sensibles ou toujours douloureux (armes nucléaires par exemple).



La Mélancolie de Suzumiya Haruhi




Neon Genesis Evangelion


La jeunesse nippone a par ailleurs la réputation pour ses aînés, de ne pas être assez rigoureuse, trop laxiste et pleurnicheuse, alors que le japonais se doit d'être une bête de travail endurcie œuvrant à l'amélioration de la société. Les animés montrent souvent le bon chemin, invitant au respect de la tradition, d'autres intègrent ces « défauts » : le générique de la seconde saison de School Rumble définit la génération de son public comme une « génération sentimentale ».


L'ACTION HÉROÏQUE

Cela semble parfois désuet vu de chez nous, où l'anti-héros vole la vedette au « gentil » mais il va de soi dans une histoire japonaise, que l'acte héroïque soit mis en valeur par le scénario, et son absence critiquée (Jyu oh sei). Dans les séries se déroulant dans un endroit aussi banal qu'un collège/lycée mille choses se passent permettant l'acte héroïque, en particulier le sauvetage d'une adolescente en détresse par son camarade et futur petit ami (un grand classique). Et que dire du sauvetage de la planète par de jeunes pilotes (tout juste pubères) de mécha : n'est pas l'archétype moderne du preux chevalier ?


LES ÉGLISES

Alors que ce pays n'est pas chrétien, les églises et les symboles rattachés au culte chrétien sont très présents (crucifix, prêtres et nonnes, mariage catholique...) cela peut aller d'Albator pour une série pourtant futuriste (cf. personnage de Stellie] à Chrno Crusade où ces références sont la base même de la série. Parfois il ne s'agit que de noms empruntés sans volonté de références, comme pour Eva.
Alors, vraie volonté de référence, où simple attrait pour un univers exotique vu du Japon ? Un peu des deux sans doute : ainsi par exemple Samurai Champloo, qui est une série aimant jouer avec les évènements historiques, y fait appel, alors que Black Lagoon utilise des bonnes sœurs mafieuses parmi une kyrielle de personnages hauts en couleurs.



Chrno Crusade




Black Lagoon



LE VAMPIRE

On retrouve plus souvent le vampire d'Europe Centrale dans les séries (Hellsing, Vampire Hunter D Bloodlust...) que son homologue asiatique (Vampire Princess Miyu). Blood, The Last Vampire montre dans l'OAV et sa série, des vampires occidentaux très librement imaginés et sortant le jour.


LE SAIGNEMENT DE NEZ CHEZ LES ADOS

Quels génies de la métaphore ces japonais ! Ce saignement marque (pour ceux qui ne l'auraient pas deviné) une excitation extrême mais trop difficilement retenue, en fait, l'excitation sexuelle de l'adolescent devant une camarade de classe ou une femme. L'origine de la métaphore vient peut-être de la sensation de chaleur, de l'accélération du rythme cardiaque et du sang bouillonnant... Si quelqu'un a une explication « officielle », je suis preneur !



Green Green TV



DONNER SES COUPS EN DONNANT LEURS NOMS

Fulguro-poing ! J'ai vu qu'au Japon les conducteurs de trains indiquent à voix haute leurs actions (cela les aide à rester vigilants il paraît), j'en déduis que cela doit aider le personnage à se focaliser sur ce qu'il fait.
Pourtant l'explication semble autre, avec d'anciens catcheurs japonais hurlant le nom de leurs prises avant de les exécuter pour donner du rythme aux combats et plaire au public. Ces matchs auraient alors inspiré Gô Nagai dans ses séries de super robots (Mazinger Z, Getter Robo...) lançant la mode dans les animés.


LES COMBATS

Pour les japonais, la vie semble être un combat. On peut croire que les animés sont facilement manichéens dans l'utilisation du combat : soit il n'y est pas ou presque pas, soit il est prépondérant, occupant ainsi la plus grande partie des épisodes (au risque de me faire jeter, Saint Seiya, DBZ....). En fait, un grand nombre de scénarii proposent un dosage assez fin et nuancé, Capitain Flam,Mezzo D.S.A.,Trigun... Y compris dans les séries de meccha (Gun X Sword) ou «violentes» (Gantz,Black Lagoon).


LA COMPÉTITION

Dans la même veine que le combat, la compétition est l'occasion de se montrer le meilleur, de se surpasser, d'exceller. Autant de qualités essentielles pour les japonais. « faire de son mieux » est une des expressions archi-fréquentes déclinées sous toutes ses formes.


EXPLIQUER

Que ce soit avec une voix off ou par la bouche d'un personnage, des explications sont souvent données sur le comment du pourquoi... Cela permet donner du relief à un personnage en exprimant ses doutes ou positions. Ce procédé est aussi utilisé pour donner de la profondeur à l'univers d'une série en y plaçant de la science et/ou du mysticisme (très présent au Japon d'ailleurs).


SURNATUREL

À travers la magie, la religion, etc... Les héros ont souvent des pouvoirs et autres dons. Cela accentue le manque de réalisme reproché à la japanimation par ses détracteurs (jugée déjà violente). D'une part, les animés ne sont globalement pas destinés aux enfants en bas-âge, d'autre part, le Japon a une tradition mystique qui n'a pas été effacée par une religion monothéiste unique comme en Europe. Le surnaturel fait partie du quotidien au Japon : nombreux sectes et rituels, sans parler de leurs croyances animistes. Lancer une boule d'énergie sur l'adversaire est très « visuel », alors les scénaristes mettent le paquet (Dragon Ball GT. Le prêtre bouddhiste a de réels pouvoirs, et peut écrire des incantations sur des parchemins (explosifs entre autres).
À propos d'animisme et de super pouvoirs, vous pouvez voir régulièrement les héros sous une cascade d'eau de montagne : parfaitement logique en fait, la méditation ne peut être que renforcée par l'esprit de la source (toutes en ont un pour les japonais).
Pour finir avec le surnaturel, les scénarii d'animés ne font pas de différences de traitements entre les explications « physiquement admises » et les postulats mystiques. Ainsi la série Death Note mélange enquête policière et ésotérisme.



Death Note



LES NUAGES

Invitation au rêve, une grande partie des séries / OAV / films proposent des plans du ciel, dans une proportion inégalée pour les productions des autres pays. Le ciel nuageux est parfois un élément clé : Porco Rosso, le Château dans le Ciel.




Voilà pour les plus faciles qu'il faut connaître, d'autant que les scénaristes aiment jouer avec et les détourner, mais il y en a des plus sournoises pour nous francophones, parfois indiquées en note avec les sous-titres, presque toujours zappées en VF.

Le sujet pourrait être bien plus développé, cela va de soi : amateurs d'animés, n'hésitez pas à venir sur le forum en discuter !

... À suivre !


Cliquez ici pour accéder au forum et en discuter :)

Cliquez pour lire le Tome 2 de l'article.
Le 04-02-2007 à 15:10:47 par : metallord

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.