spacer Jeudi 18 septembre 2014 @ 19:27 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Declic Collection
Declic Collection
Suzukaze
Suzukaze
Animesindex
<< La Mante religieuse  :: Animes ::  La Mélancolie de Har... >>
La Mélancolie de Haruhi Suzumiya (saison 1) (2008)
La Mélancolie de Haruhi Suzumiya (saison 1)   TITRE ORIGINAL : Suzumiya Haruhi no yuuutsu
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2006
  STUDIOS : [LANTIS] [KYOTO ANIMATION] [BIG SHOT]
  GENRE : [COMéDIE]
  AUTEUR : [TANIGAWA NAGARU]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 14 EPS 23 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titres alternatifs
涼宮ハルヒの憂鬱
Suzumiya Haruhi Series
The melancholy of Haruhi Suzumiya
Suzumiya Haruhi no yûutsu
Synopsis
Haruhi Suzumiya est une fille plutôt étrange, elle n’a qu’un seul but dans la vie : rencontrer des personnes de type paranormal, que ce soit des aliens, des voyageurs du temps, des exilés de l’espace… L’étrange l’attire et elle n’aime pas trop se mêler aux gens normaux. Kyon, lui, est un jeune lycéen devenu terre à terre après avoir réalisé que tous ces phénomènes paranormaux n’existent pas. Ce dernier va se retrouver finalement dans la même classe que Haruhi et il deviendra très vite, malgré lui, son acolyte dans toutes ses fantaisies. Fort heureusement, Haruhi arrivera à embrigader d’autres personnes afin de créer une organisation aux objectifs bien étranges : la Brigade SOS.

-pedro7-
Critiques
------------- Critique 1 (spoil) -------------
« Attention, vous entrez dans une dimension inconnue. » Cette phrase aurait pu se placer au début du premier épisode tellement elle reflète la réalité concernant cette série. On pourrait presque parler d’animé d’un genre nouveau tellement l’inventivité de l’auteur est énorme. On pénètre avec grand plaisir dans un monde des plus originaux et délirants.

En ce qui concerne la construction de l’histoire, on part sur une base qui n’avait encore jamais été utilisée. L’auteur a décidé de mélanger les épisodes et de nous les donner dans le désordre. En clair, l’épisode 9 est en vérité l’épisode 12, l’épisode 12 est l’épisode 5, et ainsi de suite. Toute la chronologie subit un véritable tremblement de terre. On pourrait penser que cela va transformer l’animé en un véritable charabia, cassant tout le rythme de la série, et pourtant, chose qui peut paraître inconcevable, ce n’est pas le cas. Difficile à croire, mais on apprécie ces « cassures » qui adhèrent totalement à l’ambiance délirante de l’animé. La seule difficulté se trouve dans le premier épisode, qui est en fait un film « totalement déjanté », mais hilarant, il faut bien le dire, que réalisent les héros vers le milieu de la série et qui, avec ce désordre chronologique, se retrouve dès le début de la série. Pour éviter toute gêne, il est préférable de regarder les quatorze épisodes de la série sur une période assez courte.

En plus de cet aspect innovant, l’histoire et la façon dont elle est racontée sont des plus originales. Pour faire court, disons que Haruhi est une jeune lycéenne qui trouve le monde ennuyeux. Ne pouvant accepter l’idée qu’il n’y ait aucun phénomène paranormal, et en utilisant l’idée de Kyon (un camarade de classe), elle fonde le club Brigade SOS afin de trouver des évènements étranges. Kyon se voit contraint de rejoindre le club, suivi par trois personnes assez particulières. Il y a entre autres : Nagato, qui est une sorte d’androïde ne parlant quasiment jamais ; Mikuru, qui vient du futur et possède des formes généreuses ; ainsi que Koizumi, qui se révélera être un esper. On apprendra au cours de la série qu’il existe en quelque sorte un lien entre Haruhi et ces trois personnes. L’histoire est, de plus, vécue à la première personne, avec Kyon en tant que narrateur, nous faisant le plaisir de partager avec nous toutes ses pensées, ces dernières se trouvant être bien souvent cyniques.

L’animé est par conséquent entièrement tourné vers la comédie, et il faut avouer que le résultat est fantastique. Que dire des personnages à part que le melting‑pot des caractères est réussi au plus haut point. Haruhi est une héroïne si vive et dynamique que la série s’en trouve d’autant plus rythmée. Les autres protagonistes ne peuvent qu’adhérer tant bien que mal à cette cadence si endiablée. Haruhi, étant prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut, n’hésitera pas par exemple à faire du cosplay en bunnygirl tout en forçant Mikuru à le faire avec elle. Les diverses scènes et répliques sont si spontanées et dotées d’une telle bonne humeur qu’on rigole tout le long de la série. Haruhi, avec son air de le‑chef‑c’est‑moi‑suivez‑mes‑ordres, et Kyon, qui l’accompagne avec beaucoup de sérénité dans ses délires, forment un incroyable duo. Dans l’histoire, Haruhi organise diverses sorties pour le club afin de ne pas s’ennuyer. Il est amusant de constater qu’en plus de divertir les membres de son club c’est le spectateur lui‑même qu’elle arrive à distraire avec son enthousiasme et son grand sourire. Il faut bien le dire, suivre ce petit groupe est plus que divertissant. Chaque épisode apporte clairement une vague de fraîcheur et de fous rires, nous faisant passer un agréable moment de détente.

Pour finir, il faut souligner que l’animé regorge de théories issues de romans de science-fiction qui se trouvent être, malgré leur apparente complexité, extrêmement bien expliquées. Les dialogues y faisant référence, et notamment les monologues de Nagato, apportent ainsi une réelle profondeur au background et nous permettent d’apprécier à sa juste valeur toute la dimension de ce dernier.

En clair, La Mélancolie de Haruhi Suzumiya est une œuvre hors norme (et c’est peu de le dire) de par sa construction et son background. Haruhi est une héroïne comme on n’en voit presque jamais. Son énergie et son enthousiasme sans limites nous emmènent dans un univers décalé à travers les yeux de Kyon, qui est presque victime, avec les autres membres du club, de l’entrain surhumain de sa camarade de classe. Le seul regret que l’on peut avoir concernant cette série est sa durée : seulement quatorze épisodes. Je dis « seulement » car, compte tenu de la qualité de cette œuvre si originale et divertissante, on est forcé de trouver cela trop court. Au vu de l’engouement général des Japonais pour la série, véritablement conquis par le dynamisme de l’héroïne, on ne peut qu’espérer que celle‑ci connaisse un aussi beau succès dans notre pays : je n’ai personnellement pas beaucoup d’inquiétudes de ce côté‑là.

-Syaoran-


------------- Critique 2 -------------
Je connais l’engouement qu’a suscité cette série chez certains amateurs avertis. Cependant, moi qui ne suis qu’un simple consommateur, j’ai été un peu déçu par cet animé. Certes, l’animation est excellente et la musique entraînante. Je l’écoute d’ailleurs régulièrement : elle me donne la pêche, et je ne peux m’empêcher de revoir Haruhi et ses consœurs danser dans le générique de début. Cependant, cette série n’est rien moins qu’une tranche de vie. Le scénario veut se moquer des lieux communs que l’on retrouve dans certaines séries B, mais au final, j’ai trouvé l’histoire un peu plate. En ce qui concerne les personnages, Haruhi Suzumiya est une fille qui a un sale caractère et qui n’écoute que ses propres envies : je n’ai pas trouvé beaucoup de profondeur dans les actes ou les caractères de chacun. Enfin, le fait que les épisodes soient dans le désordre peut paraître original ; à moi, cela ne m’a pas fait beaucoup d’effet, au contraire, j’ai tendance à penser qu’il s’agit d’une supercherie pour cacher une certaine lenteur dans la narration. Au final, en regardant cette série, ne vous attendez pas à crouler sous un déluge de sentiments. Personnellement, je trouve que la relation entre Haruhi et Kyon aurait dû être développée plus en profondeur.

-Henique Grégory-


------------- Critique 3 -------------
Un animé fort surprenant. Pour commencer, il faut savoir une chose concernant cette série : soit on l’aime soit on ne l’aime pas. C’est pour moi une série à double tranchant, totalement prenante sans pour autant apporter une déferlante d’action. Certes, l’action est lente, mais cela met dans l’ambiance, et l’ambiance est tout le mot de cet animé. Critique de la vie monotone en général, La Mélancolie de Haruhi Suzumiya est une série qui sait mettre en avant les personnages dans un scénario interrogateur qui semble un peu empreint de livres comme Le Monde de Sophie ou De l’autre côté du miroir. Le désordre des épisodes suit toujours la même logique, et il est nécessaire de se dire que ce désordre est voulu pour apprécier pleinement le scénario plein de mystère. Les deux premiers épisodes sont déterminants sur le plaisir que vous aurez à voir l’animé dans son ensemble. Cependant il faut pas non plus dire que c’est un animé sans défaut. La platitude du scénario est cependant mise de côté par l’humour et le désordre des épisodes.

-Darick-


------------- Critique 4 -------------
Un animé qui a de quoi surprendre. Dès le premier épisode, on se demande où souhaite nous emmener l’auteur. D’ailleurs, cette question, nous pouvons également nous la poser tout au long de l’animé. Les personnages sont tous uniques en leur genre, mais ils ont tous un côté relativement attachant et bien stéréotypé. Durant chaque épisode, c’est un peu comme si on était transporté dans un univers nouveau. J’ai dû dénoter environ sept genres dans cet animé. Malgré le fait que ce soit un animé fort rafraîchissant, avec une bonne dose d’humour et un personnage principal au profil intéressant, je reste quelque peu déçu par la fin de cette première saison, malgré le fait qu’une seconde soit sortie. En ce qui concerne les voix françaises, je n’ai rien à reprocher, elles tiennent la route et collent assez bien à chaque personnage (sauf peut-être la rousse), m’enfin bon, chacun son jugement. Pour conclure, si vous en avez ras le bol des animés ternes et tous pareils, regardez celui-là. Par contre, si vous n’aimez pas être transporté dans un monde relativement étrange façonné par l’auteur, passez votre chemin. Pour moi, la première option est la meilleure.

-Azurpyro-
Note de la rédaction
Pour les DVD japonais, tout comme pour les DVD français, des scènes inédites ont été ajoutées et les bandes-annonces des épisodes modifiées par rapport à la version télévisée.

Nous vous invitons à venir discuter de cet animé sur le forum.
Licencié par :

logo
Éditeur DVD
logo
Distributeur TV
logo
Distributeur TV
logo
Distributeur Web

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Voir aussi
La disparition de Haruhi Suzumiya, le Film
La Mélancolie de Haruhi Suzumiya (saison 2)
La mélancolie de Mini Haruhi
Références
http://www.beez-ent.com/products.php?sId=553&&lng=en
Grande-Bretagne
Site de Beez dédié à la série.

Recherche Google : la mélancolie de haruhi suzumiya (saison 1) suzumiya haruhi no yuuutsu tanigawa nagaru lantis kyoto animation big shot
Recherche Yahoo : la mélancolie de haruhi suzumiya (saison 1) suzumiya haruhi no yuuutsu tanigawa nagaru lantis kyoto animation big shot

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
La Mélancolie de Haruhi Suzumiya (saison 1) © 2006 TANIGAWA Nagaru / Lantis, Kyoto Animation, Big Shot

Version 1.5 - Copyright © Association Animeka 2002-2010 - Termes d'utilisation.