spacer Jeudi 25 mai 2017 @ 16:15 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Petit guide socioculturel pour la compréhension des mangas et animés - Tome 2
Petit guide socio-culturel pour la compréhension des mangas et animes - Tome 2


Les lieux communs aux diverses œuvres de japanimation


On pouvait s'y attendre, ce sont les animés avec une trame contemporaine (et dans une certaine mesure de futur proche) qui utilisent la plus grande variété de lieux. Passons ces lieux en revue !

(NB : certaines séries sont citées plus souvent que d'autres, je vous demande pardon si ce ne sont pas vos préférées ^^ )

École (dont les collèges et lycées)


Entrée : les établissements scolaires, au Japon comme dans beaucoup d'autres pays, ont une enceinte fermée afin d'éviter les resquilleurs et les importuns. Une sorte de hall avec des allées de casiers permet de changer de chaussures... et de laisser des mots doux à ses petits camarades :)



Toit : du fait de l'espace au sol limité en ville, les bâtiments (dont les établissements scolaires) ont des terrasses. Celles-ci sont très prisées des jeunes pour "s'évader" pendant les pauses (courtes ou au repas), d'autant que la vue est nettement plus dégagée.




Les élèves apportent leur nourriture dans la plupart des animés, encore que des cantines existent même si on nous les montre que rarement.



Salle de classe : ne croyez pas que ce lieu ô combien banal soit le théâtre de scènes banales...


Girls Bravo (saison 1)


Ces écoles sont finalement assez banales. Des bâtiments comme les salles de classes, une cour, le gymnase. Mais des détails restent, comme les escaliers de secours que vous pouvez voir dans la première image, les passages abrités et la gigantesque horloge (la ponctualité est de mise au Japon).


GTO (Great Teacher Onizuka)




Rue

Dans les animés les rues sont plutôt désertes pour une raison d'animation, ou alors la foule n'est pas animée, mais un bruit de fond de foule la rend vivante. Cette technique de sonorisation simple ne valorise pas l'animé, aussi les rues sont de plus en plus « vides » dans les animés récents, alors que les villes nippones sont bondées. Montrer des embouteillages avec des véhicules immobiles et quelques coups de klaxons se pratique aussi, sans quoi il n'y aura que quelques voitures dans la circulation.

Le matin en allant au lycée : pas de voiture, et uniquement des collégiens...



Le soir en centre ville : toujours pas de voiture et uniquement les héros !!!



Ainsi l'on voit souvent des rues de banlieues pavillonnaires calmes (voir désertes, sans voitures, ni piétons ni pigeons)... Enfin calmes, calmes... Avant que les héros ne débarquent !
Pour ma part je trouve que cette absence de figurants donne une allure surréaliste aux animés, même si cela ne m'empêche pas d'en profiter. Cependant, ce petit travers est surtout présent dans les séries TV. Les productions cinématographiques ont les moyens de se payer des figurants ^^

De plus, la rue est souvent présentée comme un terrain de chasse : affrontements en tous genres, armés et même surnaturels, avec au choix forces de l'ordre (police, armée, services secrets), gangs (ados, yakuza, tueurs...), magical-girls et super-héros, créatures (magiques, démoniaques ou géantes), mécha...
Pourtant, les villes sont rarement montrées en reconstruction : il s'agit avant tout de produits de divertissement.

Les animés diffusés au cinéma disposant de plus de moyens ont la possibilité de mettre en mouvement les foules, comme dans Akira. Le film Ghost In The Shell ose même le marché bondé !





Canaux

À en croire les animés, ils parcourent toutes les villes et villages.
On peut les rattacher à l'utilisation de la campagne ou du terrain vague, c'est à dire une zone franche dans la ville, soit de quiétude (dans les comédies en général), soit de zonards (animés de combats entre ados).
Ceux qui comme moi ont fréquenté de tels lieux, connaissent parfaitement l'ambiance particulière des canaux et berges de fleuves en ville. J'invite les autres à en faire l'expérience ! ^^





Le petit pont de bois...

Enjambant des ruisseaux, toute la symbolique du lieu réside dans sa position entre deux berges (donc sans choix marqué) et au-dessus d'un cours d'eau (représentant la vie et le temps qui s'écoule). Sur ce pont, les souvenirs lointains parfois refoulés rejaillissent, les déclarations d'amour éternel fusent de même que le rappel des promesses à tenir.



À noter que même si le cadre n'est pas toujours bucolique, le principe reste le même avec parfois une ambiance « Venise » pour accentuer le lien entre deux protagonistes. Et oui ! sur ces petits ponts les groupes s'effacent pour laisser les tourtereaux.





Jardins d'enfants

Ils représentent dans les animés LE lieu de nostalgie par excellence.
Ce lieu est rarement montré pour ce qu'il est : animé et joyeux. Pour mieux comprendre cela, il faut regarder la société nipponne. Le monde du travail est dur, et inquiétant pour les étudiants. Beaucoup d'adolescents et de jeunes adultes se replient sur eux et cherchent à retrouver l'insouciance de l'enfance perdue.



Cette nostalgie inconsolable transparaît dans les animés à travers l'utilisation des jardins d'enfants, où l'ado n'est plus le bienvenu aux heures des petits. La tristesse de ces lieux est aussi utilisée pour mettre en valeur une enfance « loupée », malheureuse ou dont on a pas assez profité.



Les personnages types dessinés dans ces lieux sont des enfants perdus et des ados ne parvenant pas à se détacher de leur enfance. Des contres exemples existent, comme avec Aishiteruze Baby (Babe, My Love) et dans les séries pour enfants.

À noter parmi ces exemples très classiques, une utilisation plus originale sans déroger pour autant à cette nostalgie : dans les derniers épisodes de Black Lagoon, l'héroïne violente et sexy, Levy, indique aux gamins venus avec leurs pistolets en plastique de partir au Liban s'ils veulent jouer... Puis tombe quelques instant en enfance en rentrant dans leur jeu, enfance insouciante qu'elle n'a jamais connue. Difficile de ne pas voir le message que les scénaristes font passer : acceptez de n'être que des enfants tant que vous le pouvez...





Bains

Qu'ils soient publics, sources naturelles ou salles de bain, on les voit très souvent... Love Hina, Green Green, Ranma... Voir aussi article 1.
Pour ce qui est des bains privés, la forme japonaise ressemble à ça :


Girls Bravo (saison 1)


Vous noterez que la douche est à l'extérieur de la baignoire afin de se laver avant.



Shopping

Réservé aux animés contemporains et futur proche, achats divers et de nourriture au supermarché, vêtements. L'utilisation de ces lieux se résume le plus souvent à une volonté d'ancrer la série dans la réalité quotidienne.



On trouve aussi les foires et les marchés, utilisés parfois comme « zone neutre » où l'on ne court "normalement" aucun risque.





Loisirs urbains

karaoke : contre toute attente, ce loisir pourtant ultra pratiqué au Japon, n'est pas vraiment présent dans les animés. Le seul exemple qui me vient est justement une session « annulée », mais on doit pouvoir en trouver ailleurs dans les animés musicaux.



Fête de village et fête foraine : simple lieu de sortie entre copains ou en amoureux, c'est aussi un lieu de fantaisie où l'étrange peut surgir.



Booling : le repaire de zonards et bandes diverses... (Akira, Black Lagoon)





Terrain de sport

Il apparaît dans les séries sportives bien entendu, et scolaires. L'importance de la compétition et du groupe est telle au Japon que ces sports peuvent paraître surreprésentés, vus de la France. On relèvera parmi tant d'autres Ashita No Joe, Jeanne Et Serge (Attacker You ! )...


Captain Tsubasa (Olive et Tom)






Infirmerie

Nos héros risquent souvent la blessure à force de faire du sport et/ou les malins, lorsqu'ils ne cherchent pas la bagarre. Résultat ? l'infirmerie est un lieu fréquent dans les animés, assez pour apparaître même si on ne l'attend pas !



Très souvent, c'est aussi un prétexte à des scènes plus osées dirons-nous.





Bar / Restaurant

Ce sont dans les animés des lieux de sorties et de rencontres.

À la « rade de banlieue façon polar » : comme dans Akira. On le retrouve aussi dans les séries futuristes comme Cowboy Bebop.



À la cafet' : dans les séries pour ados, en périphérie du lycée.




Façon restauration rapide : le consommateur est dos à la rue, contre le comptoir.



À la restaurant familial : les héros de Blood+ y vivent paisiblement avant que les scénaristes n'en décident autrement. D'autres tenanciers ont plus de chance en restant en arrière plan ^^



... Sans parler des séries autour des bars : Bartender.

Présents dans de nombreuses époques, on les trouve aussi à la "saloon" (Trigun), à la médiéval (auberge & taverne pour les héros voyageurs).



Metro / train de banlieue

Indispensable dans les villes, le réseau de transport en commun est de plus en plus commun dans les animés.

Il est aérien pour les scènes de vie quotidienne :



... Et sous-terrain pour l'angoisse !





Sous-terrains

Les histoires les utilisant sont nombreuses, la raison est toujours la même pourtant. Lieux cachés, avec des secrets enfouis, ou condamnés. Cela n'a en fait rien de propre à la japanimation (les Mondes Engloutis, DA français, et encore avant en littérature « Voyage au centre de la terre » sans parler des mythes traditionnels, monde des morts avec leur passeur).

Les grottes : propices à l'angoisse. (En dehors des animes dans un cadre contemporain, on les retrouve souvent dans les univers médivaux-fantastiques comme Les Chroniques de la guerre de Lodoss, Words Worth).



Parkings sous-terrains : cet élément typique de l'univers urbain est utilisé ponctuellement pour des rencontres à risques entre voyous, gangsters (Black Lagoon) ou services secrets (Ghost In The Shell).



monde secret / oublié / condamné : les villes souterraines sont fréquentes pour évoquer les univers de futur proche (Metropolis, Solty Rei), mais certains animés se déroulant de nos jours les utilisent aussi.





Base secrète / militaire

L'école des héros ! Equivalent de l'école dans les séries de Mécha (Evangelion). Les pilotes sont jeunes ou très jeunes (mineurs) et font fi du nombre d'années nécessaires à leur formation. D'ailleurs, cela ne change pas dans le futur. Dans Starship Girl Yamamoto Yohko, est recrutée une adolescente (venant de notre époque) surdouée du jeu vidéo !
Ces bases militaires sont pour beaucoup liées à des projets gouvernementaux, scientifiques et secrets.

On peut néanmoins trouver des bases militaires "classiques" même si les évènements qui s'y déroulent ne sont pas toujours communs.





La Campagne



Deux grandes utilisations des campagnes sont exploitées dans les animés :
- Le surnaturel.
- La vie paisible (loin de la ville).
L'harmonie avec la nature est rattachée avec l'une ou l'autre, voire ces deux utilisations.

Spécialiste des spécialistes : le Studio Ghibli présente des campagnes contemporaines où les légendes et l'imaginaire sont préservés autant que la nature.
Omohide Poro Poro (Only Yesterday), Pompoko, Mon Voisin Totoro, Le Voyage De Chihiro...

Pour une utilisation plus angoissante et mouvementée de la nature, les scénaristes font appel à la forêt.



Forêt

Lieux de toutes les rencontres et de tous les dangers, les forêts sont tout sauf désertes... Sauf pour le couple qui s'y perd (!).
Equivalent de l'école dans l'approche pour les animés ciblant les adolescents. Dans ce cas on peut noter que l'on ne s'y rend pas, on y est « téléporté » : au diable le trajet de plusieurs heures à pieds (et oui ces ados sont tous à pieds, il y a pas de métro dans les bois et ils n'ont pas de scooter).



Mais la forêt est aussi un lieu féérique propice au dépaysement pour un public familial (on retombe sur la campagne utilisée dans les Ghibli) avec une touche de mystère.



D'ailleurs, certaines séries dans un futur proche, comme Patlabor y placent plusieurs épisodes pour avoir cette touche de mystère, alors même que ce n'est pas le cadre habituel de l'histoire.
Cependant, la forêt reste le lieu de prédilection des séries médiévales et fantastiques (Ninja Scroll, Princesse Mononoke) et elle n'apparaît plus autant dans les séries contemporaines.



Bureau : le lieu oublié...

Alors que l'école est omniprésente dans les séries pour ados, le bureau est presque inexistant dans les séries pour adultes (ou jeunes adultes), autrement que comme simple lieu de passage. Du reste les héros d'âge adulte sont dans les animés des gens de terrains, côtoyant les autres lieux.
Exception, les commissariats : Patlabor, Dominion Tank Police mais peut-on parler de bureau ?
- En fait il y a une autre exception, les séries pour adultes avertis hentai, ou ecchi-




À suivre ! ...

Cliquez ici pour accéder au forum et en discuter :)

Cliquez pour revenir au Tome 1 de l'article.
Le 07-03-2007 à 17:46:18 par : metallord

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.