spacer Dimanche 17 novembre 2019 @ 23:58 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Black Cat  :: Animes ::  Black Clover - Jump ... >>
Black Clover (TV) (2017)
Black Clover (TV)   TITRE ORIGINAL : Black Clover
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2017
  STUDIO : [PIERROT CO.,LTD.]
  GENRES : [ACTION] [FANTASTIQUE & MYTHE]
  AUTEUR : [TABATA YUUKI]
  TYPE & DURÉE : EPS 24 mins (en cours)
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titre alternatif
ブラッククローバー
Synopsis
Asta et Yuno sont deux adolescents vivant dans un monde fantastique, dans lequel règne la magie, et rêvent un jour d’être couronnés Empereur-Mage, le magicien le plus puissant du royaume de Clover. Ce titre honorifique a été créé il y a des siècles lorsqu’un sorcier particulièrement puissant sauva l'humanité des griffes d'un démon gigantesque. Seulement voilà, les deux garçons sont aux antipodes l'un de l'autre. Si Yuno est calme et doué pour la magie, Asta est quant à lui une boule d'énergie hyperactive complètement incapable de lancer le moindre sort. De plus, lors de la cérémonie devant lui donner un grimoire, il ne reçoit rien du tout ! Pourtant, à la vue de Yuno en danger, Asta éveillera le pouvoir d'annuler la magie d’autrui...

-paf-le-chien-
Critiques
------------- Critique 1 -------------

Black Clover est un shônen d'exception, cela ne fait aucun doute tant il brise tous les codes du genre : le personnage principal est un jeune garçon de 15 ans, qui n'est pas très doué dans ce qu'il fait, mais qui persévère, n'abandonne jamais, et ne laisse jamais ses amis tomber ! Plus que ça, il n'a pas peur de viser haut ! Il rêve de devenir ̶r̶o̶i̶ ̶d̶e̶s̶ ̶p̶i̶r̶a̶t̶e̶s̶ le mage le plus puissant du royaume, et que sa puissance magique soit comparable à celle d’une courgette ne saurait l’arrêter ni briser ses rêves !
Bref, ça n’est pas dur à voir donc vous l'aurez compris : de par son originalité, cet animé sent déjà bien la station d’épuration. Mais plongeons dans la fange pour en explorer les merveilles. Effectivement, il y a un élément qui n'est pas tout à fait faux, il s'agit du caractère exceptionnel de l'animé.

Tout d’abord : l'histoire. En tant que telle, elle n'est pas spécialement mauvaise. Le principe du négateur de pouvoirs est souvent très intéressant comme Tohma dans Toaru majustu no index, Eraser Head dans Boku no Hero Academia, ou encore l'Haïtien dans Heroes. Cependant, le problème vient ici du héros, qui rend l'animé franchement déplaisant à regarder.

Le personnage d'Asta est unique dans le sens ou tout, absolument
TOUT
chez lui est conçu pour être énervant, pour en arriver à ce que j'aime appeler "l'effet Naruto". Ce que j'entends par là, c'est qu'en bon héros de shônen, Naruto agit de manière impulsive, ne réfléchit jamais, s’attaque à des montagnes qui le dépassent, mais comme il est le héros, il arrive toujours au bon endroit, pile à temps, et triomphe en vomissant des niaiseries sur le pouvoir de l'amitié. Bref, c’est navrant, on a envie de lui coller des baffes, et il devrait mourir mille fois mais s’en sort quand même. Comme quoi, y’a pas de justice.
Autrement dit, à chaque fois que l’animal apparaît à l'écran, on a l'impression de perdre notre temps, l'histoire n'avance plus. On doit endurer une nouvelle couche de fadaises et des flashbacks de l’épisode précédent, au point que l'on finit par se dire que si seulement il pouvait -par miracle- se faire étriper vite fait bien fait par quelqu'un dix fois plus fort et/ou intelligent, non seulement ça serait bien fait, mais de surcroît on n'aurait plus à le supporter (et le scénario pourrait aller de l'avant).

Mais ça, ça n'est que Naruto, c'est également vrai de Luffy dans One Piece, et bon nombre de personnages d’autres animés mineurs, mais dans tous les cas, ce sentiment d'agacement se construit petit à petit. Ce qui est vraiment exceptionnel dans Black Clover, c'est la performance d'Asta pour arriver à ce point
en un seul épisode
.
Il finit
toutes
ses phrases en hurlant la dernière voyelle, je n’exagère même pas et c'est vraiment fatiguant. Il est de plus lourdingue avec ses avances à la nonne, ses illusions de grandeur sont tout simplement pathétiques. Il est juste stupide d'une manière générale et n'écoute rien de ce qu'on lui dit. Les autres personnages sont bien naturellement agacés par son comportement (grands dieux, j'ai envie de l'étrangler au bout de 5 min, alors imaginez 15 ans !). D'ailleurs, les villageois l'envoient régulièrement paître, le rabrouent, lui renvoient son incompétence à la figure, etc. Ceci est assez jouissif.
Cependant, ces petits instants de bonheur ne compenseront pas la torture que subiront vos oreilles à chaque fois qu'Asta ouvrira la bouche, car le reste de l'animé est aussi désespérément mauvais que le premier paragraphe de cette critique le laisse entendre. Les antagonistes sont méchants pour être méchants, et tout est tellement téléphoné qu'une description un peu vague marcherait pour 34 shônens différents du même niveau.

Si l’on s'y essaie pour l'épisode un, voilà ce que ça donne (attention, spoilers) :

À un moment, tous les jeunes de la région sont rassemblés pour recevoir leur grimoire, on y trouve donc entre autres deux nobliaux qui en substance n'existent que pour dire :

Oh que je suis noble ! Oh, les vilains gueux ! Ohohoh ! Snob snob snob ! Oh ce plouc ne sait pas faire de magie, ohoh, snob snob que je suis noble ! avant d'aller chercher des poux aux héros qui ne leur ont rien demandé, et qui naturellement leur mettront une bonne fessée.
Entre ensuite le méchant mage voleur de goûters qui n'existe manifestement que pour déclencher le pouvoir de l'amitié, du genre :

Oui petit troufion de héros, je suis un magic-o-mètre ambulant et je te confirme que ta puissance magique est à zéro, tu ne seras jamais empereur-mage, tu n'es qu'une crotte, abandonne ton rêve, pendant que je vole son quatre-heures à ton ami ! Oh, non, je t'ai énervé ! Et tu éveilles pile au bon moment un nouveau pouvoir, diantre ! Mais qui l'eut cru ? Et serait-ce là ̶u̶n̶ ̶s̶u̶b̶s̶t̶i̶t̶u̶t̶ ̶p̶h̶a̶l̶l̶i̶q̶u̶e̶ une grosse épée sortie de nulle part ? Et -malédiction- on dirait bien que tu as nullifié ma magie ! Heureusement que je suis là pour tout expliquer, c'est beaucoup plus simple ains-Aaarrrrgh ! dit-il, malencontreusement interrompu par 50 kg de fer aiguisé venus lui masser les côtes.
Ce qui a bien entendu pour conséquence de le projeter contre un mur, et non de faire de l'art abstrait avec ses tripes sur les pavés, parce que les épées c’est comme ça que ça marche.

Au risque de me répéter, véritablement tout dans cet animé est aussi cliché, misérable, téléphoné et grotesque que ce que je viens de décrire tant rien n'a été peaufiné. Par exemple, le héros qui porte son épée gigantesque fil de la lame contre épaule comme si de rien était, ou la nonne qui utilise un sort complexe requérant incantation "sans faire exprès" (véridique). Vient ensuite l‘épisode deux qui nous sert un long flashback, lui aussi tellement niais et prévisible qu'on a envie de faire avance rapide, puis l’épisode trois qui est à son tour de la plus parfaite inutilité.

Et sachez que cette purge est partie pour durer ! Donc à moins que vous ne soyez un maniaque masochiste qui prend plaisir à regarder des animés puants, ou que patauger dans la diarrhée ne suffit pas à vous convaincre que vous vous trouvez dans une fosse sceptique, vous risquez de souffrir encore longtemps !
Mais qu’à cela ne tienne, continuons : Asta & Yuno arriveront finalement à la capitale pour passer l’examen d’entrée de l’ordre des chevaliers-mages, et la créature hurlante sera évidemment acceptée à un poil de fesse près, grâce à un retournement de situation inattendu, incroyable n’est-ce pas ?

S’ensuivront bien sûr diverses petites missions destinées à faire "grandir" nos héros, mais qui seront encore une fois lentes et sans grand intérêt. On entreverra un scénario de fond, si classique et sans surprise que vous saurez de quoi il retourne dès le premier indice. D’ailleurs, comme dit précédemment, vous ne vous étonnerez pas de savoir que les motivations des "méchants" sont comparables à celles d’une bouteille d’Orangina rouge mal secouée.

Voilà à peu près pour l’histoire qui nous est contée. Mais ne croyez pas vous en tirer si vite ! Cerise sur le gâteau, ou devrais-je plutôt dire grain de maïs dans l’étron, on remarquera que l’auteur, insatisfait de l’immonde bouse qu’il avait créée, a décidé de repomper à droite à gauche des idées médiocres ou usées jusqu’à la corde, et de tout bourrer dans son truc pour en faire un déluge de chiure plus terrible encore que les nuées de sauterelles de l’Égypte antique.

On retrouvera donc en vrac le chara-design putride qui semble être le fond de commerce de One Piece. Par exemple : les tics de langage pathétiques de "Mr Hu-ha", ou encore une bonne femme qui marche en dormant, vote en dormant, chie en dormant et qui sans doute un jour tombera enceinte en dormant (#balancetonporc).
Également présent, le capitaine Byakuya Kuchiki de Bleach qui a changé sa coiffure et sa couleur de cheveux, mais conservé son air snob et son balais intestinal, et notre héros rejoindra l̶a̶ ̶g̶u̶̶̶i̶̶̶l̶̶̶d̶̶̶e̶̶̶ ̶̶̶d̶̶̶e̶̶̶ ̶̶̶F̶a̶̶̶i̶̶̶r̶̶̶y̶̶̶ ̶̶̶t̶̶̶a̶̶̶i̶̶̶l̶̶̶ la division des taureaux noirs, un groupe de joyeux lurons hors-normes légèrement irresponsables et manifestement névrosés qui passent leur temps à se battre entre eux, en plus d'avoir une fâcheuse tendance à casser tout ce qui les entoure.
Heureusement, devant la ̶ ̶n̶a̶ï̶v̶e̶t̶é̶ gentillesse qui jaillit régulièrement du sphincter buccal de notre héros, nul rustre, psychopathe, pédophile ou tsundere ne saurait rester insensible, et Asta sera bientôt parfaitement intégré dans sa nouvelle équipe.

Ceci dit, comme l'a prouvé le célèbre jeu Conker's Bad Fur Day, même la matière fécale peut receler du talent. Si Black Clover n'est certainement pas un bon animé, le studio d'animation semble avoir fait contre mauvaise fortune bon cœur, et certaines scènes de combat telles que l'affrontement entre Yami et Licht sont très bien réalisées.

Pour conclure cette critique, si l’on y réfléchit de plus près (oui) on réalise que Black Clover est un shônen en réalité destiné à un public bien plus jeune (à vue de nez : 7~8 ans contre 13~16 ans d'ordinaire). Ceci explique sans doute les personnages caricaturaux, les motivations complètement dénuées de profondeur et l’humour pipi-caca.
Mais n’allez pas croire que cette réalisation débouchera vos toilettes, un adulte à peu près normal oscillera entre « mouais, regardable » et « oh mon dieu, mais tuez-moi ! », à moins que ça ne soit « oh mon dieu, mais tuez-le ! ».

Voilà, dans le cas ou le champ lexical utilisé ici n’a pas suffi à faire passer l’idée : Black Clover est une merde à la limite du regardable. Comprenez bien que je ne suis pas du genre à me lancer des fleurs, mais je mettrais ma main à couper que la lecture de cette critique restera plus amusante que l’animé lui même !

Conclusion : la scatophilie, c’est à vos risques et périls !

-paf-le-chien-

------------- Critique 2 -------------

Une deuxième avis, c'est bien aussi d'autant que je ne partage absolument pas un tel désabusement !
D’abord commençons par ce que beaucoup reprochent à Black Clover c’est-à-dire son manque supposé d’originalité. Black Clover est-il original ou est-ce juste un clone d’une autre série ? La réponse à cette question est identique à cette allégorie : Si monsieur A conçoit la rue , monsieur B fabrique la carrosserie et monsieur C un moteur, monsieur D a lui utilisé les inventions précédentes pour créer la voiture. Cela veut-il dire qu'il est un inventeur à part entière ou juste un copieur ?
Selon moi, oui Black Clover est une série voire même une excellente série qui utilise tous les codes du shônen jump et du manga à la perfection pour faire un anime qui reprend les points forts de ses prédécesseurs à savoir des personnages et une histoire d'envergure avec peu ou pas de défauts.

Ensuite, son autre point fort réside dans son système de magie, simple dans son fonctionnement.
A la naissance, chaque individu possède une magie qui lui ait propre et c’est son vécu qui la fait évoluer. Aucun entraînement ne peut produire un changement. Seule l'amélioration personnelle peut engendrer un power-up et obtenir la confiance en soi. Se faire des amis, prendre une résolution font également évoluer le pouvoir des personnages à l'opposé d'autres mangas tel que Fairy Tail où le pouvoir de l’amitié fait office de deus ex "Machima” (non pas machina :)).
Les discours moraux de Black Clover sont à même de créer des power-ups. Au tout début de la série Noelle n’a qu’un pouvoir offensif et c’est sa volonté de vouloir protéger les autres qui va lui donner un pouvoir défensif et non un exercice particulier. Par la suite, c’est l’usage de la non magie d'Asta qui est mis en avant : Asta n’a pas de super pouvoir, un peu comme Izuku dans My Hero Academia. Cette singularité provoque le mépris de la population. A la différence de My Hero Academia où le héros fait tout pour rentrer dans la norme (les super héros) quitte à prendre la voie qui le transformera en son modèle All Might, une sorte de logue qui donne illusion d’être le meilleur (une bonne comparaison c’est le dopage qui tue les athlètes mais leur permet de briller), Asta lui choisit de rester tel qu'il est et d'utiliser sa différence à son profit. Lorsque les autres gagnent en puissance grâce à leur magie innée, de son côté Asta développe sa capacité par l’entraînement et sa forte volonté. Il acquiert ainsi une épée fonctionnant uniquement grâce à son absence de magie.

Enfin l’autre atout de cet animé, c'est ses personnages ! Loin d'être exceptionnels, on trouve néanmoins deux archétypes bien établis : le héros du type nekketsu et la tsundere soit Asta et Noelle.
L’un est immature, avec un grand rêve et une ténacité à toute épreuve, l’autre est bipolaire, refuse d’admettre ses sentiments et amoureuse du héros. Heureusement, l'anime va au-delà de ça !
Asta , bien que très immature, n’est pas comme Naruto, Luffy ou Son Goku qui sont irresponsables et idiots. L'inintelligence d'Asta est surtout due à son impulsivité qui le pousse à commettre des actes irréfléchis, si on fait bien entendu abstraction de toute romance. Toutefois quand quelque chose d’évident survient sous ses yeux, contrairement à ce qu'a mentionné une certaine personne plus haut, il va comprendre et ne fera jamais de chose irresponsable comme manger le garde, manger en plein mer ou épargner un ennemi car il aimerait le combattre à nouveau. En plus, il fait le ménage comme un bon garçon bien élevé et mange normalement.

Passons maintenant à Noelle . Cette dernière est plus proche d’une tsundere à l’ancienne bien qu'elle possède certains traits modernes. Elle est une sorte de mélange de Lina (Slayers) et Misaka Mikoyo (Railgun). Mais surtout ce qui la rend si intéressante c’est qu'elle s'affiche à l'opposé de 95% des protagonistes principaux féminins qui peuplent les nekketsus . Noelle est un personnage
utile
, allant de l'avant aussi bien du point de vue personnel qu'au niveau de ses capacités, à l'inverse de Sakura (Naruto) ou Nami (One Piece). On l'assimilerait davantage à Zoro (One Piece) ou Krilin (principalement dans Dragon Ball, DBZ mis à part) car son rôle se résume à être la meilleur amie d'Asta et non de servir de love interest. Si on faisait une comparaison avec Olive et Tom, Asta serait le capitaine/attaquant de l’équipe, Noelle la gardienne de but/deuxième attaquant et Yuno (le rival officiel) serait Tom la figure du rival qui part en équipe d’Allemagne alors qu'Asta joue en équipe nationale.

Dernier point à aborder : le ton de l’histoire. Un peu à l'image d'Index ou Railgun , on alterne entre la comédie et le drame avec, en revanche, des enjeux plus concrets. Sans trop révéler, on peut affirmer que lorsque l'auteur tue un personnage, il le tue vraiment et tous les autres en subissent les conséquences. Les civils innocents ne sont pas non plus à l'abri et meurent de façon implicite ou explicite.

En conclusion, Black Clover est un excellent animé qui s’appuie sur une bonne histoire et des personnages bien construits malgré le fait que tout soit une association de plusieurs bonnes idées, puisées dans d'autres œuvres. Celles-ci sont judicieusement relues, les défauts gommés, pour en ressortir que du positif !

-Azope-
Note de la rédaction
Série prévue dès le 03/10/2017.

Bande annonce
Licencié par :

[Game One]
Distributeur TV
[J-One]
Distributeur TV
Crunchyroll
Distributeur Web
@anime
Éditeur Blu-ray
Éditeur DVD

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Voir aussi
Black Clover - Jump Festa 2018 Special
Black Clover : Jump Festa 2016 Special
Black Clover : Mini clover (Épisodes Spéciaux)
Black clover : Mini clover advance
Mugyutto! Black Clover
Références
http://bclover.jp/
Japon
Site officiel.

Recherche Google : black clover (tv) black clover tabata yuuki pierrot co.,ltd.
Recherche Yahoo : black clover (tv) black clover tabata yuuki pierrot co.,ltd.

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Black Clover (TV) © 2017 TABATA Yuuki / Pierrot Co.,Ltd.

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.