spacer Jeudi 23 novembre 2017 @ 00:55 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
actuasite
 À vous les studios épisode 9 : Sunrise
 









Une fois n'est pas coutume, ce neuvième épisode aura le droit à une utilisation massive de la première personne du singulier. La raison de ce changement est simple : écrire une chronique sur Sunrise me fait peur...
Avec plus de 40 ans d'activité, un nombre impressionnant d'animés produits, une apparente démesure avec plusieurs subdivisions en son sein et un catalogue beaucoup plus complexe qu'il n'y parait, il m'est clairement impossible de présenter Sunrise sur un format aussi court en me basant sur la seule chronologie de leur œuvre. Il me fallait donc un autre angle d'attaque, celui des idées reçues concernant ce studio, mes propres idées reçues.



En ce qui me concerne, la première fois que j'ai remarqué véritablement le nom de Sunrise dans un générique, c'était à l'occasion de mon premier visionnage de Cowboy Bebop. Or, très vite dans mon esprit étriqué s'est installée comme une rivalité entre cette série et Trigun. En effet les deux séries sont sorties la même année, possèdent toutes les deux un protagoniste au top de la classe et des épisodes indépendants qui servent à préparer un final de qualité. Par la suite, quand j'ai appris que les deux studios en charge de ces séries avaient été créés la même année (1972) par des membres du studio Mushi, j'en ai conclu que Sunrise et Madhouse étaient d'éternels rivaux liés par le destin.
La réalité semble beaucoup moins simpliste. Tout d'abord, si les fondateurs de Madhouse sont restés dans les mémoires, ceux de Sunrise demeurent dans l'anonymat.
De plus, les choix éditoriaux de ces deux maisons ont été radicalement différents. Dès le départ, Sunrise s'est tourné vers les séries de type mecha, un marché à l'époque moins juteux qu'aujourd'hui. Ainsi, avec l'aide de créateurs originaux comme Yoshiyuki Tomino et Ryôsuke Takahashi, le studio va réaliser durant les années 80 les plus grandes licences du genre comme Dunbine, Armored Trooper Votoms et bien évidemment Gundam.



Pendant longtemps, ces marques et leurs produits dérivés, ajoutés aux vagues souvenirs qu'ils me restaient du premier visionnage de Gundam Wing m'ont persuadé que Sunrise pratiquait un mecha basique et hautement commercial.
Là encore, mes préjugés malsains me faisaient défaut et j'ai aujourd'hui un avis beaucoup plus bienveillant sur la question. Le genre mecha est multiple et il compte en son sein des séries aussi différentes que Goldorak, Evangelion ou encore Kenzen Robo Daimidaler. En ce qui concerne les séries Sunrise, on peut observer une constante : le traitement sociologique du conflit armé. Évidemment, les Gundam Wing, Seed et autres Votoms possèdent des protagonistes charismatiques mais ils les inscrivent toujours dans un contexte politique qui explique leurs actions. De plus, concernant Gundam, les récits ne s'articulent jamais autour d'un manichéisme naïf mais présentent toutes les factions en présence comme autant légitimes les unes que les autres. Du coup, même si il est vrai que les séries de Sunrise possèdent un fort potentiel commercial, elles n'en demeurent pas moins de qualité, que ce soit pour leur réalisation ou pour leurs histoires.
La licence Gundam n'est pas le seul exemple et l'on peut également citer des titres comme Escaflowne ou plus récemment Code Geass.



Mais tout cela m’amène à une autre idée reçue : Sunrise, c'est juste du mecha. Une fois de plus, je peux quitter le manteau des jugements hâtifs pour revêtir le marcel du repentir car le studio a visité tous les styles.
Dès le début des années 80, le studio s'autorise des excursions dans la littérature occidentale avec un téléfilm consacré à Croc blanc de Jack London et expérimente une science fiction plus occidentale avec Crusher Joe. À la fin de la décennie, le studio continue sur cette lancée et se renouvelle grâce à la comédie policière Nicky Larson et les aventures de la Dirty Pair viennent enrichir l'univers de Crusher Joe.
Par la suite, si les armures mécanisées continuent à régner sur les productions Sunrise, certaines séries réussissent à échapper à la règle. C'est le cas de Cowboy bebop, du magical girl Mai-HiME, de la comédie déjantée de Gintama et de plusieurs autres.
D'une certaine manière, le moteur de cette société semble être cette volonté de toujours atteindre un large public.



Cette optimisation de son catalogue fait-il de Sunrise une énorme usine à productions sans saveurs ?
Pas tout à fait...
Comme je l'ai dit plus tôt, le studio a su bénéficier des services de grands auteurs japonais, Yoshiyuki Tomino en tête. Cet auteur et réalisateur actif depuis les années 60 est considéré comme l'instigateur du style « mecha réaliste » grâce à la licence Gundam. Si son nom et ses productions semblent à jamais associés au studio Sunrise, d'autres créateurs ont prêté leurs talents au studio. Ainsi Shôji Kawamori, Katsuhiro Ôtomo, Gorô Taniguchi ou encore Keiichi Hara ont su apporter leur originalité dans une maison taillée pour le succès.
Quand au fameux Hajime Yatate, il s'agit ni plus ni moins que du pseudonyme des membres du studio, quand ces derniers créent un animé de manière collective.
Au final, Sunrise est un studio que j'adorerais détester avec une dimension hautement mercantile et son rachat en 1994 par la Namco-Bandai. Pourtant, il m'est impossible de jeter aux orties une maison de production qui a sorti des comédies hilarantes comme Danshi Koukousei no Nichijou et des perles de lucidité comme l'exceptionnelle série Planetes.
Quoi qu'il en soit, toutes ces idées reçues étaient les miennes et je m'en confesse volontiers. Je me demande seulement si je suis le seul à avoir pensé de cette manière et je vous invite donc à venir partager votre avis sur la question à .

-Jules avec l'aimable participation de Jigoku Kokoro, Kaorisuzuchan et Kenji Shinoda-




Toujours en cours, n'oubliez pas notre Tournoi des légendes. Une thématique opposée a nos habitudes puisque ce sont les méchants qui sont à l'honneur ! Nouvelle semaine, nouvel affrontement aussi, Qui pour vous est le meilleur méchant de l'animation ? Pour répondre à cette question, n'hésitez surtout pas à participer à notre tournoi et voter pour votre candidat préféré chaque semaine dans notre module de sondage sur la page d'accueil du site.

-JigoKu Kokoro-



Amis passionnés, membres de notre communauté, visiteurs assidus, sachez que Animeka a besoin de vous ! Pour renforcer ses équipes afin de vous offrir encore plus de contenu, d'infos, de fiches... L'équipe de bénévoles passionnés recrute. Nous cherchons des rédacteurs de fiches, de news, des correcteurs...
Animeka c'est une grosse base de données à mettre à jour, à compléter (réalisateur, studio, licence...) mais aussi des synopsis, des critiques à rédiger... Tout un contenu à produire et à corriger qui n'attend que la plume de passionnés. L'animation, c'est aussi de l'actualité, les sorties cinéma, les avant-premières, la VOD, les DVD et Blu-Ray, les jeux vidéo, les projets... Si l'un de ces domaines est une de vos prédilections, alors n'hésitez plus et venez partager votre passion en rédigeant de courtes news, des synopsis, des critiques, des fiches, tout ce qu'il faut pour compléter nos fiches.
Si l'aventure vous tente, si la passion et le partage sont vos créneaux et que vous avez la plume facile alors rejoignez-nous en envoyant vos candidatures à recrut@animeka.com
Vous trouverez le détail des nombreuses petites choses que vous pourriez apporter à votre site favori en consultant
notre annonce
sur le site et sur notre
forum
!



Animeka c'est aussi sur
Facebook !
Suivez toutes les actus pour assouvir votre passion par l'intermédiaire de notre page rédigée par Syaoran. Partagez-la avec vos amis !
dimanche 21 juin 2015 @ 18:18:40 par jules  
<< Le Tournoi des Légendes : Du sang et du mystèreLe Tournoi des Légendes : Prisonnier du passé >>

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.