spacer Jeudi 23 novembre 2017 @ 23:13 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Baka to Test to shou...  :: Animes ::  Baka to Test –Summon... >>
BAKA to TEST –Summon the Beasts– (2013)
BAKA to TEST –Summon the Beasts–   TITRE ORIGINAL : Baka to Test to Shoukanjuu
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2010
  STUDIO : [SILVER LINK]
  GENRES : [FANTASTIQUE & MYTHE] [COMéDIE] [AMOUR & AMITIé]
  AUTEUR : [INOUE KENJI]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 13 EPS 25 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titre alternatif
バカとテストと召喚獣
Synopsis
L’établissement Fumizuki est une école très particulière qui répartit ses élèves en six classes en fonction de leur score lors d’un examen. Les lycéens ayant les meilleurs résultats iront dans la classe A où un confort maximal pour étudier est assuré tandis que ceux minimisant l’examen seront envoyés dans la classe F, la plus insalubre.

Akihisa Yoshii bien qu’étant l’un des plus mauvais étudiants, espère réussir le devoir afin d’atteindre la plus haute classe possible. Cependant, lors de ce dernier, il perd du temps pour venir en aide à une de ses camarades de classe, nommée Himeji, qui finit par s’évanouir. De ce fait, Yoshii et elle se retrouvent ensemble dans la classe F. Devant l’état déplorable des conditions de travail, la classe F décide de former une rébellion à l’aide de l’ESB. Ce système propre à l'établissement permet aux élèves d’invoquer une miniaturisation d’eux-mêmes et d’affronter les classes supérieures pour échanger leur place. La force de leur invocation dépendant uniquement de leur dernier résultat aux examens, la classe F part avec un sérieux handicap dans cette bataille où tous les coups sont permis.

-Syaoran-
Critiques
Dans l’animation japonaise, les comédies de type shōnen s’inscrivent essentiellement dans le registre ecchi. Le style a été usé jusqu’à la corde avec bon nombre de séries où les auteurs se contentent de créer des situations cocasses dans l’unique but de montrer de plus en plus ouvertement les petites culottes et autres parties intimes des jeunes héroïnes. Dans ces œuvres, l’humour tient plus de la perversion visuelle que de véritables gags à proprement parler. Satisfaire les fantasmes de l’otaku moyen qui représente la base du commerce dans l’industrie de l’animation japonaise a toujours été et sera toujours la véritable raison derrière cette masse de séries sans réelles originalités. Cependant, des auteurs savent aller plus loin et pousser la comédie dans sa forme la plus intéressante. On se souvient de School Rumble qui avait su trouver son propre humour ou encore de Seto no Hanayome, décalé à souhait. Dans le cas de Baka to Test to Shoukanjuu, si ce dernier ne payait pas de mine à ses débuts, il s’est révélé être une agréable surprise prouvant de par son existence qu’il est encore possible de faire de bonnes comédies en utilisant l’ecchi mais avec parcimonie.

Esthétiquement parlant, la série est à la fois riche et complète réussissant de ce fait à se démarquer des autres productions du genre. Si la patte graphique donne un aspect kawaï aux personnages retranscrivant ainsi visuellement la bonne humeur qui imprègne l’oeuvre, sa vraie force réside dans la variété de styles artistiques qui se succèdent. En premier lieu comme l’on pouvait s’y attendre, le background permet d’introduire une version chibi des divers protagonistes mais ne se limite pas à ça. En effet, bon nombre de déformations sont ici présentes du fait de cet esprit parodique que l’œuvre possède (aspect crayonné, aspect shōjo, aspect yaoï…). L’animation se met ainsi au service de l’humour qui parcours l’œuvre et parvient en conséquence à faire partie intégrante de ce dernier.

À première vue, Baka to Test to Shoukanjuu allait prendre racine dans ce style chibi et nous offrir des épisodes où l’humour reposerait uniquement sur l’apparence des personnages. C’était véritablement sous-estimer l’oeuvre que de le penser car tout en étant simple et rafraîchissant, l’humour de cette dernière est en réalité réparti en plusieurs thèmes. Ceux-ci vont être exploités plusieurs fois durant l’animé pouvant laisser craindre au spectateur une certaines répétitions dans les gags. Cependant, l’un des grands talents de l'auteur est d’avoir su systématiquement reprendre une précédente plaisanterie tout en l’améliorant réussissant alors à refaire rire le spectateur sur le même sujet. Avouons le, ceci n’était pas si difficile à faire tant l’humour est décapant et s’introduit de manière spontanée dans les actions des protagonistes. Ces derniers étant par ailleurs dotés d’une folie naturelle dont on ne se lasse pas, on rentre aisément dans leurs délires. Entre les combats de nos jeunes héros pour savoir qui survivra à la nourriture de Himeji, la passion du Voyeur, l’ambiguïté sexuelle de Hideyoshi ou encore l’amour destructeur de Shoko pour Yuji … les sujets extravagants ne manquent pas dans cette comédie bonne enfant.

Maintenant, il existe un autre thème particulier où la série excelle pendant ces treize épisodes : la parodie. En effet, des clins d’oeils à différentes séries ayant connues un fort succès au Japon ont été distillés tout au long de l’animé. De Higurashi no naku koro ni à Full Metal Alchemist en passant par Code Geass ou encore Gundam Seed, les références otakus pleuvent. Même la séduisante succube Morrigan Aensland de Darkstalker, véritable fantasme masculin il fut un temps au Japon est mise en avant. Cependant, ce que l’on retiendra avant tout est cet épisode 8 tout simplement épique. Faisant suite à un épisode 7 où le studio est passé totalement à côté de son sujet, ce dernier était un spécial parodies mettant au centre du scénario une de l’incontournable Neon Genesis Evangelion dont on se rappellera longtemps tant celle-ci était réussie. De façon plus générale, la série parodie également d’autres catégories d’animés comme le shōjo avec notamment cet effet "bulles de couleurs" mis en arrière plan qui est propre au genre ou encore le yaoï avec cette effémination de certains protagonistes masculins dans leur comportement. Cette dernière est d'ailleurs utilisée avec beaucoup de dérision et représentera par la suite un thème humoristique à part entière.

En clair, Baka to Test to Shoukanjuu ressuscite avec talent un genre dont on n'attendait plus forcément grand-chose. Avec des personnages et une ambiance haut en couleurs, la série nous offre finalement un agréable moment de détente. Les thèmes humoristiques utilisés sont pour le moins nombreux et surtout très diversifiés. Il sera difficile de résister au mordant des répliques tant les gags s’enchaînent avec fluidité et possèdent un aspect délirant hors du commun. Ajouté à cela, les otakus que nous sommes pourront tenter de dénicher tous les différents clins d’oeils parodiques dont la série regorge et qui se trouvent parfois extrêmement bien cachés. À la fois complète et soignée, Baka to test to Shoukanjuu est une comédie amenée à devenir certainement une référence dans un genre qui, encore hier, en manquait cruellement.

-Syaoran-
Note de la rédaction
Bande annonce


Nous vous invitons à discuter de la série sur le forum !
Licencié par :

Docomo d animestore
Distributeur Web

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Voir aussi
Baka to Test to shoukanjuu (spécial Noël)
Baka to Test to shoukanjuu (spéciaux)
Baka to Test –Summon the Beasts– II
Baka to Test –Summon the Beasts– OVA 1 & 2
Références
Recherche Google : baka to test –summon the beasts– baka to test to shoukanjuu inoue kenji silver link
Recherche Yahoo : baka to test –summon the beasts– baka to test to shoukanjuu inoue kenji silver link

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
BAKA to TEST –Summon the Beasts– © 2010 INOUE Kenji / Silver link

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.