spacer Mardi 19 janvier 2021 @ 22:32 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Portrait d'un héros pas comme les autres : LIMULE TEMPEST !
En attendant la suite en 2021, braquons les projecteurs sur un héros d'anime :
LIMULE TEMPEST




Voyageur d'un autre monde, souverain d'une nation et ami d'un dragon légendaire, une des créatures les plus puissantes au monde. Il n'est pourtant qu'une boule de gélatine bleue, un simple slime que l'on ne peut pas prendre au sérieux au premier abord. Oui, oui vous avez bien lu! Il s'agit bien de cette pâte gluante visqueuse, colorée et très malléable qui fait le bonheur des enfants en kermesse. Rendue célèbre outre atlantique grâce au film Flubber ou encore par son utilisation dans les boîtes à prouts.
Côté Japon, les slimes sont la mascotte privilégiée de la série de jeux RPG Dragon Quest créée en 1986 par Yuji Hori et chara-designée par Akira Toriyama. De nombreux caméos et références à ce jeu sont distillées par l'auteur, Fuse. L'apparence de Limule est à ce propos un pastiche de ces fameux slimes.

Héros malgré lui, Limule (ou Rimuru) est le personnage principal de l’œuvre de Fuse : Moi quand je me réincarne en slime. Cette série a pour base un webroman amateur publié sur le site Shôsetsuka ni narô, site dont sont parvenus des perles de l'Heroïc Fantasy telles que Log Horizon (dont la saison 3 prévue pour début 2021), Re-Zero (avec la deuxième partie de la saison 2 qui démarre aussi cet hiver) ou encore The Rising of the Shield hero.
Succès aidant, Moi quand je me réincarne en slime a été adapté en light novel, en manga et en anime, devenu progressivement un vrai phénomène au Japon (dans le top 5 des ventes d'isekai juste derrière Overlord). Plusieurs mangas dérivés ont également vu le jour, tous supervisés par Fuse, et notamment The Slime Diaries (dont la diffusion a été reportée au printemps 2021).



Pourquoi un tel engouement ? En reprenant les termes de la très bonne critique de paf-le-chien (lisez-la), Moi quand je me réincarne en slime propose une histoire atypique et amusante et a offert un vent nouveau à la clique des Isekai trop souvent répudiés pour leurs histoires fondées sur des harems et gros lolos (il y en a aussi dans l'entourage de Limule mais pas au point de n'avoir aucune personnalité et un rôle qui se résume à ça) ou leurs récits franchement malsains (on n'évoquera pas les "dark fantasy" qui sont une catégorie bien à part).

Limule n'a au départ rien d'un héros. Ce n'est ni un conquérant ni un coureur de jupons. C'est à la base un salaryman, un simple employé de bureau qui cherche à se créer un petit havre de paix pour profiter pleinement de sa nouvelle vie et surtout échapper à une solitude qui le pèse depuis sa réincarnation (quand votre seule compagnie est une compétence « Grand Sage », sorte de GPS et d'encyclopédie à voix féminine mais robotique pour monstres, il y a de quoi déprimer). Après sa rencontre avec son premier ami Veldra, le dragon des ouragans, "légèrement" timide sur les bords, et lui aussi solitaire depuis des siècles, qu'il lui donnera son nouveau nom de baptême et qu'il gobera, récupérant de facto son mana, il part à la découverte du monde.




S'il devient un cador, comme on l'a énoncé plus tôt, c'est en raison des ennuis qui lui tombent accidentellement dessus et des tuiles qui s'accumulent un peu comme une mauvaise journée de travail (ou mauvaise journée tout court) sans qu'il n'ait rien demandé.
S'il s'engage dans un périple c'est davantage pour répondre à une promesse ou pour aider un ami ou un allié dans le besoin. Au début il n'a pas d'ambition ou d'intention particulière, il aime blaguer et s'amuser (ses expressions "smilesques" et ses émotions sont fortement bien rendues dans l'animé). Il vit au jour le jour et règle les problèmes qui se présentent devant lui et encore quand il part au combat, il avance toujours d'un pas hésitant sans jamais être certain de gagner. Pacifiste convaincu, Il cherchera toujours une pirouette ou une solution à l'amiable (en vain) pour régler les litiges. Réaction qui serait la nôtre si on était un simple slime face à des monstres ou esprits de plus de trois mètres de haut cracheurs de feu et, ce, malgré des compétences "cheatées" (qu'il a reçues lors de sa réincarnation) comme "prédateur" qui lui permet de voler les pouvoirs et l'apparence de ses adversaires après les avoir absorbés.



Tout au long de l'animé, nous voyons progressivement Limule créer son chez lui, un lieu ouvert à tous qui regroupe différentes races (gobelins, nains, loups, ogres, orcs, hommes-lézards), au fil de ses rencontres, ses épreuves de force et ses aventures. On est à peu près à mi-chemin entre les Sims et Dragon Quest, notre héros se transforme en un gestionnaire (il travaillait dans une entreprise de construction lors de sa vie précédente) devant recruter des artisans compétents (non sans peine) pour faire tourner la boutique, signer des accords tout en affrontant divers ennemis (démons ou humains) qui s'intéressent à lui ou le considèrent comme une menace.
Ce n'est pas non plus un loup solitaire. Avant de partir au casse-pipe, il consulte toujours ses subordonnés qui ont chacun une personnalité plutôt fouillée et les considère comme des membres de sa famille (bien déjantée signalons-le car tous ne sont pas forcément très fins et sont assez extravagants voire expéditifs pour certains, logique de monstres oblige).
Le fait qu'il nomme ces monstres (à la base pour rendre les échanges plus commodes) les fortifie et renforce ses liens magiques avec lui.



Le monde de Limule n'a pas besoin d'être sauvé tous les jours mais ce n'est pas non un long fleuve tranquille et sans aucune anicroche débordant de mièvrerie, la première saison est plutôt une introduction, une suite de petites aventures où on part à la découverte, au plus bas de la chaîne alimentaire, de ce nouveau monde inconnu (qui emprunte ses codes aux jeux vidéos), de nouvelles terres, de nouveaux visages, les ennemis d'hier devenant par la force des choses les amis de demain. Le déroulement du récit est extrêmement bien rythmé et offre des enjeux intéressants. C'est presque "l'équivalent" de la saga East Blue de One Piece.

Limule n'a pas d'ambition ou de rêve impossible comme devenir hokage ou le numéro 1 des super-héros, c'est juste un type lambda qui devient un héros et un roi, car on ne lui laisse pas vraiment le choix et poussé par ses compagnons.
Rappelons-le son seul but c'est juste qu'on le laisse vivre tranquille sans chercher absolument le combat sauf bien entendu si c'est pour aider un ami ou si ce sont les ennuis qui le trouvent. Pour le coup, c'est râpé et à chaque nouveau chapitre la même question nous pend aux lèvres : quelle nouvelle catastrophe va lui tomber dessus et par quelle pirouette va-t-il s'en sortir ?
L'humour de la série réside dans le décalage constant entre ses réactions typiquement humaines et propres à son monde d'origine et son nouvel univers inspiré des jeux vidéos. Être un slime d'ailleurs l'a, pour l'anecdote, enfin tiré de son célibat au point que toutes les filles le trouvent si mignon qu'elle veulent se l'arracher (au sens propre comme au figuré) à son grand désarroi ! Notez qu'étant un slime, il est physiquement asexué (ce qui achève son moral, il n'a pas forcément gagné au change lors de sa réincarnation de ce côté-là).



Cependant si l'histoire de Limule est saine et apaisante, elle peut être aussi triste et offre plusieurs moments dramatiques (cf. la tragédie de Shizu, l'âme sœur de Limule, sublimée en animé).
Par ailleurs, Limule a beau être un type plutôt cool, compatissant et gaffeur à la base, son caractère s'assombrit et il devient progressivement beaucoup plus impitoyable voire méconnaissable à mesure qu'il rencontre des ennemis puissants, cruels et retors.
Un virage abrupt de sa personnalité s'opérera à ce sujet au cours de la saison 2, véritable césure comparée à la "linéarité" observée jusque-là ! Les enjeux deviendront beaucoup plus géopolitiques et sombres.
Comme dirait sire Arthur dans Kaamelott : « ça pue du cul mais violent ! »



En somme, un héros atypique, auquel n'importe qui peut s'identifier, se démarquant sans peine des autres dans l'univers des "isekai" et de l'Heroïc Fantasy nippone. Il est loin du surhomme téméraire à la sauce shônen qu'on nous sert inlassablement.
Pendant cette longue période de confinement, plusieurs sagas ont été mises à jour et notamment Moi quand je me réincarne en slime analysée au microscope : synopsis et critiques ont été publiés à tous les épisodes spéciaux et OAV produits jusque-là !
Pour terminer, nous laisserons le mot de la fin au principal intéressé :

- Rédaction d'Animeka : M. Limule ou Seigneur Limule si vous préférez, nous vous remercions pour votre passage sur Animeka et cette interview exclusive. Après ce scanner à la loupe de votre personnage, que répondez-vous à nos lecteurs et lectrices ?
- Limule : Je ne suis pas un mauvais gluant !

Cadeau de Noël pour les braves, voici un clip musical officiel du prochain générique de la série chantée par l'idol TRUE (de son vrai nom Miho Karasawa) qui a déjà interprété les deux précédents génériques de fin tels que Another Colony de la première saison) :




Moi, Lelouch Vi Britannia vous ordonne chers lecteurs et chères lectrices...Foncez voir la saison 2 en janvier !


Venez en discuter sur le ou sur notre serveur .
Le 21-12-2020 à 10:01:39 par : Bubu (rédaction), Shinku (correction), Matchoss (publication)

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.