spacer Lundi 27 février 2017 @ 12:10 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
L'humanité vue par Hayao Miyazaki : « Nausicaa de la vallée de vent »



L'humanité vu par Hayao Miyazaki : « Nausicaa de la vallée de vent »


Si les longs métrages de
Hayao Miyazaki
sont connus pour leurs grandes qualités, on peut aussi y trouver bien plus qu'une simple jolie histoire avec de beaux dessins. Il y a bien évidemment la passion que le réalisateur voue aux avions et autres machines volantes mais il existe aussi une certaine vision que l'homme a de ses semblables. A travers Nausicaa de la vallée du vent, Miyazaki a tenu à faire passer un message sur la guerre et l'incapacité de l'homme à vivre en harmonie avec son environnement. Je vous invite donc à plonger dans les réflexions que l'auteur d'autres grands films d'animation a tenu à partager avec nous.




Nausicaa, les origines :




C'est en 1984 que sort sur les écrans l'adaptation du manga du même nom, réalisée lui aussi par Miyazaki. Le personnage de Nausicaa et son histoire sont des projets sur lesquels Miyazaki s'est beaucoup investi (sur lequel ne l'a-t-il pas fait, me direz-vous). Il dut convaincre les producteurs de sa vision du film d'animation par l'intermédiaire d'un manga. Et grâce à ce travail et avec l'aide de son ami réalisateur
Isao Takahata
, il put mettre en route son projet.

Ainsi, cette histoire nous projette dans un futur très lointain, le monde tel que nous le connaissons n'est plus.



L'histoire :



Après de longues années de guerre et de violents affrontements, il y eut un point de non-retour. " Les sept jours de feu " marquèrent l'utilisation de terribles armes destructrices et provoquèrent la fin de la suprématie de l'homme et de son monde. Depuis ces jours funestes, il y a de ça près de mille ans, est apparue la Fukaii, une étrange forêt toxique pour l'homme et les animaux, qui recouvre désormais la quasi-totalité de la Terre. Dans cette forêt où l'homme ne peut survivre sans un masque de protection, vivent des milliers d'insectes géants redoutables qui veillent jalousement sur leur territoire. Les plus terrifiants d'entre eux, les Omous, sont même considérés comme les gardiens de ce domaine. Dans cet univers, l'homme subsiste encore dans quelques endroits. Des lieux que les spores des plantes toxiques de la Fukaii n'ont pas encore réussi à coloniser. Bercée par une douce brise permanente qui éloigne les spores, la vallée du vent est un de ces petits territoires où la vie et les plantes d'autrefois subsistent encore. Le récit nous entraîne alors dans cette vallée à la rencontre de Nausicaa, princesse de son état, jeune fille humaniste mais aussi profondément proche de la nature. Téméraire, cette dernière n'hésite pas à faire des incursions au sein de la Fukaii afin d'en ramener des spores et des échantillons. Elle reste persuadée que le salut de l'homme se trouvera dans la compréhension de ce qu'est la Fukaii. Elle est aussi extrêmement douée pour comprendre et anticiper les comportements des terribles insectes, là aussi convaincue qu'une compréhension mutuelle vaut mieux qu'un affrontement.
Une nuit, un vaisseau de guerre Tolmèque, une autre enclave puissante d'hommes, s'écrase dans la vallée. A son bord, la princesse d'une autre nation redoutable, les Péjités, ainsi qu'une étrange cargaison qui va bien vite semer le trouble et amener la guerre dans la paisible vallée.




Bien qu'il y ait d'autres films de Miyazaki où ces sujets sont abordés, Nausicaa de la vallée du vent est peut-être un de ceux où les messages sont les plus directs et les plus explicites.



L'écologie et le respect de la Terre



Au travers de cette Fukaii et de ces insectes géants, Miyazaki nous conte une vision de la terre reprenant ses droits de la manière la plus radicale qui soit en éradiquant purement et simplement l'homme. Dans ce développement, il nous invite aussi à nous poser des questions sur le devenir de la Terre si l'escalade de la violence et du nucléaire prenait le dessus. (Il faut rappeler qu'en 1984 la course à l'armement nucléaire était en vogue en ces temps de guerre froide entre l'URSS(Russie) et les USA). Miyazaki apporte alors une réponse à une question que les gouvernements de l'époque ne voulaient pas se poser, à savoir : "la guerre nucléaire oui mais après ?..." Devant ce constat, et par le biais du personnage de Nausicaa, il émet l'idée simple que l’appréhension de son environnement est bien plus utile que de s'y opposer. Les secrets de la Fukaii nous rappellent que la nature en elle-même reprend souvent ses droits et parvient à rétablir l'équilibre si l'on se donne la peine de s'adapter à son environnement et non l'inverse. Au travers de toutes ses réflexions, Miyazaki offre à son public un message écologique profond sur l'avancée de l'être humain dans son milieu naturel, sa tendance à la destruction, tout comme son incapacité à l'adaptation.




L'inutilité de la guerre et la folie de l'homme



Le deuxième message bien présent dans ce long métrage est celui contre la guerre sous toutes ses formes. Les deux nations, Tolmèques et Péjités, prêtes à tout pour s'éradiquer l'une et l'autre. La prise en otage pure et simple de la vallée du vent jusqu'alors neutre dans le conflit. Et enfin, la bataille pour l'obtention d'une arme qui a déjà causé la perte de la Terre une première fois. Devant ces trois constats et les manières qu'emploient ces nations pour obtenir la suprématie à tout prix, Miyazaki nous invite à voir la bêtise humaine à son paroxysme. Alors que la terre elle-même est un danger pour les hommes et que ces derniers sont de moins en moins nombreux et ont de moins en moins d'abris pour survivre. Ces derniers sont toujours prêts à s’entre-tuer pour le pouvoir. La survie, le pouvoir, du moins ce que l'instinct déformé par des siècles d'évolution dans la mauvaise direction amène à faire. Miyazaki montre là le vrai visage de la guerre et de ses enjeux bien peu glorieux. Bien souvent commencée au nom de nobles causes, la guerre ne garde pas longtemps les mains propres et les enjeux vertueux ne deviennent alors que de simples paravents pour masquer des buts inavouables.




Nausicaa, le dernier espoir :



A l'aide du personnage de Nausicaa, Miyazaki nous offre une réflexion supplémentaire. Nausicaa représente en quelque sorte la clé de la pensée humano-écologiste de Miyazaki. Par sa nature profonde et son désir d'améliorer la vie de ses semblables, Nausicaa porte en sa personne tous les espoirs que Miyazaki voudrait voir renaître en chaque homme. Nausicaa, princesse altruiste, s’intéresse à ce qui est le plus dangereux : la Fukaii . Elle souhaite comprendre ce qu'elle est et pouvoir peut-être libérer les siens du danger qu'elle représente. Nausicaa cherche aussi avant tout à limiter les conflits avec les insectes géants, préférant tenter de communiquer avec eux et appréhender leurs comportements. Par ces deux traits de sa personnalité, Nausicaa est la synthèse de la pensée écologique de Miyazaki. Mieux connaître son environnement, s'adapter, ne plus l'affronter, mais vivre en harmonie avec lui. Il y a aussi la volonté que le personnage de Nausicaa met pour stopper la violence des conflits armés. D'un côté nous avons les Tolmèques ayant annexés la vallée du vent et étant prêts à la sacrifier avec tous ses habitants, de l'autre les Péjités, prêts eux à entraîner dans leur folie la colère de la Fukaii et des terribles Omous. Au milieu, alors qu'une guerre sans merci s'annonce, Nausicaa se dresse. Comme un ultime rempart, comme le reflet d'une conscience enterrée, le personnage fera tout et bien plus encore afin de stopper cette escalade de la violence. Là aussi, par ses actes droits et intègres à ses idées, Nausicaa représente la volonté de Miyazaki d'expliquer que les luttes fratricides entre hommes sont vaines. Se battre entre nous est tout aussi inutile que de lutter contre son environnement. La clé de la survie n'est pas dans la recherche du pouvoir ou de la suprématie mais avant tout dans le travail aux intérêts communs des hommes.




Un être humain avant tout :


Attention cette section dévoile quelques éléments de l'histoire présents au début du film


Afin de rendre son personnage plus humain et moins parfait, Mizazaki a pris le soin de "salir" sa belle princesse. Après l'assaut des Tolmèques dans la vallée du vent, et devant les soldats responsables de l'assassinat de son père, Nausicaa perdra le contrôle de ses émotions et dans la fureur du chagrin tuera les soldats meurtriers. Bien que le personnage précise plus tard qu'elle s'en veut d'avoir donné la mort, Miyazaki nous rappelle que même le plus louable des êtres humains a ses faiblesses. Il peut lui aussi franchir la limite de ses idéaux une fois poussé dans ses derniers retranchements émotionnels. Il rend ainsi Nausicaa plus humaine aux yeux de son public qui n'oubliera pas tout au long du film que cette princesse si altruiste a aussi sa part d'ombre.




Les autres œuvres :




Nausicaa de la vallée du vent n'est pas le seul long métrage d'animation dans lequel Miyazaki s'est permis de faire passer ses idéaux. En effet, après cette année 1984, d'autres réalisations suivront et contiendront elles aussi des notions d'écologie et anti-militaire. Le Chateau dans le ciel raconte comment la cité perdue de Laputa pouvait raser des villes entières et comment des hommes se battront pour tenter de la reconquérir. Porco Rosso fait vivre au spectateur un plongeon dans l'Italie fasciste et la lutte d'un homme en marge des militaires et autres pirates. Princesse Mononoke invite à découvrir des luttes terribles entre humains et animaux, toujours au nom du pouvoir, faisant la démonstration du déclin de la nature face à la folie des hommes. Le Château ambulant conte lui comment un jeune magicien désinvolte et égocentrique, mais profondément pacifiste, finit par prendre part au conflit en s'opposant aux deux camps entrés en guerre. Enfin Ponyo sur la falaise propose, à travers un joli conte pour enfant, une réflexion sur la pollution maritime et la place de l'être humain vis-à-vis des océans et de la terre. Autant de réalisations de Hayao Miyazaki qui méritent d'être (re)découvertes afin d'apprécier dans sa totalité ces messages simples que le réalisateur a souhaité transmettre à ses spectateurs. Sa prochaine et dernière œuvre en tant que réalisateur avant de prendre sa retraite, Le vent se lève, nous réservera sûrement, elle aussi, son lot de réflexions personnelles...


Nous vous invitons à discuter de l’article sur .

Le 29-09-2013 à 14:51:25 par : JigoKu Kokoro, Kaorisuzuchan, Undertaker, Karore

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.