spacer Dimanche 26 mars 2017 @ 07:23 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Puchitto Gargantia S...  :: Animes ::  Puella Magi Madoka M... >>
Puella Magi Madoka Magica (2012)
Puella Magi Madoka Magica   TITRE ORIGINAL : Mahou shoujo Madoka Magika
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2011
  STUDIOS : [SHAFT] [MBS] [ANIPLEX INC.]
  GENRES : [DRAME] [AMOUR & AMITIé] [MAGICAL GIRL]
  AUTEUR : [MAGICA QUARTET]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 12 EPS 25 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titres alternatifs
魔法少女まどか★マギカ
Puella Magi Madoka Magica
Mahô shôjo Madoka Magika
Synopsis
Une nuit, Madoka rêve d'un monde dévasté dans lequel une jeune fille de son âge semble combattre un ennemi terrifiant. Tandis que celle-ci est sur le point de mourir, un animal étrange dit à Madoka qu'elle est la seule à pouvoir changer le cours du destin et éviter que cette situation ne se produise dans l'avenir. Le lendemain, Madoka a la surprise de découvrir qu'une nouvelle élève, se prénommant Akemi Homura, est transférée dans sa classe et que cette dernière n'est autre que la jeune fille apparue dans son rêve. À peine font-elles connaissance qu'Akemi la prévient froidement de ne surtout pas chercher à changer sa vie actuelle sous peine de perdre tout ce qui lui est cher en ce monde. Ne comprenant pas la raison et le sens de ses paroles, Madoka part se balader avec son amie Sayaka jusqu'à ce qu'elle entende une voix dans sa tête qui appelle à l'aide. Madoka va alors suivre le son de cette voix et découvrir un monde ténébreux où des jeunes filles aux pouvoirs magiques combattent des sorcières au péril de leur vie.

-Syaoran-
Critiques
Destiné généralement à un jeune public féminin, le magical girl s'inscrit en grande partie dans un univers poétique où les héroïnes, affublées de pouvoirs magiques et généralement accompagnées d'un petit animal mignon, combattent au nom de l'amour et de la justice. Si les affrontements ne sont pas rares, aucun doute n'est laissé quant à leur issue. La violence y est par conséquent très limitée au profit de scènes d'amitié amusantes et attendrissantes. En clair, le magical girl est constitué de certains codes suivis à la lettre par les différents auteurs, bien conscients que ces derniers en font son succès. Mais que se passerait-il si un auteur prenait le risque de briser ces codes ? Mieux encore, s'il les utilisait afin de détruire cette cage invisible dont est prisonnier le genre ? Voilà des questions dont on ne pouvait imaginer les réponses jusqu'à l'arrivée de Mahô shôjo Madoka Magica, une œuvre amenée à bouleverser ce genre resté trop longtemps endormi.

De par le choix esthétique choisi, la série possède en son début cette apparence rose bonbon si propre au magical girl. Des personnages kawaii au sourire innocent et à la naïveté débordante, des amitiés inébranlables… tout dans les couleurs rayonnantes, dans le background initial, respire la vie, la joie et la simplicité du moment présent. Contrastant avec ces effets de lumière chaleureux, les décors des espaces clos créés par les sorcières ont un aspect abstrait très surprenant au premier abord. Tant les arrière-plans, constitués d'objets divers mélangés de manière désordonnée et chaotique, que les ennemis semblent sortir tout droit de l'imagination d'un enfant en plein cauchemar. Ces formes impersonnelles amènent avec elle un sentiment de malaise dont va s'imprégner l'animé pour dériver dans une voie plus sombre et plus oppressante que celle dont nous avions l'habitude pour ce type d'œuvre.

Partant d'un scénario classique sous le regard de Madoka, jeune fille choyée par sa famille qui va avoir la possibilité de devenir une magical girl pour changer le futur, de nombreux éléments vont venir continuellement en perturber le déroulement afin de rapidement s'écarter de ce ton faussement naïf présent au commencement de l'œuvre. Principal tour de force effectué par l'auteur, un passage du troisième épisode, devenu culte en raison de sa mise en scène « évangélionesque », va marquer le tournant de la série et un point de non-retour tant pour les personnages que pour le spectateur. À partir de cet instant, l'œuvre s'instaure de manière définitive dans un registre dramatique des plus affirmés. Ajouté à cela, les nombreuses révélations savamment distillées tout au long des douze épisodes empêchent une quelconque monotonie dans le déroulement de l'action et permettent d'éclaircir avec une grande cohérence l'ensemble de la structure du background qui se révèle être, par ailleurs, agréablement réfléchie.

Empruntant un ton résolument noir, les divers protagonistes ne vont cesser d'être confrontés à des dilemmes émotionnels les poussant dans un désespoir de plus en plus total. Rappelant ce sentiment d'impuissance que l'on pouvait trouver dans Bokurano, chaque révélation va assombrir encore plus le tableau et torturer psychologiquement chacune des héroïnes. Mise au bon vouloir de la perfidie de Kyubei, ces dernières se retrouvent piégées dans des ténèbres sans échappatoire et vont voir leur espoirs être scellés par une destinée tragique qui semble inéluctable. Dans ces conditions, on pourra regretter de voir Madoka se réfugier de manière systématique dans ses larmes tandis que ses amies continuent de combattre au péril de leur vie. Le personnage ne possède pas le charisme que l'on aurait voulu lui voir attribuer et sert au final plus à conclure la série qu'à amener sa conclusion. Cependant, dans le final tant attendu, l'auteur ne se tournera en aucun cas vers la facilité et ne trahira pas non plus ce ton mature et cette ambiance angoissante qu'il aura réussi à insuffler à son œuvre. Jusqu'au bout, il aura réussi à garder cette qualité narrative et une cohérence certaine à son univers riche en rebondissements et en émotions.

Alors que d'apparence, Mahô shôjo Madoka Magica semble s'inscrire dans un univers rose bonbon si propre au genre auquel il appartient, l'intérieur de la friandise se révèle au final bien moins doux qu'à l'accoutumée. Véritable coup de génie de Gen Uboroshi, ce dernier prouve avec brio que l'on peut transgresser les codes de la japanimation afin d'en révolutionner un genre. Impressionnant de maîtrise et usant d'une mise en scène d'une grandeur théâtrale épique, il nous offre un univers cohérent dans lequel la beauté se teinte de désolation. Brutal, angoissant, terriblement prenant, jamais un magical girl n'aura été aussi sombre et torturé. Si on pourra toutefois lui reprocher une héroïne trop passive, on aura à cœur de souligner à quel point la réalisation et la narration de la série ont été soignées pour offrir au spectateur une œuvre originale et mature, s'affranchissant de tous les codes existants. Étonnant et détonnant, tant sur la forme que sur le fond, Mahô shôjo Madoka Magica a par conséquent tout pour séduire un vaste public, que ce dernier soit amateur de magical girl ou non.

-Syaoran-
Note de la rédaction
Bande annonce


Nous vous invitons à venir discuter de cet animé sur le forum.
Licencié par :

logo
Distributeur Web
logo
Distributeur Web

Vidéos
Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Voir aussi
Puella Magi Madoka Magica, film
Références
http://www.madoka-magica.com
Japon
Site officiel de la série.

Recherche Google : puella magi madoka magica mahou shoujo madoka magika magica quartet shaft mbs aniplex inc.
Recherche Yahoo : puella magi madoka magica mahou shoujo madoka magika magica quartet shaft mbs aniplex inc.

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Puella Magi Madoka Magica © 2011 Magica Quartet / SHAFT, MBS, Aniplex Inc.

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.