spacer Mercredi 22 septembre 2021 @ 04:17 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Starship Girl Yamamo...  :: Animes ::  Starship Troopers >>
Starship Operators (2010)
Starship Operators   TITRE ORIGINAL : Starship Operators
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2005
  STUDIO : [J.C. STAFF]
  GENRES : [CYBER & MECHA] [ESPACE & SCI-FICTION]
  AUTEUR : [MIZUNO RYOU]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 13 EPS 24 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titre alternatif
スターシップ・オペレーターズ
Synopsis
AD 2300 : dans un secteur de la galaxie, quelques mondes colonisés par l'humanité sont au bord de la guerre. Pour la 73ème promo de cadets de l'Université de Défense de la planète mineure Kibi, c'est l'achèvement de leur formation et un avenir assuré au sein de l'élite militaire.

Mais lors du retour chez eux, l'Alliance Planétaire du Secteur d'Henrietta attaque Kibi dont le gouvernement choisit la reddition sans conditions. À bord du croiseur dernier cri Amaterasu, les cadets décident de mener leur propre lutte en se faisant sponsoriser par un groupe de médias galactique et deviennent ainsi les vedettes de leur propre reality show.

Un reality show mortellement réel...

-Soldat_Louis-
Critiques
------------- Critique 1 -------------
Si vous aimez l'aspect hard science (comprenez un récit de science fiction articulé autour de faits technico-scientifiques très solides) d'un Planètes par exemple, alors Starship Operators vous réjouira au moins sur ce point. De la vie de tous les jours au sein d'un navire interstellaire, en passant par les divers systèmes de production de gravité artificielle jusqu'à la représentation de combats spatiaux avec des armes à faisceau, cet animé illustre à merveille la concrétisation technique de concepts jusqu'ici essentiellement théorique même si certains ont failli voir le jour dans les années 80 à travers le projet "Guerre des Etoiles" ou IDS (pour Initiative de Défense Stratégique) que souhaitait lancer l'administration Reagan afin de pousser l'URSS dans une course à l'armement que ce dernier ne pourrait pas suivre. Il ressort de Starship Operators une ambiance qui ne va pas rappeler le classique Star Trek (les longueurs à base de jargon technique en moins...) mais dont l'aspect militariste évoque plus un Starship Trooper et donc, par une extension pas si paradoxale que ça, La Guerre Eternelle de Joe Haldeman. L'animé va même jusqu'à expliquer pourquoi on entend des sons dans l'espace : ce sont les gens de Galaxy Network qui les rajoutent, pour mieux capter l'attention de l'audience.

L'intérêt science-fictif s'arrête à peu prés là car le reste de la production semble plutôt s'orienter vers une critique de la télé réalité : Starship Operators, c'est une Star Academy de l'espace aux forts accents de Loft Story qui met en scène de bons élèves soucieux de bien faire. Et tout y est. Des cancans des filles aux frimes des garçons, des rivalités et jalousies entre les divers protagonistes aux amourettes passagères, et de leurs images utilisées pour des pubs jusqu'aux exigences des sponsors pour assurer l'audimat, souvent au détriment de la prudence de rigueur sur un champ de bataille d'ailleurs... Si les accents sérieux ne manquent pas, même s'ils sont plutôt attendus, le point de départ du concept reste un peu gros sur certains détails et par la suite l'ensemble tend malheureusement à s'enliser dans la redite des scènes d'action ainsi que certaines longueurs, mais la série étant plutôt courte ce n'est pas vraiment gênant. On aurait apprécié plus d'épisodes cependant, au moins pour développer les diverses implications politiques de l'intrigue qui ne restent qu'effleurées, contrairement à un Banner of the Stars par exemple. Le final toutefois relève bien le niveau et fait de cette production une réalité qui mérite d'être vue.

Les qualités artistiques font partie des points forts de Starship Operators. L'ensemble reste bien fait malgré le peu d'images par seconde, surtout pour les éclairages des passerelles pendant les scènes de combat qui donnent une atmosphère très réussie. L'infographie est ici utilisée de manière très pertinente pour illustrer les diverses données techniques et tactiques ainsi que l'ensemble des instruments en général en donnant à cette production une touche de modernisme et de sophistication comme on aimerait en voir plus souvent dans un tel contexte. Quant à l'animation purement 3D, si elle n'est pas toujours discrète, elle correspond bien au clinquant rutilant du space opera classique ; l'image de synthèse fixe, de son coté, reste difficile à distinguer des peintures sur cellulos d'antan et s'intègre parfaitement à l'image et à l'action. L'ensemble de la bande son finalement reste irréprochable même si peut-être un peu trop discrète.

En conclusion, une courte série assez distrayante et qui se laisse voir.

-Guilhem-


------------- Critique 2 -------------
Au contraire de certains animés, Starship Operators nous dévoile les coulisses des combats spatiaux. En effet, ici, pas de batailles monumentales avec des armes surpuissantes, on nous montre plutôt le travail fourni par l'équipage afin d'avoir la meilleur stratégie possible pour gagner. De ce fait, on nous montre souvent la coordination entre les différents postes de contrôles et le fait qu'on nous montre cela, permet de voir sous un angle différent les combats.

Au delà des combats, cet anime nous montre la vie des différents personnages ainsi que leur futur incertains. On se penche beaucoup sur le drame qu'ils sont en train de vivre et cela vaut quelques scènes bien poignantes.

Cette ambiance dramatique donne beaucoup d'élan à l'histoire qui contient de bons éléments, venant ainsi compléter cet univers futuriste et guerrier. De plus, ce coté télé réalité est pas mal pensé, en venant conforter le scénario.

Niveau graphique, J.C. Staff à encore frappé car cet anime est assez réussie surtout pour les personnages mais aussi pour le dernier épisode qui l'est tout autant car très intéressant, permettant de bien conclure l'histoire.

Néanmoins Starship Operators reste trop mou. En effet, les deux premiers épisodes sont assez ennuyants comme pas mal de passages dans d'autres. Cela se fait surtout ressentir dans les batailles car on ne voit pratiquement rien, tout étant presque théorique et se passant dans le vaisseau.

Le scénario, même si il se bonifie au fil des épisodes, est assez léger dans le sens ou beaucoup d'éléments sont inutiles (comme les épisodes avec la planète Xiu qui ne fait rien avancer dans l'histoire). Il manque aussi parfois d'une certaine crédibilité car il est difficile de s'imaginer de simples cadets arrivant à détruire plusieurs vaisseaux à la fois avec à son bord des militaires expérimentés.

Autre point négatif (qui n'en est pas forcément un), est l'habillement des personnages , surtout pour l'équipage de l'Amaterasu. Ils sont trop folkloriques et trop colorés et cela enlève un peu de charme aux personnages qui les portes. Il est vrai que les japonais adorent ce genre d'accoutrement mais il faut dire que ça passe moins bien chez nous.

Enfin, même si la fin est assez réussie, on ne sait pas ce qu'il va advenir de nos héros car finalement, même si ils s'échappent, il seront toujours poursuivis.

Un animé à voir si vous aimez les animés futuriste qui se passe dans l'espace et qui sont un peu ennuyantes.

-Proteus-
Note de la rédaction
Annonce de licence par Dybex sur son site officiel en novembre 2006.

Amaterasu est une déesse solaire de la mythologie japonaise, née de l’œil gauche d'Izanagi alors que celui-ci se purifiait de la corruption du pays des morts. Puisque la plupart des cadets à bord de l'Amaterasu ont également un nom japonais, on peut raisonnablement admettre que la planète Kibi était au départ une colonie à forte concentration de japonais, voire exclusivement nippone, qui aurait préservé de nombreuses traditions de sa culture originale et de sa mythologie.

L'Amaterasu présente trois passerelles de commandement distinctes : la passerelle principale, le contrôle des armements et la navigation/propulsion. Si la passerelle principale devient inopérationelle, les deux autres peuvent prendre le relais et ainsi permettre au croiseur de poursuivre les opérations.

L'Alliance Planétaire du Secteur d'Henrietta est également appelé Kingdom, pour Royaume. Cette entité politique ne doit pas être confondue avec la Fédération Indépendante du Secteur d'Henrietta qui est un état différent. Si ces deux nations ont été en conflit, c'est désormais le Royaume qui a la main haute sur l'ensemble du Secteur d'Henrietta à l'époque de Starship Operators, la Fédération se bornant à protéger ses propres intérêts.

Le nom du détecteur de particules Kamioka installé à bord de l'Amaterasu vient de "Kamiokande", le détecteur de neutrino bâti dans la préfecture de Gifu au Japon.
Licencié par :

Dybex
Éditeur DVD

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Références
http://www.tv-tokyo.co.jp/anime/starship_o/
Japon
Site de TV-Tôkyô consacré à la série "Starship Operators", en japonais

Recherche Google : starship operators starship operators mizuno ryou j.c. staff
Recherche Yahoo : starship operators starship operators mizuno ryou j.c. staff

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Starship Operators © 2005 MIZUNO Ryou / J.C. STAFF

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.