spacer Dimanche 9 décembre 2018 @ 23:28 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Shangoul et Mangoul  :: Animes ::  Shaolin Wuzang >>
Shangri-La (2011)
Shangri-La   TITRE ORIGINAL : Shangri-La
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2009
  STUDIO : [GONZO]
  GENRES : [AVENTURE] [ESPACE & SCI-FICTION]
  AUTEUR : [IKEGAMI EIICHI]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 24 EPS 25 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titre alternatif
シャングリ・ラ
Synopsis
Au beau milieu du 21ème siècle Tokyo est devenue une ville tropicale encerclée de forêts. Tout cela dans le but de refroidir la température de 5°C. La pollution évaluée en niveau de carbone est strictement punie et de nombreux pays obéissent à une grande organisation qui contrôle l'ordre : Atlas. Cependant de nombreux groupes résistent à Atlas, comme Metal Age.
Kuniko Hojo, notre protagoniste qui est une jeune fille dotée d'une force surhumaine, défend sa cité Duomo de quiconque oserait s'en approcher, à l'aide de son boomerang fétiche. Kuniko doit succéder à sa grand-mère Nagiko en tant que leader du Metal Age, ce qu'elle ne veut pas.
Shangri-La est donc un de ces animes vous offrant une autre version du futur de la Terre où les nations se mettent d'accord pour sauver l'environnement. Un anime assez original, signé Gonzo.

-Marco-
Critiques
------------- Critique 1 -------------
La première chose que je tiens à signaler est que l'histoire est difficile à comprendre, entre les divers camps : Qui est avec qui ? Qui est contre qui ? Pour vous aider à comprendre, 4 groupes d'acteurs se distinguent :
1/ le Metal-Age, un groupe qui lutte contre Atlas avec son leader Kuniko, gamine de 12 ans environ habillée en écolière et son mentor Momoko, un transsexuel qui n'a pas la langue dans sa poche ;
2/ Atlas, le gouvernement du nouveau monde qui consiste en une gigantesque cité érigée au milieu d'un océan de verdure inhospitalier dirigée par Ryoko Naruse, une femme machiavélique à l'allure SM qui passe son temps à se pavaner dans la luxure ;
3/ Ishida finance, une société financière dirigée par une petite fille (Karin) et son ours en peluche qui manigance et spécule sur le marché du carbone - ressource la plus précieuse de l'époque – à l'aide du système MEDUSA dans le seul but d'amasser encore et toujours plus d'argent ;
et 4/ Mikuni la petite fille au teint blanc qui craint le soleil et Sayoko, sorte de femme à tout faire de Mikuni.

Pour les relations entre ses groupes, je vous laisse le loisir de les deviner en regardant la série.

Ensuite, on a franchement du mal à accrocher aux personnages : difficile en effet de s'identifier à des gamines de 12 ans ou à des transsexuels au grand cœur… Notons également que tous les personnages influents sont des femmes. Une mutation génétique engendrée par l'environnement ? Un élément clé de l'histoire ? Rien de tout cela, juste une fantaisie de l'auteur. Rassurez vous, chacun (ou presque) y trouvera son compte entre l'enfant, la gamine, l'ado, le transsexuel, l'obèse, la dominatrice, la frigide, la possédée et la grand-mère.

L'histoire trop embrouillée – je dirais même incompréhensible – rendrait malheureusement l'anime complètement indigeste pour un public plus jeune. De plus, le fil de l'histoire se perd souvent dans des scènes de remplissage et des épisodes inutiles qui n'apportent rien. De nombreux éléments sont si peu crédibles - même dans un récit de fiction - que ça en devient énervant. Quelques exemples : Kuniko abat des missiles avec son boomerang du toit d'un avion en plein vol ; saute de 100 mètres de haut et retombe sans mal sur ses pieds ; Karin (10 ans, adore son ours en peluche) est un as de la finance et fait du trading de haut-vol. Le ton général se veut humoristique, avec plein de bons sentiments. Les gentils gagnent toujours, c'est bien connu.

Côté animation, c'est plutôt réussi et fluide sur un graphisme assez coloré. La bande-son est correcte sans être fantastique. Le genre de bande son qui passe bien quand on regarde mais dont on ne se souvient plus une fois l'épisode terminé.

Un concept qui aurait pu être original (la Terre envahie par une végétation hostile où la taxe sur le carbone est devenue le facteur le plus contraignant pour les États) mais l'histoire est tellement embrouillée et abracadabrante qu'on n'arrive jamais à accrocher. Finalement, il n'y a aucune vraie réflexion sur un sujet de fond, l'environnement : comment et pourquoi en est-on arrivé là ? Pour un univers post-apocalyptique similaire mais beaucoup plus réussi, optez pour l'anime Jyu Oh Sei.

En définitif, un anime médiocre, si vous avez du temps en trop et si vous aimez les héro(gam)ines en costume d'écolière qui gagnent à tous les coups.

-Shibo-


------------- Critique 2 -------------
Un chara design très décevant, un boomerang qui coupe l'acier comme du papier, des personnages méga stéréotypés et qui courent sur des avions en vol, un enfant qui joue à la bourse, de la taxe carbone, un hivers nucléaire, l'ONU qui possède des armes, un scénario prévisible... Ce shonen a fait une quasi-unanimité contre lui, comme le montrent les réactions sur le forum. Ajoutez à ce mélange particulièrement "space" et chaotique une forte inspiration d'un mythe shintoïste qui rend la fin indigeste à un esprit rationnel européen, une reine japonaise du IIème/IIIème siècle et un synopsis qui rappelle un thème écologique 1000 fois vu, il n'y a apparemment pas de raison de s'attarder sur cet anime, sauf à ne connaître que Pokémon ou Totally Spies.

Mais moi, j'ai aimé. On peut penser que le titre est tiré par le nom d'un monde perdu dans le livre Lost Horizon de James Hilton, sauf qu'il n'y a pas de monde perdu cette anime (Enfin, mise à part le Tokyo d‘avant le tremblement de terre). Par contre, Shangri-La est le nom d'une base imaginaire inventée par Roosevelt pour cacher les détails de l'organisation du premier bombardement de Tokyo (ainsi que de Yokohama, Kobe, Nagoya et Yokosuka) le 18 avril 1942 à 12h15. Les 16 B-25 firent peu de destructions, mais eurent un énorme impact psychologique : l'Empire du Soleil Levant réputé invulnérable était touché en son centre. Et des bombardements, dans Shangri-La, il y en a. Mais qu'est-ce qui peut pousser Gonzo a mettre en scène une jeunesse japonaise qui bombarde Tokyo évacué ? (Un peu comme les banlieues française en 2005) Peut-être la crise économique de 1992 qui ne fut que l'explosion d'une bulle économique, mais qui pour la première fois, toucha une économie japonaise conquérante, l'empêchant de devenir la première du monde.

Loin d'une interprétation écologique, la forêt symbolise peut-être la crise économique, voir les réformes du gouvernement Koizumi (2001-2006) qui "prônaient l'individualisme et niait l'idée de groupe" (Tokyo Shimbun) et un éclatement de la société japonaise entre ceux qui vivent pour le travail (Atlas), ceux qui (sur-) consomme (Néo-Hakihabara avec sa J-pop et ses otaku) et ceux qui n'ont parfois pas les moyens de vivre ou de travailler (Duomo, même si il y a un fast-food). Et le boomerang symbolise peut-être une rage et une révolte face à cette situation et qui, si on ne sait pas les réceptionner, risque de se retourner contre le lanceur.

Vous l'aurez compris, un anime où le symbole est important, très inspiré par le mythe shintoïste de Izanagi et Izanami, dont l’éloignement expliquerait le cycle de la vie et de la mort, loin de l'explication monothéiste du péché originel. Et loin de désigner ceux qui ont fauté, l'anime prône le groupe constitué d’individus très différents, sans vision commune, à l'exemple de Momoko qui a un moment parle de l'Université de Shinjuku, peut-être en référence à l'Université de Shibuya, un mouvement associatif où les professeurs sont recrutés parmi les habitants, créant du lien.

Cet anime possède aussi un certain humour. Si les 2 transsexuels font penser à un couple comique type Laurel et Hardy (petit gros et grand élancé), ils se retrouvent très vite séparés et quand plusieurs personnages s'unissent pour combattre un ennemi ensemble, ce n'est pas autour de l'héroïne. Et si l'héroïne est assez mature pour comprendre la souffrance qui l'entoure et prendre des responsabilités, son plan d'attaque ressemble à un dessin d'enfant, ce qu'elle est. Bref, une anime a ne pas prendre au premier degrés si on veut vraiment en profiter.



Commentaires sur le Mythe de Izanami et Izanagi :

Izanagi et Izanami sont 2 divinités de la mythologie shintoïste qui créèrent la première île à l’aide d’une lance appelée Ame no Nuhoko (Lance céleste). Ils construisirent une colonne et un palais nommés Ameno Mihashina (Auguste Pilier Céleste) et Yahirodo No (pièce des Huit Pas) et s’y marièrent. Ils eurent 2 enfants mal formés, dont Hiruko (l’enfant de l’eau), qu’ils mirent sur un bateau et abandonnèrent. De leur union naquirent aussi plusieurs îles japonaises.

Mais la cérémonie du mariage n’ayant pas respectées certaines règles, Izanami mourut et Izanagi alla la chercher au Royaume des Morts. Mais voyant le corps en décomposition d’Izanami, Izanagi s’enfuit. Pour se venger, Izanami dit qu’elle détruirait 1.000 êtres vivants par jour. Izanagi répondit qu’il donnerait vie à 1.500.

-vb2n-
Note de la rédaction
Bande annonce



Nous vous invitons à venir discuter de cet anime sur le forum !
Licencié par :

Kazé
Éditeur DVD
[KZ TV]
Distributeur TV
KZPlay
Distributeur Web
ADN - Anime Digital Network
Distributeur Web

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Références
Recherche Google : shangri-la shangri-la ikegami eiichi gonzo
Recherche Yahoo : shangri-la shangri-la ikegami eiichi gonzo

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Shangri-La © 2009 IKEGAMI Eiichi / GONZO

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.