spacer Jeudi 12 décembre 2019 @ 12:29 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Batman : Arkham Orig...  :: Animes ::  Batman : Contes de G... >>
Batman : Assaut sur Arkham (2014)
Batman : Assaut sur Arkham   TITRE ORIGINAL : Batman: Assault on Arkham
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2014
  STUDIOS : [WARNER BROS. ANIMATION] [MOI ANIMATION] [DC ENTERTAINMENT]
  GENRES : [ACTION] [CARTOON & COMIC]
  AUTEURS : [DINI PAUL] [KANE BOB]
  TYPE & DURÉE : 1 FILM 76 mins
Staff
Liste des épisodes
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
États-Unis
Synopsis
Des données compromettantes et gouvernementales ont été volées par le Sphinx, alors enfermé au sein de l'asile d'Arkham. 
Devant le danger potentiel de cette fuite, Amanda Waller recrute de force six mercenaires pour infiltrer l'établissement psychiatrique. Une course contre la montre s'engage dès lors pour ces criminels qui jouent leur va-tout pour rester en vie en affrontant à la fois les gardiens, Batman ainsi que le Joker qui a placé une bombe dans Gotham City... 

-Bubu-
Critiques
Assaut sur Arkham est juste LE film dédié aux méchants DC et qui vaut le détour. Oubliez le pitoyable Suicid Squad en prises de vues réelles ou son autre monture peu subtile et outrageusement gore.

Dès les premières minutes, le ton est donné. Mature, violent, gore et sexy. La séquence d'intro de chaque méchant vaut son pesant de cacahuètes. Cette rapide scène de quinze secondes suffit à les poser comme des êtres puissants et dangereux, voire féroces. Malgré le carnage qu'ils laissent dans leur sillage, ceux-ci affichent quelques sentiments humains qui les rendent sympathiques. Ce qui fait la force de ce film ce n'est pas tant les prouesses techniques ou surnaturelles de ses membres mais bien la discorde qui règne au sein de ce groupe.

Si certains membres de l'Escadron Suicide s'entendront bien, comme Killer Frost (la femme de glace) et King Shark (un meurtrier de masse à sang froid) qui se feront confiance et s'aideront mutuellement au cours de l'aventure, d'autres en revanche ne cesseront de se disputer et même tenter de s'entretuer. La rivalité entre Deadshot et Captain Boomerang est assez bien écrite tandis que l'exubérante Harley Quinn, soutenue par l'excellent retour de Kelvine Dumour (sa doubleuse historique), apporte sa touche d'érotisme et de folie.
Chacun, à sa façon, est pas mal dérangé. Cela dit, Harley remporte indiscutablement la palme.
Enfin ajoutez à ceci un ersatz du Punisher chez Marvel. Black Spider, sorte de mix entre Light Yagami en mode guérillero et de Blade, nettoie les rues de la vermine. Quand ce justicier ultra-violent doit s'associer avec les pires bouchers, la sauce vire à un très mauvais vinaigre.

Les personnages les plus clairement mis en avant sont Deadshot et Harley par leur tension amoureuse mêlant désir, haine et méfiance. Au fur et à mesure que le film avance, Deadshot et Quinn acquièrent de la profondeur. Le premier s'impose rapidement en chef d'équipe charismatique, brillamment interprété par Patrick Borg (Goku / Bardock de Dragon Ball Z, Arès pour Wonder Woman), presque imperturbable et uniquement préoccupé par l'affection qu'il porte à fille. L'amour est suggéré par une photo que le personnage a toujours sur lui plutôt qu’une interminable scène indépendante créant un inutile déséquilibre. S'il est attiré par la blonde ce n'est uniquement dû au fait qu'ils sont tous deux de dangereux névrotiques.
Particularité étonnante : nous assistons pour la première fois, dans un film animé DC, à une scène très sensuelle entre deux personnages, et, bien que très suggérée, qui n'en demeure pas moins très explicite !
Le personnage d'Harley, lui, ne se réduit pas uniquement à une allumeuse et des poses graveleuses (présentes malheureusement). Elle est dépeinte comme une femme forte qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Toutefois son espièglerie dissimule une âme battue, pervertie et façonnée à l'image de son biquet : le Joker.

Nous sommes obligés de faire un petit aparté sur lui car il partage la place de principal antagoniste avec Waller. Digne héritier de Heath Ledger dans The Dark Knight, le "clown" est un véritable apôtre du chaos ne rêvant que de voir le monde brûler et de se marrer du massacre. Il joue ici le rôle d’élément plus que perturbateur, un baril de nitroglycérine ambulant mu par une volonté insaisissable et occupant un bon tiers du film. Le triangle formé par le Joker, Harley et Deadshot est amené de façon crédible et ne ridiculise absolument pas le film. Le climax n’en est que plus surprenant, logique et explosif.
Quant à Waller, bien qu'elle ne soit jamais présente au premier plan, elle n'est jamais très loin de l'action. Communicant par radio, elle manipule ses sbires comme de vulgaires pantins et leur faire subir une véritable terreur, les traitant comme du vulgaire bétail sacrifiable et les menaçant plusieurs fois de leur faire sauter la tête, chose dont elle ne se privera pas dès lors que le vent commencera à tourner et pour montrer qui est la patronne. Manipulatrice sans scrupules, elle exploite leurs peurs et leurs faiblesses et n'a aucun état d'âme à sacrifier la vie d'innocents pour parvenir à ses fins et garder les mains propres. Les braves citoyens peuvent remercier le gouvernement qui les protège, ils savent où vont leurs impôts, au prix du sang ! L'image finale avec l'un des ultimes survivants en est alors plus que jouissive.

Après avoir évoqué les anti-héros et les antagonistes, qu'en est-il du "héros" dont le film porte son nom ? Joue-t-il seulement les touristes ? Est-il totalement inactif ? Et ben, oui et non. S'il n'est pas le personnage central, le Croisé Masqué est bien présent et suit son propre but : retrouver la bombe atomique du Joker et, ce, peu importe les enjeux ou les organisation impliquées dans l’histoire. Bombe qui ne fait pas office de pétard mouillé ou autrement dit de simple prétexte scénaristique.
Batman joue sur son propre terrain (Gotham) et se présente comme une force de la nature implacable, clairvoyant, rusé et intraitable. Et c’est plutôt intéressant de voir le chevalier noir du point de vue de ses ennemis, que ce soit le respect qu’il lui accorde ou la crainte qu’il leur insuffle. Si son temps de présence est assez faible, son rôle reste déterminant.
L'univers batmanien, très sombre, est d'ailleurs parfaitement bien géré.
On a droit aux caméos de plusieurs vilains de la galerie gothamite (Poison Ivy, Bane, l’Épouvantail, Double Face, etc.) qui ne ralentissent pas l'intrigue et se montrent même pour certains utiles à son avancement (le Pingouin).

Le scénario n'est guère profond et plutôt inégal. Néanmoins il est très dynamique, sans temps mort et mené tambour battant. Les scènes d'action sont nombreuses et toutes plus spectaculaires les unes que les autres.
Le fait de se situer dans une continuité différente autorise la mort de personnages importants à laquelle on ne peut donc pas s’attendre (contrairement à un film qui les épargne de manière prévisible pour une éventuelle suite) et de conserver le suspense de bout à bout.
On regrettera toutefois que quelques sous-intrigues comme l'évasion générale des pensionnaires d'Arkham soient réglées à la va-vite ou en coulisses en raison de la concision de cet opus. Pour ne pas rester sur votre faim, allez voir les jeux vidéos de la saga "Batman Arkham" qui ont inspiré le film (cf. NDLR).

La direction artistique a en effet travaillé en étroite collaboration avec l'éditeur Rocksteady qui a réalisé ces jeux afin qu'il n'y ait aucune incohérence.
Ainsi, le design de personnages tels que Batman, le Joker, Poison Ivy, Bane, le Pingouin est identique à celui des jeux, et l'architecture de l'asile d'Arkham est également très ressemblante, les joueurs reconnaîtront aisément certains lieux des jeux qui leur seront familiers.
Quelques enchaînements de coups sont similaires à ceux présents au sein des jeux.
Heureusement, le long métrage est parfaitement abordable, pour les spectateurs n'y ayant jamais joué, et parsemé de clins d’œil qui feront mouche aussi bien aux lecteurs les plus assidus de comics qu'à ceux qui n’ont vu que les films dédiés à la chauve-souris.
Par exemple, l’élimination de Zsasz rappelle furieusement la scène du sauvetage de Selina dans Batman Returns de Burton.

Pour ce qui concerne la partie technique, l'animation très propre et dynamique rend justice à un character design de qualité. Faut dire que Jay Oliva, le réalisateur, n'en est pas à son coup d'essai et connaît à fond ses personnages. Grand familier de la collection DC, il a avait non seulement dirigé les deux parties du cultissime The Dark Knight Returns de Frank Miller, mais aussi l'excellent Paradoxe Flashpoint. Avec ce maître aux commandes, le spectacle est au rendez-vous !

Bilan ? Oui, ce film est axé avant tout sur le fanservice. Le niveau de violence est particulièrement élevé : les cervelles giclent et des corps tombent en miettes. Ces anti-héros ou criminels ne s'embarrassent pas de grands sentiments et agissent avant tout comme des égoïstes, chacun pensant d'abord à sauver sa pomme. Même Batman ne vaut pas mieux qu'eux. Sa logique est aussi effarante que froide. La seule différence c'est qu'il agit au nom d'une certaine idée de la justice à l'instar de L dans Death Note.
Paradoxalement l'humour est bien présent via quelques gags et coups pendables au sens propre comme au figuré, l'ambiance étant résolument différente des autres films animés Batman.
Bien qu'ancrée dans un univers super-héroïque, l'atmosphère se rapproche d'un survival horrifique ou d'un escape game. L'intérêt du film réside dans l'incertitude sur qui s'en sortira (car il y aura des morts) et de placer le spectateur de l'autre côté de la barrière. On en vient même à espérer la réussite de leur mission ! Ils sont beaux être pourris jusqu'à la moelle, ces bêtes de foire sont avant tout des humains qui nous ressemblent.

Pas parfait, Batman: Assault on Arkham est cependant l’un des films DC les mieux construits, les plus matures et les plus incongrus, le tout servi par un doublage français très réussi.

Note : 7/10

-Bubu-
Note de la rédaction
Bande annonce


Batman : Assault on Arkham est le 20e long métrage d'animation appartenant aux DC Universe Animated Original Movies (DCUAM), collection de films d'animation inspirés de l'univers DC et destinés à un public adolescent et adulte.

Batman : Assault on Arkham est un épisode particulier qui se situe sur le plan scénaristique entre les deux jeux vidéo, Batman : Arkham Origins Blackgate et Batman : Arkham Asylum, développés par Rocksteady Studios et scénarisés par Paul Dini.



________

- Chronologie de l'univers Batman -


*

(univers de fiction constitué de séries et de films animés inspirés de la série télévisée Batman avec Adam West)


*
Batman : Arkham Asylum

(Suite de films inspirés du jeu vidéo de même nom)


> Batman : Arkham Origins
> Batman : Assaut sur Arkham
> Batman - Arkham Knight : Héritage

*

(univers de fiction constitué d'une série et de films animés inspirés de la franchise de jouets de même nom développée par Mattel depuis 2015)


*

(univers de fiction constitué de séries et de films animés partageant une même continuité depuis Batman, la série animée)


*

(Collection d'OAV destinées à un public adolescent et adulte)


*

(Épisodes spéciaux, mettant en scène des personnages de DC Comics, diffusés sur la case DC Nation de la chaîne Cartoon Network)








Nous vous invitons à venir discuter de cet animé sur le forum.
Licencié par :

Warner Bros. Animation
Éditeur Blu-ray
Éditeur DVD
[France 4]
Distributeur TV
[Toonami]
Distributeur TV

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Voir aussi
Batman - Arkham Knight : Héritage
Batman : Arkham Origins
Suicide Squad : Le Prix de l'Enfer
Références
http://www.latourdesheros.com/
France
Portail francophone très complet dédié aux séries et aux supports animés des DC Comics.

Recherche Google : batman : assaut sur arkham batman: assault on arkham dini paul kane bob warner bros. animation moi animation dc entertainment
Recherche Yahoo : batman : assaut sur arkham batman: assault on arkham dini paul kane bob warner bros. animation moi animation dc entertainment

Staff
Liste des épisodes
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
États-Unis
Batman : Assaut sur Arkham © 2014 DINI Paul, KANE Bob / Warner Bros. Animation, MOI animation, DC Entertainment

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.