spacer Samedi 24 juillet 2021 @ 19:07 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Bakumatsu Gijinden R...  :: Animes ::  Bakumatsu Rock >>
Bakumatsu Kikansetsu Irohanihoheto
Bakumatsu Kikansetsu Irohanihoheto   TITRE ORIGINAL : Bakumatsu Kikansetsu Irohanihoheto
  ANNÉES DE PRODUCTION : 2006 - 2007
  STUDIOS : [SUNRISE] [BANDAI VISUAL]
  GENRES : [AVENTURE] [HISTORIQUE]
  AUTEURS : [TAKAHASHI RYOUSUKE] [YATATE HAJIME [SUNRISE]]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 26 EPS 25 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titre alternatif
幕末機関説 いろはにほへと
Synopsis
L'histoire se déroule à Yokohama, à la fin de l'ère Edo (1603-1854). Le shogunat vit ses dernières heures et l'ombre de la révolution plane sur le pays. C'est alors qu'apparaît celui qu'on surnomme "l'assassin éternel", Yôjirô Akizuki, une fine lame à qui l'on prête des pouvoirs surnaturels...
Critiques
------------- Critique 1 -------------
Comment qualifier cet animé ? Tout simplement génial !

Il est époustouflant à de nombreux points de vue, mais son point fort est évidemment le scénario. Une histoire qui démarre dès le départ au quart de tour, avec une intrigue particulièrement bien ficelée, composée de nombreux rebondissement, et une sorte de sciences pour enchainer les scènes de manière magistrales. Les passages de l’histoire, bien que complexes, sont fabuleux, et se collent merveilleusement bien aux circonstances historiques.

Autre point fort : le point de vue graphique. Les scènes d’action sont limpides et fulgurantes, les paysages semblent infinis… C’est beau. Les couleurs sont sélectionnées pour illustrer la situation ou les forces et faiblesses de personnages, un bel amalgame d’art.

La bande son est parfaitement accordée à l’animé, rien à redire à ce sujet.

Passons à une analyse succincte des personnages et leur évolution. Par là aussi, le travail est formidable. Pas trop de stéréotypes ou de mélanges idiots, mais une habile perception des choses, et une vision originale. Les personnages ont une évolution logique, point de vue des conséquences, mais jamais prédéfinie. Chacun à ses propres objectifs, et ira jusqu’au bout, ou non, en fonction de sa force morale, ou de caractère. L’animé se déroule sur une période de temps conséquente, ce qui favorise un peu plus l’entremêlement du scénario au travers de ces personnages, mais aussi, au travers de leurs doutes. Des questions qui ne semblent pas fondamentales, mais qui le sont d’autant plus, que l’on peut parfois même coller à la pensée kantienne (j’exagère à peine), sur quels sont les objectifs et les motifs réels de la pensée de l’homme, où se limite le sens du devoir, le sens de l’honneur, si cher au Japon...

Peut-être un peu trop complexe et historique pour en faire rêver certains, mais une grande qualité indéniable.

-Fenmarel-


------------- Critique 2 -------------
En y réfléchissant, je ne sais pas trop quoi penser de cette série.
D'un côté elle possède des qualités indéniables : tout d'abord un scénario vraiment sympa, très complet et qui mêle parfaitement ancrage historique et dimension mystique (l'histoire est tellement développée qu'il est un peu difficile de rentrer dedans mais au bout de quelques épisodes on s'y prend vraiment) ; ensuite une bande son de grande qualité qui accompagne parfaitement les images ; et surtout une qualité graphique tout simplement époustouflante (c'est esthétique, c'est fluide, c'est coloré... Bref un émerveillement !) En résumé, tous les ingrédients d'un très bon animé.
Pourtant malgré tous ces bons points, cet animé m'a déçu par son caractère trop convenu : les personnages, bien qu'attachant laissent une impression de déjà vu (le héros torturé et mystérieux, la jeune femme courageuse mais qui manque de confiance en elle...) de même que leurs relations. Mais surtout, la fin, extrêmement prévisible selon moi, a gâché mon plaisir, laissant à cette série pourtant très prometteuse une arrière-goût frustrant !
Alors certes cette série possède plus de bons points que de mauvais, de sorte que vous passerez forcément un bon moment en la regardant. Mais ces petits défauts l'empêchent selon moi de se hisser parmi les tous meilleurs animés que j'ai pu voir.

-One_winged_angel-


------------- Critique 3 -------------
En 2006, les Studios Sunrise revisitaient une page importante de l'histoire du Japon, le passage de l'ère Edo à l'ère Meiji. Nommée "Bakumatsu", cette époque de trouble politique était ainsi portée à l'écran, subtilement entremêlée avec une intrigue purement fictive. Vous avez dit ambitieux ?


Autant le dire tout de suite, le scenario est le gros point fort de la série. Basé sur des évènements réels, il bénéficie naturellement d'une richesse et d'une profondeur sans égal. Parfaitement intégrée, la part de fiction se révèle très prenante, avec cette histoire de "Tête du Conquérant" (qui confère à celui qui la possède d'immenses pouvoirs) et d'Éternel Assassin (le guerrier destiné à sceller cette même Tête). Si l'on ajoute à cela les aventures d'une troupe de théâtre menée par une jeune femme en quête de vengeance et un dramaturge aux desseins obscurs, on se retrouve avec une oeuvre touffue et solide, parfaitement huilée et cadencée. À propos du rythme, justement, signalons que l'histoire démarre sur les chapeaux de roues. Personnages, faits historiques et bases de l'intrigue pleuvent dès les premiers épisodes, à tel point que l'on a vite le sentiment de se noyer au milieu de ce déluge d'informations. Mais peu à peu, tout se met en place et, après une première partie qui se déroule à un rythme effréné, la cadence ralentit aux alentours des épisodes 14 à 19, avant de repartir de plus belle et de nous offrir un final spectaculaire et terriblement haletant. 26 épisodes de plaisir donc, durant lesquels on ne s'ennuie pas un instant et où rien n'est à jeter. A noter le petit exploit de Sunrise qui a réussi à caser dans ce format relativement court une période de temps assez conséquente.

Les acteurs de ces aventures se débrouillent tant bien que mal à sortir des sentiers battus. Si le caractère ténébreux et torturé du héros ne fait pas dans l'originalité, la présence de l'univers théâtral permet à la série de tirer son épingle du jeu. Mention spéciale également aux seconds couteaux qui, c'est assez rare pour le signaler, disposent d'une épaisseur qui les rend ô combien importants, si ce n'est indispensables (les membres de la troupe de théâtre, le commando anglais en passant par les politiciens et autres chefs militaires). Bien que tous très variés, les personnages tendent tous vers un objectif qui les fait avancer dans la vie. L'ont-ils choisi ? C'est là l'objet d'un tiraillement intérieur pour les personnages, le héros en tête ; doit-il avancer en suivant le destin qui lui a été réservé ou doit-il construire lui-même sa destinée ? Ces questions trouvent un écho dans le sort réservé à l'époque au Samouraï, ces combattants pleins d'honneur, désormais rejetés par la société et qui y cherchent leur place. Ou encore dans la destinée du Japon, qui, inévitablement, se dirige vers une modernisation de sa société, malgré une lutte souvent assassine.

Pour mettre tout ceci en image, Sunrise nous gratifie d'un graphisme au point. Les expressions des personnages offrent un bon rendu, avec un gros travail sur le regard du héros.
Les décors sont beaux, très colorés, et les nombreux couchers de soleil (somptueux de mélancolie) auxquels le héros fait face nous en mettent plein la vue.
Petit bémol dans cette avalanche de bons points : l'animation, elle, n'atteint pas des sommets ; loin de la fluidité d'un Samurai Champloo, par exemple, elle peut toutefois compter sur une mise en scène nerveuse, notamment lors des affrontements où la caméra semble "vaciller", vibrant au rythme du combat, comme si son pouls battait fiévreusement. Une innovation technique bienvenue qui confère à l'action un dynamisme époustouflant.

Les oreilles ne sont pas en reste : la bande son est tout simplement magnifique. Remarquable de justesse et de précision, la musique souligne parfaitement les remords du héros, l'avancée inexorable d'un homme, d'une nation, voire d'un monde tout entier vers un destin inévitable. Une musique de désolation, tout à fait en adéquation avec cette époque de chaos et de complots politiques. Mélancolique à souhait, la BO sait aussi se faire plus dynamique dans les scènes d'actions. J'avoue que, pour ma part, c'est la première fois qu'une musique de fiction me "parle" autant. Épatant.


Oeuvre crépusculaire, Bakumatsu est une série ambitieuse qui réussi à merveille la synthèse entre fiction et Histoire. Malgré la relative complexité du scenario due à la densité du fond historique, l'anime parvient à se muer en grand spectacle (il faut voir la scène finale de l'épisode 13 !), doublé d'une réflexion sur le destin. Une franche réussite.

-N!ck-
Note de la rédaction
Nous vous invitons à venir discuter de la série sur le forum !
Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Fansubbé par :

[Kyuu-F] Kyuuden-Fansub ( 26 épisodes sortis )

Plus de détails ...

Références
Recherche Google : bakumatsu kikansetsu irohanihoheto bakumatsu kikansetsu irohanihoheto takahashi ryousuke yatate hajime [sunrise] sunrise bandai visual
Recherche Yahoo : bakumatsu kikansetsu irohanihoheto bakumatsu kikansetsu irohanihoheto takahashi ryousuke yatate hajime [sunrise] sunrise bandai visual

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Bakumatsu Kikansetsu Irohanihoheto © 2006 TAKAHASHI Ryousuke, YATATE Hajime [Sunrise] / Sunrise, Bandai Visual

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.