spacer Mardi 27 juin 2017 @ 10:58 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Effets
Effets "spéciaux" dans la japanimation.

Avec le temps et surtout l'expérience, les techniques de la japanimation se sont développées permettant de meilleurs rendus d'ambiances et d'effets. Comme vous allez le voir, certaines de ces techniques sont communes aux productions des autres pays, d'autres lui sont spécifiques. Elles viennent du cinéma ou à l'inverse du mode de narration des mangas. Dans tous les cas le but est d'améliorer le résultat final de l'œuvre. Voyons de plus près...

Petit rappel : les dessins animés utilisent le principe des calques, permettant d'isoler les personnages, véhicules, etc. de l'arrière plan ainsi que de certains effets. Avant l'apparition de l'ordinateur, les calques étaient autant de feuilles plastiques transparentes, les cellulos. Ceux-ci sont encore très souvent scannés plutôt que d'être dessinés directement sur ordinateur.

Deux grandes catégories d'effets existent : ceux qui sont des ajouts de dessins, et ceux qui modifient plus ou moins l'image (presque toujours avec l'ordinateur). Cependant, cet article ne détaillant pas ces techniques, j'ai fait le choix de regrouper les effets par besoins.


DYNAMISME

En complément des techniques de narration venues du cinéma (cadrage, cut, etc.), la japanimation a su s'approprier celles du manga qui favorisent le dynamisme. Aucun de ces effets n'est spécial au sens utilisé dans le cinéma, mais ce sont les plus spécifiques aux productions d'animes japonais.

Insertion de symboles, d'écritures

Ponctuellement des éléments visuels ou des idées sont représentés symboliquement. Par exemple dans cette première image le soleil.


-1-

La langue japonaise a une écriture très intéressante sur le plan graphique. Alors pourquoi se limiter à son utilisation dans les planches de mangas ? Formulé ainsi ça peut sembler évident, mais il fallait tout de même oser le faire. Ici le cri d'un des personnages est dessiné montant vers le ciel.


-2-

Transitions
Les deux transitions de base sont le cut (coupure franche entre deux plans) et le fondu (d'un plan à un autre ou en passant par le noir). Le cut ne permet pas de comprendre un éloignement dans le temps ou l'espace entre deux scènes, c'est à l'image d'être explicite. Le fondu permet plus facilement cela, mais il est quelque peu soporifique s'il est suremployé de par son manque de dynamisme. Pour garder du rythme dans la narration, la japanimation, comme le cinéma, peuvent utiliser une transition animée mais franche du nouveau plan venant couvrir l'ancien. Voici un panel magnifique d'exemples tirés d'une même série :


-2-
Les zones noires s'écartent pour laisser à l'écran le plan suivant. C'est une transition qui s'est surtout développée avec l'apparition des logiciels de montage vidéo.


-2-
Transition plus poussée. L'image suivante est peinte directement par-dessus l'ancienne. On retrouve cette idée qui consiste à rappeler que c'est un dessin animé dans les vieux cartoons US et la japanimation est en définitif moins audacieuse qu'eux.


-2-
Ici, c'est une petite bunny girl qui sert de personnage de transition et pousse l'image en dehors de l'écran.


-2-
Nous la retrouvons, marquant une coupure dans la narration. La suite apparaît dans le cœur qui grossi.


-2-
Ce petit personnage utilisé tout au long de la série, fini par s'incruster à l'image pour être ainsi utilisé comme une sorte de saut de ligne marquant un changement paragraphe.

Composition TV, manga, ou patchwork
Effet grandement facilité par les outils technologiques de montage vidéo, les séries ont pu jouer avec les regards des protagonistes en découpant l'image. Auparavant la règle était de faire comme le cinéma jugé plus noble sans doute. Mais lorsque les séries TV se mirent à utiliser ces compositions, elles rentraient dans la culture visuelle populaire et purent être reconnues pour leurs qualités narratives et graphiques par les créateurs de dessins animés.


-3-
Très années 80 ci-dessus, et une composition beaucoup plus "moderne" ci-dessous.



-4-
Le plus souvent les éléments apparaissent successivement et en rythme avec bruitage pour accentuer encore plus ce dernier.

Un assemblage façon panneau souvenir d'adolescente :


-5-

Bulles de dialogues
A partir du moment où la japanimation ne complexe plus face au cinéma, elle accepte d'utiliser des techniques de narration autres. On remarquera que le cinéma avait eu le même problème en s'apparentant à du théâtre filmé avant d'oser faire des cadrages serrés sur des personnages ou des actions.
La première des trois images, qui place dans une bulle de dialogue une sorte de zoom sur un personnage me semble la plus intéressante.

 
-2- -2-

-6-

Intégration planche manga
L'étape suivante semble logique : placer directement des planches de mangas dans les animés comme arrière plan voire même se substituant à l'anime.
 
-7- -8-


Vitesse
Forcément, la vitesse ajoute du dynamisme dans l'anime.
Voici deux manières parmi d'autres de rendre un effet de vitesse :
Arrière plan fait de traînées comme s'il défilait rapidement,



-9- -2-
et traits s'épaississant dessinés à partir du centre de l'image.


-10-

Rayon laser etc...
Voilà quelque chose à la fois visuel et dynamique, l'utilisation de rayons de lumière type laser.


-11-


AMBIANCES

Pratique, expressif, et là aussi économique, la japanimation utilise depuis longtemps les techniques du manga avec des scènes figées crayonnées, et des arrières plan stylisés et épurés à l'extrême.
Dans cette partie nous verrons aussi les éléments (eau, vent, soleil...) qui ne sont pas des nouveautés : C'est une longue tradition pour l'art asiatique et japonais en particulier que de les représenter.

Pouvoirs & Hi-Tech
Le dessin animé a ceci d'avantageux sur le cinéma qu'il n'a pas besoin de l'existence matérielle d'une chose pour la représenter sans effets spéciaux. Le résultat est aussi spectaculaire que simple à mettre en œuvre pour une équipe compétente (toutes proportions gardées bien sûr).


-12-

-12-

-13-


Faire du Star Trek dans Gokoudo se résume à un calque de plus :


-2-
Le même effet pour un tout autre usage :


-2-
D'autres classiques :


-14- -14-

-2-

Ce qui est amusant, c'est que ces effets manga sont aussi efficaces qu'économiques. Pas étonnant donc, de les rencontrer si souvent.

Arrière plan


-15-

-2-

Bulles shojo
L'arrière plan archétypale des mangas et animes "pour filles" dans lequel baignent les personnages.


-6-

-15-


Ombres
Les ombres n'ont pas toujours été dessinées car elles requièrent une plus grande technicité pour être réalistes. Mieux vaut s'abstenir que de les rater. Mais là où l'on peut réellement parler d'effet, c'est lorsque le dessinateur joue avec elles comme en rêveraient certains cinéastes, en trichant avec la lumière...
Un grand classique : le visage éclairé par dessous comme s'il découvrait quelque horreur à la lueur d'une torche, alors qu'il est dans une pièce parfaitement éclairée.


-16-

Autre classique tout à fait spécifique à la japanimation : les yeux cachés par une ombre. L'absence de regard rend le visage inquiétant. Fonctionne aussi avec les animaux !


-17-

Le système peut efficacement être étendu au corps lui même.


-17-

Lumière sur les yeux
Le cas le plus typique dans la japanimation est de cacher les yeux par le reflet de la lumière dans les lunettes. Par rapport à l'utilisation d'une ombre, cette astuce donne un coté plus sadique ou pervers au personnage. D'ailleurs les lunettes ne brillent jamais autant que dans la pénombre.


-15-

Cependant la lumière était utilisée d'une façon plus classique dans les années 80 pour durcir le regard.


-18-

Obscurité
Même effet que précédemment, mais pour une utilisation différente. Les deux bandes obliques obscurcissent l'image qui défile pour donner la sensation que le personnage regarde autour de lui en scrutant dans l'obscurité.


-19-

Trouble de la vision
Cela passe une vue subjective par les yeux du personnage, des mouvements de caméra instables et dans les cas les plus poussés, un effet vient parfaire le tout.


-11-

Soleil couchant
J'ai déjà eu l'occasion de le dire dans un article précédant, au pays du soleil levant les journées commencent vite et l'on n'a pas le temps de traîner à l'aube à contempler l'astre solaire, en tout cas pas dans les animes. Les dessinateurs exploitent néanmoins depuis quelques années la lumière chaude du soleil couchant. D'ailleurs, parfois à outrance dans les comédies scolaires, où à la fin des cours quotidiens de très nombreux plans sont baignés de cette lumière orangée.


-20-

-20-
On voit bien à quel point l'effet peut se résumer à un filtre uni ou à un dégradé orange sur l'image.


Chaleur de l'été
Alors qu'il suffit pour montrer qu'il fait froid de dessiner la vapeur d'eau expirée par les personnages, comment rendre une sensation de douce chaleur d'été ? Plutôt que de montrer directement le soleil ce qui donne une sensation de chaleur écrasante, les dessinateurs n'en représentent que les rayons.


-21- -6-

Vent
Ce serait dommage de s'en priver, le vent annonce la tempête ou une belle scène d'action dans les animes.


-22-

Nuages (et fumées diverses)
Poétiques, les nuages donnent du souffle à la narration (prendre le temps de respirer un instant en regardant le ciel). Ce savoir faire technique est mis à profit pour des fumées ou les traînées des réacteurs de mecha.


-23-

-24-

-25-

-18-

-11-

On voit parfaitement la différence technique, même si dans Akira parfois les deux sont cumulées.

Neige
Très tendance ces dernières années. Animer correctement la neige avec un effet de profondeur des flocons n'est pas si simple à la main. Heureusement, l'ordinateur vient à la rescousse...


-26-

-27-

Pluie
La méthode la plus ancienne est de montrer le rebond des gouttes comme sur le premier exemple. Plus récemment, on "filme" le sol directement, ce qui donne des plans très "ciné".


-18-

-26-

Dans ce premier exemple la technique se base sur le mouvement de l'eau pour la représenter,


-11-
alors que dans les images suivantes le rendu se fait avec les reflets.


-28-

-28-


CRAYONNÉS & FILTRES "PHOTOSHOP"

Tout d'abord le crayonné. Typique des années 80, il est encore utilisé pour son effet dramatique ou de renforcement d'une scène en la figeant souvent quelques secondes. Je ne me souviens pas l'avoir vu autrement que pour des plans rapprochés ou serrés sur les héros.


-29- -31-

-30- -8-

-32-

Pointillisme
On pourrait avoir l'impression qu'il est inspiré uniquement par la peinture. En fait il est dans la continuité de ce que fait aussi le cinéma en post traitement pour sublimer la réalité, la rendre moins terre à terre (si vous regardez comme moi les bonus DVD des films, vous aurez remarqué les modifications de couleurs, de contrastes, et de piqués entre les scènes brutes et leur rendu final).


-33- -33-


Textures
S'inspirant des trames des mangas (points et hachures décalqués pour faire office de "couleurs"), les dessinateurs plaquent dans quelques séries des textures sans tenir compte des volumes et mouvements. L'effet est étrange au début mais ça change ^^.


-15-

-34-

A travers ce traitement, nous pouvons voir aussi une volonté plus artistique en souhaitant montrer les choses d'une façon moins attendue. Toutefois le suivisme qui découle de l'optimisation des budgets dilue rapidement l'artistique. Aussi espérons que cela ne devienne pas une véritable mode mais reste un vrai choix.

Scènes d'illustrations
Depuis des millénaires les dessins, peintures, fresques et tapisseries ont représenté des scènes allégoriques. Le cinéma l'a fait aussi, et la japanimation comme les autres :
Le soleil et ses rayons dans le dos du héros, image omniprésente au Japon.


-2- -35-

La japanimation réutilise aussi des éléments picturaux plus originaux mais pas toujours chargés de symbole, comme ici une bordure art nouveau donnant un certain cachet :


-10-

Photos
Plus surprenant pour ceux qui ne connaissent que les séries européennes & US, l'insertion de photos pas ou peu retouchées comme élément principal ou de décors.


-36-

-15-
Une transformation improbable, ou "l'autocensure" signée par l'auteur,


-37- -37-
un simple décor, ... ou un gros délire selon Excel Saga.


-38-

-38-
Les photos sont aussi associées avec réalisme aux dessins.


RENDU RÉALISTE / FILMÉ

Ces effets sont tout particulièrement destinés à rendre l'image flatteuse pour l'œil du spectateur. "Sexy" comme on peut dire dans le milieu ^^ (comprendre accrocheuses et plus vendeuses).
Cependant, contrairement aux productions ciné US usant et abusant de plans ultra accrocheurs (3D et informatique à gogo) pour certains films, cela n'entraine pas vraiment de perte de qualité du scénario dans les dessins animés japonais. De plus, même si elle est d'avantage présente dans la japanimation, la 3D reste peu utilisée car les studios possèdent de nombreux dessinateurs talentueux.
A noter que les comédies échappent souvent aux contraintes esthétiques.

Lentille de caméra
Tous les objectifs provoquent des artefacts. Normalement un dessin animé n'est pas concerné par ces "défauts" de prise de vue, mais ils sont intéressants justement pour ce coté filmé ou bizarre en poussant les déformations.

Le "lens flare" est cet halo lumineux caractéristique lorsque la caméra filme en direction du soleil. Grâce à lui, l'image gagne en profondeur.


-4-

-39-

Utilisation du grand angle pour ses déformations étranges, burlesque,


-40-

ou pour devenir une petite souris :


-15-

Une variante du grand angle optique dont la lentille courbe les fuyantes (cf juste au-dessus), celui tel que le calcule un logiciel de 3D standard, ici dessiné.


-41-

Flou / Jeu de plans
Le flou, avec sa mise au point à la façon d'une lentille de caméra, est déjà utilisé dans la série patlabor par exemple, afin de détacher du décor les éléments clés de narration.


-18-

...Ou d'une manière plus subtile et graphique afin de donner là aussi de la profondeur au décor :


-4-

Motion blur
C'est l'équivalent de la persistance rétinienne de notre œil pour une caméra. Lorsque le mouvement est trop rapide, il n'est pas saisi proprement mais avec un flou. Le résultat est bien moins dynamique que le rendu de la vitesse vu au début de l'article. En revanche, il est plus subtil et facile à utiliser avec une succession de mouvements. Il fait partie des effets rendus possibles à moindre coût grâce au traitement informatique.


-9-

-42-

3D
Ah la 3D !... Voici le moyen par excellence de faire une œuvre d'animation au visuel bluffant qui permet aux spectateurs de rentrer dans l'image. En fait il y a la 3D authentique calculée par ordinateur, et l'effet 3D qui est en réalité de la 2D photo réaliste. Il n'est pas toujours facile de les dissocier lorsqu'ils sont bien travaillés.


-13-

-38-
Un mouvement de caméra dans un décor en 3D (comme dans Noein ci-dessus) ou un objet 3D qui tourne sur lui même, tel qu'un vaisseau, sont deux raisons classiques de faire appel à cette technique. C'est d'autant plus vrai qu'une fois le décor ou l'objet modélisé dans le logiciel, il est possible de faire ce que l'on veut ou presque.


-27-

-32-

Effets de lumière



-26-

-26-

Il ne faut pas croire que ce rendu de persistance rétinienne est si récent, on le trouve tout au long d'Akira pour mettre en valeur la vitesse des bolides et l'ambiance nocturne urbaine :


-11-

-11-

Ombres
Comme vous pouvez le voir dans les images ci-dessous, les personnages sont souvent ombrés (du moins dans la japanimation moderne). Cela leur donne du volume et les rend plus expressifs.


-43-

-43-

-27-

-18-

-27-

-15-

-9-

Reflets
Pour la même raison que les ombres, la maîtrise technique des dessinateurs doit être élevée pour permettre aux reflets d'être animés. Du coup ils sont rares et sont toujours valorisants pour l'anime.


-28-


Contre exemple

...Ou comment se moquer joyeusement de la technique pour aller plus vite à moindre coût :


-15-
(NB : astuce que j'ai moi-même mise à profit pendant mes études il y a une dizaine d'années ^^ )


Pour finir quelques petites précisions :

La qualité de l'animation des personnages est la dernière roue du carrosse même si l'on est très loin du 6 images par seconde que l'on pouvait trouver dans les seventies. Les choix dans le scénario (intrigue + personnages) et de rendus visuels (décors, ambiance etc) priment. La musique et les éléments sonores viennent ensuite (ses armes blanches)
Concernant le cinéma, celui-ci se réapproprie à son tour les animes, timidement, mais notablement. On se souviendra ainsi du passage animé dans Kill Bill.


-44-


références :

1 Popotan
2 Gokudo
3 Angel Cop
4 Amaenaide Yo
5 Mai Otome
6 Magikano
7 Flcl
8 Tengo Tenje
9 Ikkitousen
10 Venus Versus Virus
11 Akira
12 Ghost In The Shell (le film)
13 Noein
14 Lovely Complex
15 Sayonara Zetsubou Sensei
16 Colorful
17 NHK ni Yôkoso
18 Patlabor (la série)
19 Slayers
20 La Mélancolie de Suzumiya Haruhi
21 Kimi Ga Nozomu Eien
22 Afro Samurai
23 School Days
24 Macross Zero
25 The Irresponsible Captain Tylor
26 Death Note
27 Last Exile
28 Darker Than Black
29 Berserk
30 Olive et Tom
31 Gto
32 Simoun
33 Asatte No Houkou
34 Gankutsuou, Le Comte de Monte Cristo
35 Labyrinth Of Flames
36 Bokusatsu Tenshi Dokuro Chan
37 Excel Saga
38 Paradise Kiss
39 Gokusen
40 Patlabor (le film)
41 Cat Soup
42 Shuffle
43 Kimikiss Pure Rouge
44 Kill Bill (le film de Monsieur Tarantino)
Le 19-05-2008 à 23:34:29 par : Metallord

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.