spacer Dimanche 23 avril 2017 @ 21:37 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
La boxe dans les mangas
La boxe dans les mangas


Alors qu'au Japon devrait débuter bientôt la diffusion de l'adaptation très attendue du manga de Masami Kurumada Ring Ni Kakero, c'est l'occasion pour moi de vous parler un peu de l'histoire de la boxe dans les mangas.
En effet, vous le savez tous, les mangas aiment le sport : football, tennis, volley, boxe sont autant de domaines ayant inspiré des mangas et des héros(-ïnes).

Pourquoi parler de boxe ? Comme je viens de vous expliquer, l'actualité TV au Japon fait renaître actuellement un intérêt pour la boxe.
De plus, il y a des raisons plus personnelles : je trouve que la boxe est un sport qui, lorsqu'on le voit adapté en films ou en animation, apporte un lot incroyable d'émotions. Bien sûr, je parle d'émotions, en sachant que tout à chacun nous n'avons pas les mêmes désirs et les mêmes sensibilités (à plus forte raison les filles :)).

Bref, laissez-moi vous parler de deux principaux mangas de boxe : Hajime No Ippo et Ashita No Joe. Ces deux titres sont les clés de voûte de l'histoire de la boxe dans le manga.
Ils sont incontournables l'un comme l'autre :
Ashita No Joe est le premier manga de boxe, le premier et le plus culte dans le cœur des japonais, tandis que Hajime No Ippo s'adresse à la nouvelle génération de lecteurs et a permis de redonner un coup de jeune à l'image de la boxe (depuis le Rocky de Sylvester Stallone, on en entendait plus trop parler à grande échelle).

  • Ashita No Joe



    Les créateurs :


    Ashita no Joe vit le jour en 1968, de l'imagination de Tetsuya Chiba (pour les dessins) et de Asao Takamori alias Ikki Kajiwara (pour le scénario).
    Ce manga dura 5 ans et fut diffusé en 16 volumes.
    Quelques mots sur la biographie des auteurs : Chiba Tetsuya est né le 11 janvier 1936 à Tokyo, sa famille quitta rapidement le Japon pour la Chine durant la Seconde Guerre Mondiale. Son intérêt pour les mangas et l'illustration est sûrement dû au fait que ses parents interdisaient à ses trois jeunes frères et lui de jouer dehors. Seul moyen de s'occuper : les livres, notamment illustrés.
    Il rentre dans la profession en 1958 et rapidement étale son talent dans plusieurs genres : shojo ou shonen, Chiba fait de tout.
    Il écrira sur plusieurs sports principalement baseball ("Chikai No Makyuu") et boxe, ce qui nous amène à Ashita No Joe, son chef-d'œuvre.

    Quant à Ikki Kajiwara, il est surtout connu pour son célèbre manga sur le catch "Tiger Mask" ou encore son manga sur le baseball "Kyojin no hoshi". Ces deux œuvres ont pour point commun d'avoir un sujet léger (catch, baseball) tout en traitant de relations humaines sur un ton particulièrement sérieux.
    On retrouve dans Ashita No Joe ce côté dramatique propre au style de cet auteur.

    Le contexte de Ashita No Joe :


    En 1968, le Japon est dans une période charnière pour son économie. Le pays se développe de façon exponentielle (le Japon devient la deuxième économie mondiale derrière les États-Unis en 1968, passant ainsi de stade de « pays sous-développé » à celui de « pays développé » sans passer par la case « en voie de développement »). De 1950 à 1970, on passe de 38% à 72% de citadins. Beaucoup de monde dans les villes donc, mais pas toujours assez de place et de logements.
    Cette année-là, Chiba Tetsuya publie Ashita No Joe qui connut immédiatement un très grand succès en raison du charisme de son héros et de l'atmosphère dégagé par ce manga.
    En effet, Yabuki Joe est un garçon pauvre qui vit dans les quartiers populaires de Tokyo. C'est un vagabond. Grâce à la boxe, il va sortir de sa misère. Le manga décrit le Japon tel qu'il était, mais pas dans son aspect le plus brillant.
    Le héros est un pauvre, dont le coach est un alcoolique. Bref, le tableau est tout à fait réaliste. Ce réalisme aurait pu nuire au succès de l'œuvre.
    Pourtant, c'est le contraire qui se produisit : Ashita No Joe fut un énorme succès et Yabuki Joe devint rapidement un héros culte. Tellement culte, que (peut-être en avez-vous entendu parler au détour d'une conversation) en 1970, le 24 mars pour être précis, alors que les fans de Ashita No Joe venaient d'apprendre avec stupeur la mort de Tohru Rikiishi dans la série TV, le rival et grand ami de Joe, environ 700 personnes décident de tenir de véritables funérailles en son honneur.
    Évidemment, cette anecdote est unique dans son genre. En outre, elle est pleine de sens car elle dénote la popularité indicible de Ashita No Joe et le lien viscéral que peuvent attacher certains fans à leurs mangas.


    Ashita No Joe a donc pour particularité d'être réaliste : rares sont les mangas où les protagonistes meurent et où le lecteur/spectateur a l'impression d'un goût d'inachevé au terme de la série (Joe ne sera pas champion du monde et il ne pourra jamais vivre son amour avec Yohko Shiraki). On est en présence d'un manga qui ne peut pas laisser indifférent de par sa cruauté pour le lecteur, attaché à son ou ses héros.
    Mais cette cruauté, cette dureté, n'a qu'un seul véritable effet : hisser Yabuki Joe dans le Panthéon des Héros de Manga cultes.


  • Hajime No Ippo


    Ce manga est l'opposé de Ashita No Joe. Il date de 1991 et est toujours en cours de publication au Japon à un rythme très lent (1 tome tous les 4 mois).
    L'auteur est MORIKAWA Jyoji. Il n'a qu'un seul manga à son actif et c'est Hajime No Ippo.
    S'agissant du manga même, le succès est tout de suite énorme. Quels sont les ingrédients de ce succès ?
    D'abord, je pense que le thème de la boxe est un thème relativement sous-exploité dans les mangas, si bien que quand un manga de boxe sort, il est rare qu'il se plante.
    Ensuite, je pense que les personnages et notamment celui de Makunouchi Ippo sont particulièrement réussis. Le jeune Ippo n'est pas un orphelin mais il vit seul avec sa mère, qui bosse très très dur dans la location de bateaux pour pêcheurs.
    Takamura, le boxeur qui un jour lui donne sa chance de boxer, est un personnage à la fois impressionnant et irrésistiblement drôle.
    En effet, l'humour est omniprésent dans Hajime No Ippo, et c'est là la principale différence par rapport à Ashita No Joe. L'auteur n'a pas voulu trop prendre au sérieux ses personnages, ce qui apporte indéniablement beaucoup d'humeur au manga.
    Hajime No Ippo a inspiré une série TV, puis un OAV puis un film (qui constituent des prolongements de l'histoire). Je doute qu'on en reste là sachant que le manga est toujours en cours.
    Ashita No Joe a également inspiré non pas une série mais deux séries : l'une en 1970 de 79 épisodes et l'autre de 1980 composé de 47 épisodes. Par ailleurs, les séries sont résumées dans trois films.


Vous vous étonnez sûrement que je parle, comparativement à Ashita no Joe, peu de Hajime no Ippo. La raison est simple: l'aura du premier est plus importante que celle du second, j'aurais trop l'impression de me répéter en parlant de Ippo. Le but de cet article n'est pas une présentation exhaustive des deux mangas en question, mais simplement une présentation rapide de l'historique de la boxe dans les mangas.

Finalement, la boxe est relativement sous-exploitée et peut-être que cette carence provoque le succès des rares œuvres sur ce thème si bien que Hajime no Ippo reste la figure de proue de la boxe à ce jour et pour longtemps. Le chemin est toutefois long avant de rattraper le caractère culte d'un Ashita no Joe.
Le 22-10-2004 à 11:21:51 par : Teom4n

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.