spacer Dimanche 25 juin 2017 @ 19:19 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Suleima  :: Animes ::  Sumomomo Momomo (spe... >>
Summer Wars (2010)
Summer Wars   TITRE ORIGINAL : Summer Wars
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2009
  STUDIO : [MADHOUSE PRODUCTION]
  GENRE : [AVENTURE]
  AUTEURS : [HOSODA MAMORU] [KADOKAWA SHOTEN] [MADHOUSE STUDIOS] [NTV (NIPPON TELEVISION NETWORK)]
  TYPE & DURÉE : 1 FILM 114 mins
Staff
Liste des épisodes
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titre alternatif
サマーウォーズ
Synopsis
Bienvenue dans le monde d'OZ : la plate-forme communautaire universelle d'Internet. En se connectant depuis un ordinateur, une télévision ou un téléphone, des millions d'avatars alimentent le plus grand réseau social en ligne pour une nouvelle vie, hors des limites de la réalité. Kenji, un lycéen timide et surdoué en mathématiques, effectue un job d'été au service de la maintenance d'OZ. À sa grande surprise, la jolie Natuski, la fille de ses rêves, lui propose de l'accompagner à Nagano, sa ville natale. Il se retrouve alors embarqué pour la fête traditionnelle du clan Jinnôchi. Il comprend bientôt que Natuski ne l'a invité que pour jouer le rôle du « futur fiancé » et faire bonne figure vis‑a‑vis de sa vénérable grand‑mère. Au même moment, un virus attaque OZ, déclenchant catastrophe sur catastrophe au niveau planétaire. Avec l'aide de Kenji, tout le clan Jinnôchi se lance alors dans une véritable croisade familiale pour sauver le monde virtuel et ses habitants…

-Kazé-
Critiques
------------- Critique 1 -------------
Comme je l'avais pressenti, on ne peut rien attendre du réalisateur de Digimon et de La Traversée du temps
Le mec a beau avoir les meilleurs dessinateurs, infographistes et scénaristes sous la main, il pond un blockbuster consensuel, qui fait ce à quoi s'attendent tous ses fans : des situations déjà vues, des personnages archétypés au possible, et une mise en scène qui se prend le mur en pleine tête à 130 km/h. Nippon banzai !
Oubliez l'universalité des films de Miyazaki, celui-ci est fait par les Japonais pour les Japonais.
Donc de l'intelligence artificielle, du monde virtuel, des geeks sauveurs de la planète, un bon coup de latte avec les valeurs familiales et le respect des traditions au passage, les membres de la famille excentriques mais dévoués à leur travail (ambulancier, policier, pompier, etc.) et une pseudo-histoire d'amour entre senpai-bishôjo-himesama et geek-timide-matheux-de-la-mort-qui-tue.
La mise en scène à destination des collégiens achèvera les curieux animéphiles, le réalisateur en faisant des tonnes avec la fin du monde réel quand un virus menace le système d'Internet planétaire (plagiat de War Games).
Pour les plus endurants, il y a du Street Fighter like (faut que ça bouge, sinon, les 9-12 ans s'ennuieront), des avatars kawaî à vomir et du hanafuda (sorte de mélange entre du domino, poker et cartes à jouer). Koi koi à tous !
Et n'oubliez pas de vous faire hara-kiri en sortant de la salle !

-Gunbuster94-


------------- Critique 2 -------------
Que se passe-t-il quand Facebook rencontre World of Warcraft et Second Life ? et que le compte que l'on possède sur ce réseau social nommé Oz permet aussi de se connecter aux services administratifs, à l'Extranet de son entreprise et à tout système d'information où l'on a un droit d'accès ?

C'est la question que s'est posée le réalisateur japonais Mamoru Hosoda et à laquelle il apporte une réponse possible, à la fois grave et ludique, avec son film d'animation Summer Wars.

Au début des vacances d'été, Kenji, un lycéen travaillant à la maintenance d'Oz (plateforme hybride entre réseau social, jeu vidéo, services en ligne et monde virtuel), est invité par Natsuki, étudiante de son lycée, à l'accompagner à la campagne pour un mystérieux job d'été. Abandonnant son travail sur Oz, il suit Natsuki dans sa demeure familiale, une somptueuse propriété où la famille est réunie pour fêter les 90 ans de la grand-mère, une matriarche intelligente, appréciée et respectée par tout le monde, mais qui ne se laisse pas conter d'histoires. Elle est la doyenne d'un clan familial qui remonte au Moyen Âge et qui, bien qu'ayant perdu l'essentiel de sa fortune, reste respecté et influent.

Alors qu'il est un peu perdu dans ce cadre idyllique où il ne connaît personne, Kenji, surdoué en mathématiques, répond par e-mail à une énigme reçue d'un expéditeur inconnu sur son téléphone portable. Le lendemain, le monde d'Oz tombe dans le chaos, des centaines de millions de comptes ayant été piratés. L'onde de choc ne tarde pas à se propager dans le monde réel, des hauts responsables de plusieurs administrations ayant perdu le contrôle de leur identité informatique. Les feux de circulation sont déréglés ainsi que les réseaux de gaz, d'eau, d'électricité… Et pire.

Le thème de la prise de contrôle de systèmes informatiques faisant peser une menace sur le monde n'est pas nouveau, puisqu'on le trouve déjà dans War Games en 1983. Il a eu le temps d'être exploré depuis. Summer Wars ne pouvait pas reposer entièrement sur cette idée, au risque d'être rapidement catalogué et oublié. Sans nier son côté « film de hacker », le film s'ouvre donc simultanément vers plusieurs directions : film de vacances, comédie, film de fin du monde, histoire initiatique, film sur la modernité, sur l'intemporalité, sur la famille, les liens sociaux, sans oublier le côté épique et les scènes d'action.

Cette volonté de ne pas se focaliser sur l'informatique et la technologie est notable dès le début du film : venu voir une histoire de monde virtuel, on se retrouve parti à la campagne, dans une demeure traditionnelle où se prépare un festin et où les liens familiaux sont le tissu dense d'un certain bonheur. L'idée même de s'occuper avec un monde virtuel semble tout à coup un peu vaine et le film fait passer, en subtilité, sa première idée. La même dichotomie se retrouve d'ailleurs dans le titre qui constitue presque un oxymore, opposant la guerre au repos habituel de l'été. L'été étant évident dès le début, on sait que la guerre va arriver.

Autre point d'originalité, la matrice informatique de l'histoire n'est pas un nid à geeks, elle n'est pas faite de caractères verts sur fond noir, ni d'obscurs systèmes dans des caves de béton, pas plus que de chambres de hackers reclus. Elle est — et Summer Wars grille la politesse au film de Fincher consacré à Facebook, preuve que l'idée est désormais dans l'air — un réseau social où l'on se connecte via son téléphone, sa télé ou son ordinateur et qui n'émeut pas plus ses utilisateurs, soit l'essentiel de la population, que ne le fait Facebook aujourd'hui. C'est un service, une distraction, et il y a la vie à côté. Les addicts y sont minoritaires, et celui que l'on voit dans le film est plus proche de l'ado standard que de l'asocial chronique. Ouf ! on évite complètement le film-jugement, dont les Japonais ne sont de toute façon pas coutumiers.

Néanmoins, sans les crier, Mamoru Hosoda suggère des choses. Il dit que la famille, les proches, est le premier réseau social. Il dit que la nouveauté ne s'oppose aucunement à l'existant, mais qu'elle s'y ajoute, que la responsabilité réside plus dans l'utilisation que dans l'invention, dans l'intention que dans l'outil.

Et au-delà de ce que l'on peut analyser, Summer Wars reste avant tout un film divertissant, plein d'humour, de personnages réussis, de scènes qui font agréablement résonner en nous l'été du film, tels ces dîners pris au crépuscule entre intérieur et extérieur, comme le permettent les maisons traditionnelles japonaises, entre la lumière chaude de la maison et la campagne qui disparaît dans la nuit derrière les fleurs de liserons. C'est ainsi qu'entre le lieu, les membres de la famille, nous sommes enveloppés, comme l'est Kenji, par un agréable cocon qui dure le temps du film. Joyeux comme en vacances, et les drames deviennent des histoires de vacances.

-Atvaark-
Note de la rédaction
Le film a été projeté au
Festival international du film d'animation d'Annecy 2010
dans la catégorie des longs métrages.


Bande annonce:


Nous vous invitons à lire notre article : «
Summer wars, l'invocation de nos spectres numériques ?
», rédigé par ReiAyanami.


Nous vous invitons à venir discuter de cet animé sur le forum.
Licencié par :

Kazé
Éditeur Blu-ray
Éditeur Ciné
Éditeur DVD
Eurozoom
Distributeur Ciné
[Ciné Cinéma Famiz]
Distributeur TV
[Festival]
Distributeur Ciné

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Références
http://s-wars.jp/index.html
Japon
Site officiel du film.

Recherche Google : summer wars summer wars hosoda mamoru kadokawa shoten madhouse studios ntv (nippon television network) madhouse production
Recherche Yahoo : summer wars summer wars hosoda mamoru kadokawa shoten madhouse studios ntv (nippon television network) madhouse production

Staff
Liste des épisodes
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Summer Wars © 2009 HOSODA Mamoru, Kadokawa Shoten, Madhouse Studios, NTV (Nippon Television Network) / Madhouse Production

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.