spacer Mercredi 29 mars 2017 @ 03:32 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Lady Jewelpet  :: Animes ::  Lady Oscar - Le Film >>
Lady Oscar (1986)
Lady Oscar   TITRE ORIGINAL : Versailles No Bara
  ANNÉES DE PRODUCTION : 1979 - 1980
  STUDIO : [TMS ENTERTAINMENT CO.,LTD.]
  GENRES : [DRAME] [HISTORIQUE] [AMOUR & AMITIé]
  AUTEUR : [IKEDA RIYOKO]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 40 EPS 25 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titres alternatifs
ベルサイユのばら
Rose of Versailles
Synopsis
L'histoire de Lady Oscar débute en 1755, dans le Royaume de France. Le Colonel de Jarjayes, très proche du Roi, attend son sixième enfant ou plutôt sa sixième fille. Cependant, l'enfant qui naît n'est finalement pas un garçon. Le Colonel refuse cette situation et refuse l'idée même d'avoir encore une fois une fille... Il décide donc de considérer cet enfant non comme une fille, mais bel et bien comme un garçon. Il le baptise ainsi Oscar François.
Quelques années plus tard, en 1769, Oscar est une adolescente de 14 ans qui s'habille comme un jeune homme et manie parfaitement l'épée. Son père l'a en effet toujours destiné à devenir un grand responsable de la Garde Royale. L'occasion de le devenir arrive enfin : Oscar peut devenir Capitaine de la Garde Royale mais pour cela elle doit battre en duel un autre prétendant. Finalement, elle y parvient sans difficultés. Toutefois, sa victoire n'a pas été guidée par sa volonté de devenir Capitaine, elle semble plutôt avoir fait cela pour prouver qu'elle ne sait pas fuir devant les défis. Elle refuse de porter l'uniforme militaire. André, son plus fidèle serviteur veut l'aider à choisir sa voie : devenir une vraie femme (dire non) ou oublier à jamais sa féminité (accepter le poste).

-GohanSSJ-
Critiques
Si l'auteur du manga original, Riyoko Ikeda, est un monument du genre, cette histoire-là est une pièce maîtresse de son oeuvre. Après avoir été un énorme succès de l'édition, Versailles no Bara fut adapté au théâtre en 1974 par la troupe exclusivement féminine Takarazuka pour plus de 600 représentations, mais aussi en série télé à la fin des années 70 qui connut par la suite une réédition en long-métrage. Le réalisateur français Jacques Demy en fit aussi un film, mais c'est une autre histoire. L'animé fut diffusé en France dans le défunt (heureusement...) Récré A2 et eut suffisamment de succès auprès des jeunes téléspectateurs pour qu'on puisse avoir droit à la série complète de DVDs chez IDP. Croyez-moi : c'est une
très
bonne chose parce que cet animé est excellent.

Shoujo, mais aussi drame et roman historique, Lady Oscar explore une époque charnière de l'Histoire de France sans fioritures ni concessions et tout le monde en prend pour son grade. Si au début les choses sont présentées comme on s'y attend (méchants nobles profitant des faveurs du Roi qui opprime le pauvre peuple sans défense), les événements prennent peu à peu une apparence plus mitigée, moins manichéenne et, pour être honnête, particulièrement instructive pour ne pas dire passionnante : les véritables "connards" de l'Histoire, Robespierre en tête de liste, y sont montrés tels quels -à leur façon profiteurs d'une conjoncture particulière qui leur a permis de réaliser leur coup d'état et s'emparer ainsi du pouvoir- avec le même tarif pour les victimes, Louis XVI et Marie-Antoinette se trouvant parmi celles-là -pour la simple et bonne raison qu'on ne leur a jamais vraiment demandé leur avis, au moins au début, et que le système sclérosé de l'Ancien Régime ne leur laissait finalement que très peu de marge de manoeuvre, leur éducation psycho-rigide au sang bleu roi étant leur première "excuse".

Le spectateur naïf et un peu bon enfant découvrira une Cour Royale faite de complots et de magouilles en tous genres tous plus mesquins les uns que les autres, où l'honneur de la noblesse n'est plus qu'un prétexte pour de viles joutes de prestige et d'apparat afin de tirer le plus de jus possible de la vache à lait que représente le pays affamé. Ce n'est pas franchement mieux du coté du peuple où les basses classes sociales font de leur mieux pour se rapprocher de cette Cour des Damnés afin d'en récolter le plus d'avantages possibles dans le plus total mépris de leur prochain, famille comprise. Dans ce décor affligeant de connerie humaine, se croiseront des personnages historiques et d'autres fictifs pour le plus grand bonheur de ceux qui aiment les relations psychologiques et sentimentales tortueuses...

De son coté, Oscar fait de son mieux pour rester un officier intègre et irréprochable. Mais ce n'est pas simple de devoir jouer au bonhomme quand on est une fille, et dans ces temps troublés où le prestige de la noblesse s'étiole davantage à chaque jour, elle a un sacré boulot ! Entre les complots de Madame Du Barry -maîtresse de Louis XV et par conséquent "Reine" de France de facto- ou ceux du Duc D'Orléans -cousin du Roi et donc héritier potentiel de la Couronne au cas où il arriverait malheur à l'Héritier- elle comprend rapidement qu'il y a quelque chose de pourri dans le Royaume de France : cette initiation douloureuse aux moeurs abâtardis de la Cour fera progressivement pencher son coeur vers le peuple dont est issu son fidèle ami d'enfance André, servant de la famille de Jarjeyes. Inutile de préciser de quel coté elle se trouvera pendant le crescendo final, vous avez compris ; la manière, par contre, apportera son lot de surprises et c'est là qu'on verra un dénouement très attendu mais malgré tout surprenant de la longue disposition des pièces sur l'échiquier durant les 40 épisodes de la série.

Mais il n'y a pas que les luttes de pouvoir car l'amour tient une place prépondérante dans ce récit (bah oui, c'est écrit par une fille...) : que ce soit l'amour non-récompensé de Oscar pour le Comte Fesner de Suède dont l'affection, pourtant interdite, va à Marie-Antoinette qui n'a pas le droit de la lui rendre, ou bien les sentiments tout autant proscrits de André pour la fille de son maître, ce thème-clé de l'histoire est ici brillamment mis en scène et tout aussi bien orchestré sans pour autant tomber dans le larmoyant soporifique des séries US bon marché. Les événements prennent ainsi une dimension tragique inattendue dans ce genre de contexte historique, et qui finira mal. Très mal...

Au cas où vous auriez pas capté, j'ai été conquis : le manga a été édité en deux gros volumes de prés de 1000 pages chacun il y a quelques années et un 3éme tome est sorti en septembre 2005. Je va me faire une commande de groupe.

-Guilhem-
Note de la rédaction
Vous pouvez venir discuter de l'animé sur le forum !
Licencié par :

logo
Éditeur DVD
logo
Distributeur DVD
logo
Distributeur TV
logo
Distributeur TV
logo
Distributeur TV
logo
Distributeur TV
logo
Distributeur TV
logo
Distributeur TV
logo
Distributeur TV
logo
Distributeur Blu-ray

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Voir aussi
Lady Oscar - Le Film
Références
Recherche Google : lady oscar versailles no bara ikeda riyoko tms entertainment co.,ltd.
Recherche Yahoo : lady oscar versailles no bara ikeda riyoko tms entertainment co.,ltd.

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Lady Oscar © 1979 IKEDA Riyoko / TMS Entertainment Co.,Ltd.

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.