spacer Dimanche 25 juin 2017 @ 15:58 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Soulierville  :: Animes ::  Sound! Euphonium 2 (... >>
Sound! Euphonium (Saison 1) (2015)
Sound! Euphonium (Saison 1)   TITRE ORIGINAL : Hibike! Euphonium
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2015
  STUDIO : [KYOTO ANIMATION]
  GENRES : [MUSICAL] [TRANCHE DE VIE]
  AUTEUR : [TAKEDA AYANO]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 13 EPS 24 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titres alternatifs
響け! ユーフォニアム
Sound Euphonium S1
Synopsis
Kumiko Omae, une joueuse d'euphonium, sorte de petit tuba, faisait partie d'une fanfare au collège. Le groupe, qui rêvait du Concours National, échoue aux portes de celui-ci, et s'ensuit une douloureuse altercation entre Kumiko et une de ses amies, Raina, trompettiste.
Désireuse de repartir sur de nouvelles bases pour ses années lycéennes, Kumiko intègre le lycée Kitauji, s'assurant quasiment de ne plus croiser aucun ancien membre de la fanfare. C'était sans compter sur Raina qui, à la grande surprise de la jeune fille, s'est également inscrite dans cet établissement. Au lycée, il existe également un club de musique mais celui-ci est tombé en désuétude depuis quelques temps. Voyant Raina s'y engager et craignant ses réactions, Kumiko hésite à s'y inscrire. Mais peut-être est-ce le moyen de clarifier la situation entre Raina et elle ?

-Sisyphe-
Critiques
Œuvre plutôt méconnue parmi les productions Kyoani, Hibike! Euphonium est une perle de l'animation que je me dois d'essayer de promouvoir.
Contrairement à K-on, dans lesquelles la musique ne fait office que de support et l'histoire se résumant à une suite de gags, Hibike! Euphonium est autant un anime musical qu'un "Slice of Life" (un anime de type tranche de vie) avec une intrigue bien menée tout au long de la série. Ces deux aspects s'accordent très bien et contribuent à l'intérêt de cet anime.

Comparé à d'autres séries du même genre (Nodame Cantabile, Nana, Beck, Kid on the slope, Shigatsu), Hibike! Euphonium se démarque énormément par le fait qu'elle met en scène des personnages n'ayant pas la musique comme vocation professionnelle.
Le fil conducteur peut paraître assez simple : un orchestre harmonique à problèmes qui va prendre un nouveau départ, avec l'aide d'un nouveau professeur prometteur, et s'améliorer jusqu'à viser le concours national. De plus, on suit l'évolution des nouveaux membres et leur intégration au milieu de ce groupe. Or la difficulté avec un sujet aussi basique, c'est de rendre le truc crédible et ne pas choisir la facilité. Autrement dit les problèmes ne se résolvent pas d'un simple claquement de doigts.
Sound! Euphonium valorise l'idée que la force d'un orchestre ne se réduit pas à la qualité de ses musiciens mais provient en réalité de leur symbiose. Ainsi, du point de vue de Kumiko, l'orchestre paraît au début médiocre non pas parce que les musiciens ne savent pas jouer mais en raison des querelles intestines au sein du groupe. Tout l'enjeu réside donc dans la manière de faire cohabiter et vivre un groupe de plus de cinquante personnes. Cet approche de traitement est inédite pour ce genre d'animés.
La narration, très bien ficelée, sert merveilleusement le propos. Elle nous décrit l'organisation pyramidale de l'orchestre de manière simple, efficace et concise. Les événements nous montrent de surcroît les limites de ce système. Par ailleurs, la musique en elle-même n'est pas en reste !
Comme Nana et Beck, cet anime ne se contente pas de recycler des partitions préexistantes. Des morceaux ont été composés spécialement pour l'animé et sont de très bonne facture. Des mentions spéciales doivent être décernées pour "Ai Wo Mitsuketa Basho" et bien sûr "Crescent moon dance".
La qualité d'un anime musical dépend aussi de la capacité à associer une certaine musique à une scène, un thème ou une idée et ainsi procurer un sens tout à fait particulier. Par exemple, vous n'entendez plus la première ballade de Chopin de la même manière après avoir regardé Shigatsu. De même, "Rydeen~ymo" représente le passage de l'orchestre dans la cours des "grands", "Ai Wo Mitsuketa Basho" incarne le lien entre Kumiko et Reina tandis que "Crescent moon dance" symbolise l'apothéose, la finalité après tant d'efforts.
D'ailleurs, "Crescent moon dance" se décompose en plusieurs thèmes qui forment la plus grande partie de l'ost. Tous ces variations confèrent une multitude de charges émotionnelles et offrent ainsi une grande cohérence sonore à tout l'anime.
Pour finir sur ce point, l'anime nous montre nos musiciens dans leurs répétitions et reprendre des fragments du morceau final. L'ultime représentation retranscrit bien le sentiment d'accomplissement.

Pour ce qui concerne le côté "tranche de vie", nous avons droit à un fil rouge qui progresse durant tous les épisodes mais qui n'est pas forcément évident à voir.
Il apparaît pourtant dès les premières minutes, subtilement, quand Kumiko nous dit : "Si j'ai choisi ce lycée, ce n'est pas uniquement parce que je trouvais l'uniforme mignon, mais parce que je n'y connais personne et que je voulais reprendre ma vie à zéro". Le récit est lancé : pourquoi Kumiko a-t-elle se besoin de reprendre sa vie à zéro ? Où veut elle donc la mener ? Qu'y a-t-il dans son passé qui l'en empêcherait ? Tout cela nous est dévoilé par le biais de sous-intrigues non liées à Kumiko mais qui vont toujours participer, indirectement, au développement de l'héroïne. Cette dernière est embarquée sans le vouloir dans une suite de péripéties, allant de son entrée dans la fanfare aux conflits entre leurs membres ou sa relation avec Reina, qu'elle ne maîtrise pas, et qui vont servir de catalyseur pour affronter un passé douloureux. Ceci aboutit à une des séquences les plus fortes qui m'ait été donné de voir dans un animé avec cette fameuse scène de la "course" suivie de celle de la déclaration d'amour pour la musique.
Si les gens n'apprécient pas Kumiko, ils peuvent cependant aimer Hibike notamment grâce au travail génial de Kyoani dans la construction scénaristique de l'anime et le travail sur les personnages.

Les autres protagonistes de l'anime ne sont pas sous-exploités au profit de Kumiko. En effet, les chapitres les introduisant bénéficient d'une très bonne qualité d'écriture et constituent à mon sens sans doute le deuxième gros point fort d'Hibike.
Malgré une distribution très large (près de quatorze personnages), on nous présente un large panel de personnalités très prononcées et non stéréotypées de telle sorte que chacun peut s'y identifier. A ce propos, le moe y aide bien. Tout en appuyant l'intrigue principale, les histoires personnelles sont parfois très légères voire subtiles selon l'importance du protagoniste. Ainsi, on n'a pas d'épisodes indépendants ou "hors-série" à défaut de Tari Tari ou Hanasaku iroha. Ceci fait qu'on ne ressent pas certains personnages comme inutiles.

Pour conclure, laisser au moins sa chance à Hibike! Euphonium. La technique est vraiment belle. Il en va également pour la mise en scène et la réalisation. C'est du Kyoani, peut-on faire mieux ? Convaincu ?

-zuda-
Note de la rédaction
PRIX JURY :
Catégorie TRANCHE DE VIE
Bande annonce

Nous vous invitons à venir discuter de cet animé sur le forum.
Licencié par :

Crunchyroll
Distributeur Web

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Voir aussi
Hibike! Euphonium: Kitauji Koukou Suisougaku Bu e Youkoso
Sound! Euphonium 2 (Saison 2)
Sound! Euphonium : Épisode 14 – Fonce, Monaka (Episode spécial)
Références
http://anime-eupho.com/
Japon
Site officiel

Recherche Google : sound! euphonium (saison 1) hibike! euphonium takeda ayano kyoto animation
Recherche Yahoo : sound! euphonium (saison 1) hibike! euphonium takeda ayano kyoto animation

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Sound! Euphonium (Saison 1) © 2015 TAKEDA Ayano / Kyoto Animation

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.