spacer Jeudi 23 novembre 2017 @ 22:57 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Démétan  :: Animes ::  Demon Hunter Makaryu... >>
Demon City Shinjuku (1993)
Demon City Shinjuku   TITRE ORIGINAL : Makai Toshi Shinjuku
  ANNÉE DE PRODUCTION : 1988
  STUDIO : [MADHOUSE PRODUCTION]
  GENRES : [ACTION] [AVENTURE] [HORREUR]
  AUTEUR : [KIKUCHI HIDEYUKI]
  TYPE & DURÉE : 1 OAV 78 mins
Staff
Liste des épisodes
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titres alternatifs
Monster City [Titre VHS]
魔界都市〈新宿〉
Synopsis
Tokyo, dans un futur proche. Le building de Shinjuku est fumant et en ruine à cause d'un puissant démon. Un homme, Levih Rah, a créé la cité du démon à Shinjuku au cœur de Tokyo. Et il ne compte pas s'arrêter là ! L'objectif de Rah est de détruire la planète entière et il ne reste que 3 jours avant l'accomplissement de son plan.
Depuis des années, personne n'a osé défier Rah et ses sbires, monstres en tout genres qui vivent dans la cité du démon. La jeune Sayaka Rama cherche à sauver son père qui a été enlevé par les subordonnés de Rah et fait appel à Kyoya, un adolescent de Tokyo. A eux deux ils vont braver la cité démoniaque où ils rencontreront Méphisto dont le pouvoir spirituel sera capable de les sauver de la destruction.
Mais est-ce que cette équipe étrange pourra vaincre l'armée de Rah, et s'ils réussissent, pourront-ils vaincre Levih Rah lui-même ?
Critiques
Demon City Shinjuku est d’abord un film d’ambiance. On pénètre ainsi avec les protagonistes dans le prestigieux quartier de Tokyo pour découvrir un paysage cauchemardesque très réussi. Les cieux agités sont noirs, gris, rouges, violets. Les bâtiments tombent en ruine, des crevasses séparent les avenues en deux. Des vauriens et des vagabonds y errent, moitié menaçants, moitié comme des âmes en peine. La lumière pénètre difficilement les rues, et une brume anormale flotte sur les environs.

Nos deux personnages principaux vont avancer par paliers dans cette ville en décomposition, combattant à chaque fois un nouvel ennemi. Cette progression en jeu vidéo s’accorde parfaitement avec l’ambiance de fin du monde qui baigne le film. Un bokken en main chargé d’énergie spirituelle pour défaire les démons, comme si les armes modernes ne pouvaient faire face aux forces surnaturelles, Kyoya a fort à faire. De longues scènes inventives et rythmées s’enchaînent pour le plus grand plaisir des amateurs du genre. Citons en vrac, sans rien dévoiler pour autant, un petit chaperon rouge pas si vulnérable que ça, une succube tentaculaire insistante, des âmes de morts jalouses des vivants, un homme-araignée pas très joli à regarder, une mare rouge empoisonneuse et un reste de parc d’attraction peu engageant.

Qui viennent cependant un peu atténuer ce plaisir de visionnage, quelques faiblesses scénaristiques trop souvent vues et qui frisent parfois le ridicule. Voici donc Rebi Ra (nom qui en japonais envoie peut-être du pâté, mais qui tombe malheureusement à plat en français), super méchant de-la-mort-qui-tue (vraiment beaucoup), ayant vendu son âme au diable (pour changer), afin de détruire le monde, la galaxie, l’univers, le cosmos, et tout le tralala (en vue de régner sur quoi, on se le demande, mais le susnommé Rebi Ra, lui, ne semble pas se poser cette question). Pour parvenir à réaliser son plan machiavélique, diabolique, satanique (et tout plein d’autres adjectifs menaçants en « ique »), il décide d’ouvrir un portail démoniaque au-dessus de Shinjuku, grâce à un pentacle géant rose fluo. C’était sans compter sur l’intervention du jeune Kyoya venu essayer de lui mettre des bâtons dans les roues, et qui fait penser à un héros à la croisée de La guerre des étoiles, d’Excalibur et du bouddhisme (c’est possible, la preuve en regardant le film). Notons aussi qu’on a pour l’accompagner une jouvencelle bien faite avec un gros ruban rose sur la tête, excessivement innocente et qui ne cesse de pousser des petits cris de souris effrayée ; on s’attend sans arrêt tout au long du récit à ce qu’elle se transforme en héroïne de hentaï, persécutée avec plaisir par les nombreuses tentacules qui accompagnent en général les démons chez les Japonais, mais je ne vous en dirai pas plus sur le sujet et vous laisse découvrir par vous-même ce qu’il en est.

Mis à part ces lourdeurs scénaristiques, le film est à conseiller aux fans des histoires de ce genre, ainsi qu’à ceux de Yoshiaki Kawajiri, le réalisateur, et à ceux du studio Madhouse. Bon visionnage !

-Cypou-
Note de la rédaction
Édité seul par Manga Vidéo puis sur un DVD contenant deux autres films (Cyber City Oedo 808 et Wicked City) par Dybex.
Licencié par :

Dybex
Éditeur DVD
Fox Pathé Europa
Distributeur DVD
Manga Vidéo
Éditeur DVD
Éditeur VHS

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Références
Recherche Google : demon city shinjuku makai toshi shinjuku kikuchi hideyuki madhouse production
Recherche Yahoo : demon city shinjuku makai toshi shinjuku kikuchi hideyuki madhouse production

Staff
Liste des épisodes
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Demon City Shinjuku © 1988 KIKUCHI Hideyuki / Madhouse Production

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.