spacer Samedi 25 novembre 2017 @ 06:59 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Blue Exorcist: Kyoto...  :: Animes ::  Blue Gender - The Wa... >>
Blue Gender (2002)
Blue Gender   TITRE ORIGINAL : Blue Gender
  ANNÉES DE PRODUCTION : 1999 - 2000
  STUDIO : [AIC]
  GENRES : [ACTION] [ESPACE & SCI-FICTION] [HORREUR]
  AUTEUR : [TAKAHASHI RYOUSUKE]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 26 EPS 25 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Titres alternatifs
ブルージェンダー
虫袭
블루 젠더
الازرق الجنس
Synopsis
Dans le futur, une menace biologique, des insectes géants dénommés Blue, ont pris possession de la Terre. Les quelques survivants humains réfugiés en orbite dans la station "Seconde Terre" s'organisent pour tenter de récupérer le contrôle de la planète.

Kaido Yuji, un humain dont le corps fut cryogénisé il y a longtemps à cause d'une maladie incurable à l'époque, se réveille dans ce monde cauchemardesque, sauvé par l'équipe de récupération des "Sleppers". Face à cet enfer, Yuji n'a d'autres choix que d'apprendre à se battre afin de survivre.

-Proteus-
Critiques
------------- Critique 1 -------------
L'animé décrit ce que pourrait être notre planète si les humains trouvaient plus forts qu'eux, ce que pourrait être la limite de l'existence sur Terre. Il n'y a pas vraiment de sujet écologique dans cette série, pourtant le fait qu'il s'agisse d'insectes géants n'est pas innocent. Les insectes ont toujours existé, et pourtant, on les craint (leur prolifération inquiète).

Je trouve que l'idée de mettre des insectes géants est très judicieuse à cet égard.

En outre, l'intrigue est soignée, elle se dévoile de façon très pertinente, c'est-à-dire à dose homéopathique à chaque épisode, ce qui nous tient en haleine jusqu'au dénouement final.

Niveau animation, c'est très bien fait, les combats sont excitants.

Le chara design est original (je trouve les coupes de cheveux de Marlène et de Yûji particulièrement drôles).

J'ai une faiblesse pour le générique de début "Tokihanate" (qui veut dire "libère !"), une chanson rock qui enflamme !

-GohanSSJ-

------------- Critique 2 -------------
En gros Blue Gender pourrait être présenté comme un "Genesis Climber MOSPEADA on steroïds".

Entièrement vouée à la survie, cette société miniature s'est déshumanisée dans des proportions dramatiques, ce qui ne va pas sans rappeler le monde cauchemardesque du roman Les Monades urbaines de Robert Silverberg et que le premier tiers de l'histoire explique comme il faut pour que le spectateur rentre dans l'ambiance : l'ensemble du décor, de l'atmosphère et de la situation sur Terre sont très bien plantés de sorte qu'on comprend parfaitement pourquoi Marlene elle-même est presque considérée comme une étrangère par ses concitoyens après son retour sur la station, son contact avec Yuji l'ayant aidée à retrouver sa part d'humanité perdue durant sa formation militaire alors qu'elle était encore enfant...

Je ne vous en dis pas plus sur les événements au risque de vous "spoiler" de votre plaisir au cas où je vous aurais convaincu de jeter un coup d'œil à cette série qui est pour moi très réussie : bien qu'il y ait des scènes de baston plutôt mémorables, il y a aussi juste ce qu'il faut de méli-mélo, de scénario et de coups de théâtre pour éviter de dire que c'est une simple série bourrine mais sans prendre la tête au spectateur pour autant.

Le lien entre les sleepers et les Blues peut sembler un poil tiré par les cheveux, de même que les implications métaphysiques qui en découlent et que certains trouveront peut-être "niaises" mais l'ensemble tient vraiment bien la route tant au niveau de l'histoire que des images qui sont de réellement bonne qualité malgré les sempiternelles séquences réalisées par le studio coréen affilié à la maison de production et qui visiblement ne s'est pas trop foulé sur les détails...

Le récit tend toutefois à se diluer un poil vers la fin au profit cependant de scènes de combat bien mouvementées qui ne font pas rire... Le dernier épisode est un peu dans le style 2001, l'Odyssée de l'Espace mais ne gâche rien pour autant qu'on ait un minimum d'ouverture d'esprit et puis ce n'est pas la deuxième partie d'un 26ème épisode qui permet de jeter toute une série non plus, faut pas déconner quand même...

À noter que la version collector de Déclic Images propose en plus de la VOSTF et VF plus tous les dossiers mechas, réalisateurs, doubleurs, "openings"/"endings" originaux avec ou sans crédit ou encore versions karaoké, etc... Et propose également en plus de tout ça le film de la série qui est un résumé intéressant mais malheureusement un peu décousu parce qu'on ne peut pas résumer 11h30 de série en 1h40 non plus, faut quand même pas pousser mémé dans les orties. La fin en est toutefois différente et plus "matérialiste" si vous voyez ce que je veux dire, mais je conseille quand même de voir la série pour combler les blancs, vous en aurez certainement besoin...

-Guilhem-

------------- Critique 3 -------------
Blue Gender nous plonge dans un monde apocalyptique où l'humanité a du fuir la surface de la terre pour se réfugier dans l'espace à cause des Blues, sorte d'insectes géants assoiffés de sang. Vous l'aurez compris, Blue gender offre une histoire proche de Starship Troopers où il est question de détruire de vilaines bestioles et où les morts se comptent par centaines.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. En effet, ceci n'est qu'une infime partie de l'histoire qui se trouve être très riche. Au delà des combats (qui sont très réussi d'ailleurs), on s'attarde pas mal sur Yuji et ses pensés humanistes face à une société humaine survivante, froide et sans aucun sentiment, et c'est ce qui fait tout le charme de l'animé.

On prend plaisir à voir son évolution tout au long de la série comme pour Marlène d'ailleurs. De plus, ces 2 personnages sont totalement opposés en début d'animé ce qui vaut pas mal de scènes intéressantes. Cela devient encore plus intéressant lorsque leur caractère change en milieu de l'animé : Yuji devenant aussi froid et indifférent que les gens qu'il méprisait pourtant lors de son réveil et Marlène, devenant elle, au contraire, plus humaine.
En ce qui concerne le scénario, il est bien ficelé et les transition entre les différentes parties de la série sont bien réussies. Graphiquement, c'est assez beau même si ici, ce n'est pas le but premier. Cela est agréable notamment lors des combats qui sont assez détaillés (et gores) même si parfois on sent un peu de relâchement.

Malgré que la mise en scène ainsi que l'histoire soit bien, cet animé perd progressivement son intérêt et même si les situations sont diversifiés, cela n'apporte pas de renouveau à la série. De plus, on nous donne une fin à la "Guerre des Mondes" ce qui fait un peu frustrant car cela signifie que tout ce qui a été fait avant, l'a été fait en vain. Ce n'est pas une mauvaise conclusion en soit, mais cela pourra en décevoir certains.

On peut être déçu aussi par certaines scènes "annexes" (comme lors de la trahison de Tony et Alicia) qui ne font pas avancer l'histoire, mais qui, au contraire, enlèvent un peu de crédibilité à l'animé mais surtout qui accentue cet effet de longueur dans l'histoire.

Un animé à voir car derrière cette histoire guerrière se cache un vrai message "humaniste" se transmettant par l'intermédiaire du personnage principal, même si parfois l'histoire traine en longueur.

-Proteus-
Note de la rédaction
Nous vous invitons à venir discuter de cet anime sur le forum !
Licencié par :

Déclic Images
Éditeur DVD
Manga Distribution
Distributeur DVD
[NRJ12]
Distributeur TV

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Voir aussi
Blue Gender - The Warrior
Références
Recherche Google : blue gender blue gender takahashi ryousuke aic
Recherche Yahoo : blue gender blue gender takahashi ryousuke aic

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Blue Gender © 1999 TAKAHASHI Ryousuke / AIC

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.