spacer Vendredi 24 février 2017 @ 18:06 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Blood+  :: Animes ::  Blood-C: The Last Da... >>
Blood-C
Blood-C   TITRE ORIGINAL : Blood-C
  ANNÉE DE PRODUCTION : 2011
  STUDIO : [PRODUCTION I.G]
  GENRES : [ACTION] [FANTASTIQUE & MYTHE] [HORREUR]
  AUTEUR : [CLAMP]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 12 EPS 25 mins
Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Synopsis
En apparence, Saya Kisaragi est une jeune lycéenne tout à fait normale. Toujours présente pour aider son prochain et un peu tête en l'air, elle vit avec son père, Tadayoshi, prêtre shintoïste. Saya s'est vu confier par son père la mission d'éliminer les « Anciens ». Armée de son épée sacrée, elle traque ces monstres dévoreurs d'humains dont les apparitions sont de plus en plus fréquentes. De plus, la jeune fille commence à être sujette à de terribles maux de tête lui laissant voir des visions qu'elle ne comprend pas… Pourquoi les Anciens en ont après elle ? et quelle est la signification de ses visions ?

-Tem-
Critiques
Attention, voilà un anime schizophrène (oui, croyez-moi, ça existe). Si vous souhaitez regarder cette série d'animation, il faut que vous soyez un amateur de deux genres presque opposés : d'abord le genre comédie-scolaire-tranquille-et-banale-à-souhait, et le genre combats-bien-sanglants-dans-une-ambiance-glauque. Schizophrène, vous dis-je. Au cas où vous rempliriez cette condition, ce qui n'est pas forcément un signe très encourageant, il faudra encore faire preuve de patience, car l'anime ne se dévoile que très lentement. Les connaisseurs de la licence Blood seront familiers du personnage principal, Saya, et de ses péripéties sanglantes à la pointe du sabre ; pour les autres, mieux vaut vous préparer à ce dans quoi vous allez vous embarquer. L'histoire en elle-même, à première vue, est très simple. Dans une petite ville au bord de la mer, la prêtresse du temple local, Saya, hérite d'une épée sacrée seule capable de tuer les Anciens, des créatures monstrueuses et mystérieuses qui attaquent la ville la nuit. Elle tente donc tant bien que mal de concilier sa vie de lycéenne ordinaire le jour avec ses activités de tueuse la nuit. Jusque-là, rien d'extraordinaire, mais dès le début, par l'intermédiaire d'une scène très courte (qui reviendra à de nombreuses reprises), où l'on voit Saya assise dans une pièce mystérieuse avec un inconnu qui lui déballe des propos sibyllins, on commence à entrevoir qu'il y a quelque chose d'autre…

Le déroulement des épisodes, surtout au début de l'anime, est très répétitif : Saya se lève, va en cours, travaille, mange et s'amuse avec ses amis, fait une pause au café du coin puis rentre chez elle. Si vous êtes un amateur d'action, cette partie se révélera être un véritable cauchemar d'une vacuité absolu : il ne se passe absolument rien, les dialogues sont niais à souhait et le rythme est vraiment très lent. Mais le soir, lorsqu'elle part en chasse, le changement d'ambiance est stupéfiant. Fini la rigolade et la tranquillité. Les créatures qu'affronte Saya sont véritablement monstrueuses, certaines semblent être sorties droit de l'esprit de Lovecraft, et les combats ne sont pas tendres : attendez-vous à du sang, de la souffrance et des membres tranchés. Si vous avez le courage de passer les trois premiers épisodes (c'est-à-dire si vous ne vous êtes pas endormi pendant les phases de journée ou n'avez pas été dégoûté par celles de nuit), le rythme de l'histoire s'accélère et le voile des mystères s'épaissit, au fil des discussions mystérieuses ou des scènes intrigantes : qui sont vraiment les Anciens ? Que veulent-ils ? Pourquoi Saya doit-elle les combattre ? Qu'est-il advenu de sa mère ? Qui est l'individu mystérieux qui lui parle ? Et surtout, qui est vraiment Saya ? Les mystères sont parfois si présents qu'ils en deviennent presque frustrants : on est sur le point de le deviner, on s'attend à une révélation… et rien ne se passe… La capacité de Saya à ne pas s'interroger davantage sur ses visions ou ce qui se passe autour d'elle vous fera sûrement grincer des dents comme moi…

Sur le plan des personnages, c'est tout simplement un chef-d'œuvre. Tout d'abord, dans le character design, vous reconnaîtrez immédiatement la patte du talentueux groupe Clamp, et une fois de plus, ses membres ne nous déçoivent pas : que l'on soit un garçon ou une fille, les personnages sont vraiment de toute beauté, et on ne peut s'empêcher de les trouver attirants. De même, leurs uniformes rouge et noir se résument en un mot : la classe ! Ensuite, concernant leur personnalité, si vous pourrez trouver certains d'entre eux niais ou ennuyeux, attendez-vous à une grosse surprise à la fin de l'anime, qui vous montrera que ces personnages ne sont pas aussi plats et vides qu'ils semblent l'être ! Saya, elle, est l'archétype de l'héroïne : kawaii à souhait avec ses lunettes, ses nattes démesurées, sa maladresse ou son appétit. Mais attention, la nuit, sa personnalité change radicalement (à tel point que c'en est perturbant) : elle devient une guerrière froide et impitoyable d'une redoutable efficacité. Les autres personnages sont assez typés : le père de Saya, Tadayoshi, bourru et sévère mais qui ne sait pas exprimer son affection envers sa fille ; les jumelles Nene et Nono, malicieuses et pleines d'entrain ; le calme et placide Itsuki ; le solitaire et asocial Shinichirô ; le souriant et tranquille Fumito ; la froide et sérieuse Yûka ; ou encore l'ingénue professeur Kanako. Ils tournent vraiment tous autour de Saya, avec qui ils entretiennent des relations amicales sans qu'il y ait de réel développement. On en sait au final assez peu sur eux, et les interactions n'ont aucune importance réelle sur le déroulement de l'histoire, même si leur caractère se modifie parfois légèrement au fil des épisodes. Ils n'ont tous qu'un rôle assez mineur, apparaissant seulement le jour, et vous seriez tenté de penser qu'ils ne servent qu'à meubler la journée de Saya, mais attention, les apparences sont trompeuses !

Concernant les décors, il n'y a pas grand-chose à redire, c'est tout simplement somptueux (mais c'est Clamp, après tout). Ils sont très fins, réalistes et détaillés, et rendent vraiment une ambiance de ville banale de bord de mer. La nuit, avec l'obscurité, ce n'est plus tant les décors que l'ambiance qui marque. On n'est pas encore dans les antres de sorcières de Puella Magi Madoka Magica, mais on ne peut quand même s'empêcher de ressentir une impression de malaise : les lieux sont glauques à souhait et dégagent une ambiance malsaine diffuse. L'animation est très bien réalisée et les gestes très bien rendus : si ce n'est pas si évident pendant la journée, la nuit, les combats sont particulièrement dynamiques, avec de nombreux changements de plans, et les effets sur le décor sont spectaculaires (ce dernier étant généralement plus ou moins détruit pendant les combats). Pour la musique, celle du générique de début m'a conquis dès les premières notes (écoutez-la et vous comprendrez). Personnellement, je ne fais pas tellement attention à la bande originale, mais elle est présente surtout la nuit, accompagnant les combats et leur apportant encore plus de dynamisme. De même, les doublages originaux sont corrects, aucune voix ne vous surprendra ou ne vous marquera réellement (sauf celles des monstres, bien sûr).

Le développement de l'histoire pourra en étonner plus d'un : dès le quatrième épisode, le monde de Saya commence véritablement à se transformer, alors que les attaques des Anciens se font plus nombreuses et importantes (ils attaquent même la journée), et rapidement, on sort d'un système de duel Saya-monstre. Croyez-moi, les scènes de carnage ne manqueront pas, et personne, même les personnages principaux, n'est à l'abri d'une mort aussi brutale que sanglante. D'ailleurs, à de nombreuses reprises, vous serez même soulagé que certaines mises à mort soient « censurées » (particulièrement vers la fin) tant certaines font preuve d'une cruauté insoutenable (attendez-vous à être au minimum dégoûté, au maximum traumatisé).

Voici donc mon verdict final : c'est vraiment un anime à ne pas mettre entre toutes les mains. Si vous cherchez des shônen classiques, du comique sans prise de tête, de belles romances lycéennes, du surnaturel inoffensif, ou si la vue du sang vous rebute, passez votre chemin. Pour les autres, passé le troisième épisode, la série devient vraiment captivante, et on se retrouve pris dans une spirale passionnante et entraînante de combats et de mystères dont l'apothéose finale remettra en cause toutes vos certitudes dans un feu d'artifice de révélations et de carnages. Franchement, cet anime vaut la peine d'être vu, et il serait presque inacceptable que l'on ne fasse pas une deuxième saison tant la fin de la série, après avoir tant chamboulé nos croyances, nous laisse sur notre faim… Dernière remarque, cet anime, bien qu'appartenant à la série des Blood, n'a absolument rien à voir avec les autres, hormis le personnage principal, et surtout pas avec Blood+. Personnellement, à cause des nombreux mystères, je n'ai pas arrêté de faire des suppositions de liens avec l'histoire de Blood+ alors que, croyez-moi, il n'y en a absolument aucun. Enfin, les connaisseurs de Clamp ne manqueront pas de trouver la référence à xxxHOLiC.

-Cinquo-
Note de la rédaction
Bande annonce VA

Nous vous invitons à venir discuter de cet animé sur le forum.
Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Fansubbé par :

[Kyoyu] Kyoyu No Fansub ( 2 épisodes sortis )

Plus de détails ...

Voir aussi
Blood-C: The Last Dark
Références
http://www.blood-c.jp/
Japon
Site officiel de la série.

Recherche Google : blood-c blood-c clamp production i.g
Recherche Yahoo : blood-c blood-c clamp production i.g

Staff
Episodes
Musique et voix de l'animé
Paroles
Japon
Blood-C © 2011 CLAMP / Production I.G

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.