spacer Dimanche 26 mars 2017 @ 07:19 CEST spacer [ FAQ ] [ Staff ] [ Contacts ] [ Stats ] [ Chat ] [ Nous aider ] [ Mode restreint ] [ Flux RSS  Facbook ] spacer
spacer



Recherche avancée

Anime Store
Anime Store
Animesindex
<< Bee Movie : Drôle d'...  :: Animes ::  Beelzebub, Hirotta a... >>
Beelzebub (2011)
Beelzebub   TITRE ORIGINAL : Beelzebub
  ANNÉES DE PRODUCTION : 2011 - 2012
  STUDIO : [PIERROT CO.,LTD.]
  GENRES : [AVENTURE] [COMBAT & ARTS MART.] [FANTASTIQUE & MYTHE] [COMéDIE]
  AUTEUR : [TAMURA RYUUHEI]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 60 EPS 25 mins
Staff
Episodes
Paroles
Japon
Titre alternatif
べるぜバブ (2011)
Synopsis
Tatsumi Oga est un délinquant, et il se trouve que son lycée n'a pour élèves que des délinquants. Ainsi, les bagarres sont quotidiennes dans cette école. Alors qu'il se bagarre à côté d'une rivière, il aperçoit un homme en train de flotter. Il l'aide à sortir de là, c'est alors que cet homme s'ouvre en deux et laisse apparaître un bébé. Ce bébé étrange aux pouvoirs surhumains, puisqu'il se révèle être le futur roi des démons, s'attache tout de suite à Tatsumi et ne le quitte plus. Ceux qui tentent de les séparer se font électrocuter (incluant Tatsumi), et de même lorsque ce bébé s'ennuie ou est triste.

-Ash!!-
Critiques
------------- Critique 1 -------------
Comment ne pas devenir fan dès le premier épisode ? Ça démarre tout de suite très fort, dans le vif du sujet, et après un générique jouissif. Le cocktail scénaristique de Beelezbub ? Des lycéens, de la baston, une pincée de fantastique et une ambiance toujours proche du délire (les côtes de ma fille de quatorze ans et les miennes ont eu du mal à se remettre des premiers épisodes !).

Mais, indéniablement, les points forts de cette série — indispensables à une bonne comédie — sont ses personnages et son sens du rythme. Sans développer, car la galerie est impressionnante, les duos Tatsumi-Takayuki et Tatsumi-bébé Beel, accompagnés de la désopilante garde démone, Hilda et Alaindelon en seconds rôles, suffirait à faire exister cet anime ; heureusement, les créateurs ont poussé leurs ambitions plus loin, et on est souvent surpris par l’inventivité dont ils font preuve, même si certains pourront être fatigués par le côté récurrent de certains gags (Tatsumi qui ne comprend rien aux sentiments d'Aoi, et vice-versa).

Le character design est plutôt bon, notamment avec une grande variété de physiques, ce qui est assez rare dans le manga : du stéréotype de la fille de shôjo (Aoi) à la grosse brute de type shônen (Tôjô) en passant par des créatures très magical girl ou des clins d’œil à nos propres références de cinéma occidentales.

Enfin, si on ne s’ennuie jamais grâce à un tempo fort bien maîtrisé — qui évite, pour l’instant du moins, les écueils de l’hystérie ou d’un virage gnangnan —, la série ne néglige pas pour autant ses intrigues, dont la résolution finit toujours en énorme canular.

Ma seule crainte : que l’anime ne s’essouffle et qu’on ait encore droit à une fin piteuse comme c’est trop souvent le cas avec les séries non terminées en manga ou trop longues.

-cyranouch-


------------- Critique 2 -------------
Beelzebub est un animé qui se veut humoristique et à défaut d'y trouver autre chose, on peut dire que le pari est réussi. Il est agréable de voir que l'humour de la série reste présent et efficace tout au long de l’œuvre, à quelques virages près mal négociés.

Juger la série sur son premier épisode serait quelque peu hâtif. Il faut bien l'avouer, le pilote ne montre rien que l'on ne connaisse pas déjà : un héros fort et stupide, un meilleur ami fidèle qui amasse beignes, torgnoles et autres gnons, un père supplicateur à l'extrême, une belle blonde qui débarque et vient habiter sous le même toit, etc. Bien que partant d'une histoire peu commune (un bébé futur seigneur démon, il fallait le faire), le contexte reste relativement classique. Et pourtant cela fonctionne bien: l'humour est efficace et parvient à ne pas lasser malgré la longueur de la série. Au début ce sera surtout le bambin Beelzebub qui nous fera rire car ses gazouillements sont effroyablement crédibles et plus éloquent qu'un long discours. On pouvait alors craindre une fixation sur le duo Oga-bébé Beel car la scène du délinquant électrifié par un gosse, on finit par la connaître. Heureusement, les auteurs ont eu la présence d'esprit d'exploiter une grande partie de la palette de personnages présents, puisque c'est la clique de délinquants qui prendra le relai pour un comique de situation tout aussi efficace. Que ce soit à cause de leur langage cru, leurs réactions, leurs décisions ou les situations dans lesquelles ils s'embarquent, force est de constater que l'on a le sourire aux lèvres tout au long des épisodes, entrecoupé d'agréables douleurs pulmonaires! A ce stade, la série marque donc un point important. Il ne reste plus qu'à transformer l'essai et c'est là que ça se complique.

En effet, même si le scénario n'est pas en reste, chaque conclusion nous fait l'effet d'un pétard mouillé. On a une intrigue qui monte, qui monte et au final... rien ou presque. Beelzebub accuse ici son côté « shônen classique » et en conserve fâcheusement les mauvais points, à savoir le dénouement décevant de certains agissements qui viennent par la même occasion achever l'épisode. Alors oui, l'humour a rattrapé le coup, néanmoins la déception est là. L'histoire n'est toutefois pas oubliée et les actions des personnages ont un impact concret sur leur situation. De ce fait, on assiste vers le milieu de la série à un changement de contexte qui apporte un véritable renouveau des plus agréable. On atteint alors ici le point culminant de l'animé, aussi bien sur le plan comique que scénaristique. Et plus grande également en fut la chute, car l'impardonnable a été commis. En effet, au-delà de l'épisode 50, nous est servi une succession de situations grotesques, inintéressantes et absolument pas drôles, sans rapport avec la trame principale. Oui, une dizaine d'épisodes hors-sujets (auxquels viennent s'ajouter un épisode récapitulatif et le spécial nouvel an) où tout ce qui faisait le charme de la série disparaît et se termine sur une fin bâclée en quarante minutes. Même si ce n'est pas le premier shônen à pécher ainsi, il est tout de même triste de voir que le genre peine à corriger ses mauvaises habitudes, aujourd’hui encore.

Il ne faut pas oublier qu'on a affaire ici à un monde de délinquants, synonyme donc de bagarre, second fil directeur de la série. Car oui, Beelzebub, c'est de la baston et il est à cet effet dommage de constater que les affrontements ne sont pas terribles. Pas même un seul coup de poing véritablement viril typique des shônen bourrés de testostérone dont on aurait pu se contenter. Sans non plus être mauvais, les combats sont seulement quelconques et aucun n'est véritablement mémorable. Et ce ne sont pas les interventions démoniaques qui relèveront le niveau.

Sur le plan technique, la qualité est là. Le character design est classique et garde une qualité régulière tout au long de l'oeuvre. Le visage d'Oga lorsque celui-ci passe en mode « démoniaque » est juste tordant! L'animation est correcte mais les combats sont un peu raides à cause du nombre excessif de plans fixes. Enfin, la bande son accompagne parfaitement l'ambiance de la série. Certains passages sont d'ailleurs agrémentés de morceaux soigneusement choisis, nous offrant ainsi des scènes comiques pour le moins magistrales. La majorité des génériques (début et fin) est également de très bonne facture.

Belzeebub est un animé qui mise quasiment tout sur l'humour et le pari est réussi. Sans oublier non plus l'histoire: celle-ci arrachera forcément un rire ou deux au spectateur qui se laissera porter par la bonne humeur qui irradie la série. Même si les combats ne sont pas spectaculaires et qu'une bonne dizaine d'épisodes pourrait être coupée, l'oeuvre laisse un excellent souvenir. Cette série est en définitive un très bon divertissement.

-Hive-
Note de la rédaction
Beelzebub adapte le tome 1 jusqu'au chapitre 123 du tome 14 du manga éponyme.

Bande annonce




Nous vous invitons à venir discuter de cet animé sur le forum.
Licencié par :

logo
Éditeur Blu-ray
Éditeur DVD
logo
Distributeur TV
logo
Distributeur Web
logo
Distributeur Web

Avis des visiteurs

graph

Notez cette série :
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Voir aussi
Beelzebub, Hirotta akachan wa daimaou!?
Références
Recherche Google : beelzebub beelzebub tamura ryuuhei pierrot co.,ltd.
Recherche Yahoo : beelzebub beelzebub tamura ryuuhei pierrot co.,ltd.

Staff
Episodes
Paroles
Japon
Beelzebub © 2011 TAMURA Ryuuhei / Pierrot Co.,Ltd.

Version 1.6 - Copyright © Association Animeka 2002-2017 - Termes d'utilisation.